Guillaume Wagner: le franc-tireur

Même s'il dit avoir peaufiné son humour, Guillaume... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Même s'il dit avoir peaufiné son humour, Guillaume Wagner reste un bulldozer. La bêtise humaine est son sujet de prédilection dans son deuxième one-man-show, Trop humain.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Son arrivée dans le monde de l'humour en 2012 s'est faite avec fracas, notamment en raison de quelques controverses et des textes acerbes de son premier spectacle Cinglant. Pour son deuxième one-man-show, Guillaume Wagner prétend laisser un peu tomber sa carapace pour nous montrer son côté Trop humain.

Trop humain, Guillaume Wagner? Il devra nous en convaincre. Son humour rentre-dedans en dérange plusieurs. Mais une partie du public a vite adopté ce natif de Québec, puisqu'il a vendu 65 000 billets de son premier spectacle. «Quand tu commences, tu mets plus de crémage que de gâteau, illustre-t-il. Ça s'appelait Cinglant, ça fessait. Je voulais faire ma marque. T'es un peu insécure quand c'est ton premier show, donc tu te donnes.»

Pour Trop humain, il a voulu peaufiner son humour, avance-t-il. «Le premier spectacle, c'est une carte de visite parce que les gens ne te connaissent pas. Tu te présentes : "voici qui je suis, voici mon style". Des fois, c'est un peu caricatural, dans le trop gros. Maintenant, les gens me connaissent, donc je peux y aller dans le plus subtil, plus raffiné.»

Mais qu'on ne s'y trompe pas, Wagner reste un bulldozer. La bêtise humaine est son sujet de prédilection dans Trop humain. Il parle du problème qu'ont les Québécois avec l'ambition, l'éducation, l'intelligence. «On se méfie beaucoup des intellectuels, des scientifiques, ce que je trouve assez fascinant parce qu'on devrait faire le contraire», donne pour exemple ce lecteur occasionnel d'ouvrages philosophiques.

Le propos demeure la matière première de ses spectacles. Il se présente sur scène seul derrière son pied de micro, comme ses idoles de stand-up, les Américains Louis C.K. et Bill Burr. Il préfère raconter ses blagues sans artifices. «C'est épeurant parce que tu n'as rien pour te supporter», indique-t-il toutefois. «Il faut que tu livres. Mais je trouve que l'humour est plus efficace comme ça.»

En raison de l'austérité actuelle et parce qu'il offre un spectacle dépouillé, Wagner a fixé le prix de ses billets à 30 $ (plus les taxes et les frais de service) alors qu'il peut en coûter plus de 60 $ pour aller voir un humoriste. «Quand je vais voir du théâtre ou du cirque, je comprends le prix du billet parce qu'il y a un décor et plein de gens sur scène. Mais quand je vais voir un humoriste, je me dis : c'est quoi la raison?»

Et n'attendez pas la quatrième série de supplémentaires pour assister à Trop humain, puisque Wagner avoue qu'il «se tanne de répéter la même chose. Je vois des humoristes qui ont vendu 400 000 billets d'un spectacle. Je trouve ça impressionnant. Je ne serais pas capable de faire ça. Je craquerais». Il a d'ailleurs déjà commencé à écrire son troisième one-man-show.

Humoriste avant tout

Vouant un grand respect pour le métier d'humoriste, Wagner n'est pas tenté par des emplois connexes comme plusieurs de ses collègues. Le cinéma, la télévision, la radio, très peu pour lui. Il préfère nettement se concentrer sur l'écriture de blagues et prendre le temps de regarder le monde autour de lui. 

Depuis le début de sa carrière, Wagner entretient une relation amour-haine avec le «cirque médiatique», comme il l'appelle. Il dit s'éloigner des galas et des magazines à potins pour éviter d'avoir «la grosse tête». «Quand tu es dedans [le show-business], tu comprends les games qu'il y a par en dessous. J'aime mieux me tenir loin de ça. [...] Je pense que c'est un peu ça la position d'un humoriste, d'être un peu marginal et de remarquer des affaires que pas tout le monde remarque.»

Il utilise quand même parfois les médias à son profit. En mars, lors de la conférence de presse annonçant son nouveau spectacle, un homme de la salle a commencé à l'insulter avant de se précipiter sur lui. Tous les médias en ont parlé et pas toujours en bien. Guillaume Wagner a par la suite admis qu'il avait monté toute l'affaire. Il avoue aujourd'hui que cette idée, imaginée évidemment pour faire parler de son spectacle, a raté sa cible.

Le «grand public»

Dans son premier spectacle, il annonçait d'entrée de jeu ne pas être un humoriste grand public et ne pas vouloir plaire à tout le monde. «Ce n'est pas que je ne veux pas plaire, mais je ne plais pas à tout le monde», précise-t-il, en riant. Il a appris assez rapidement qu'un pan de la population n'appréciait pas son genre d'humour lorsqu'il a fait une blague sur la chanteuse Marie-Élaine Thibert et les «matantes». «[Cette histoire] m'a quand même faire réfléchir. Il y avait un peu de name-dropping dans mon premier show. Mais je le faisais d'une manière que je trouvais fair, en me servant de symbole. Mais avec cette affaire-là, j'ai réalisé qu'il y a des personnes à qui ça ne me tente pas de faire de la peine. Marie-Élaine n'avait rien à voir là-dedans. Je l'ai prise comme symbole, et elle l'a pris personnel. Maintenant, quand j'écris, je nomme des vedettes que, si elles reviennent contre moi, ça ne me dérange pas!»

Trop humain, Guillaume Wagner? À vous de juger.

Vous voulez y aller?

Qui : Guillaume Wagner

Quoi : Trop humain

Quand : 13 octobre, 20h

Où : salle Albert-Rousseau

Billets : 36 $

Info : 418 659-6710

Partager

À lire aussi

  • Guillaume Wagner décortique l'humain

    Sur scène

    Guillaume Wagner décortique l'humain

    CRITIQUE / Guillaume Wagner se présente seul sur scène sans décor (à part un «beau» tapis) à la façon des stand-ups américains. Et il n'a... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer