Les moments uniques de Jonathan Cohen

Jonathan Cohen, qui a dirigé les Violons du... (Courtoisie)

Agrandir

Jonathan Cohen, qui a dirigé les Violons du Roy lors d'une tournée européenne l'an dernier, peut être inscrit sur la liste des successeurs potentiels de Bernard Labadie.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'il est un nom qu'on peut inscrire sur la liste des successeurs éventuels de Bernard Labadie à la direction artistique des Violons du Roy, c'est bien celui de Jonathan Cohen.

Le chef d'orchestre britannique a eu beaucoup de succès en tournée avec l'orchestre il y a un an. Il retrouvera les Violons à deux reprises cette saison. Le Soleil s'est entretenu avec lui quelques jours avant le premier rendez-vous prévu jeudi à la salle Raoul-Jobin. 

Q Parlez-nous de la tournée européenne effectuée l'an dernier avec Les Violons du Roy et au cours de laquelle vous avez été appelé à remplacer Bernard Labadie. Comment cela s'est-il passé?

R C'était une très grande tournée, il y avait beaucoup de concerts. Nous avons fait le tour de l'Europe [Slovénie, Espagne, Allemagne, France] avec Alexandre Tharaud, un magnifique pianiste. Nous avons joué des concertos et des symphonies de Mozart et de Haydn. J'ai adoré l'expérience. Le niveau était exceptionnel. Ce qui m'a le plus impressionné chez l'orchestre, c'est son véritable sens du style dans ce répertoire. Chacun a joué comme s'il faisait partie d'un grand ensemble de chambre et c'est exactement ainsi que, je crois, cette musique devrait toujours être jouée. Je pense que cette collaboration nous a tous beaucoup plu. 

Q On dit en effet que les instrumentistes étaient enchantés de leur expérience. Ils ont entre autres beaucoup aimé votre spontanéité...

R Ah oui! Le fait est que lorsque vous présentez plusieurs fois le même programme, considérant qu'il est possible de jouer la même musique de plusieurs manières différentes, c'est bien parfois de varier un peu les effets, les nuances ou le type d'expression. Si vous avez un rapport entre le chef et l'orchestre où tout demeure flexible, je crois alors que les choses peuvent parfaitement bien se passer. 

Q Il n'y a jamais deux concerts identiques...

R Je ne le crois pas, non. Nous jouons toujours comme nous nous sentons et nous nous sentons chaque jour d'une manière un peu différente de la veille. Un orchestre réunit plusieurs personnes et chacune est d'une humeur différente. Alors un concert ne peut qu'être totalement différent chaque fois.

Q La semaine prochaine, pour

la première fois, vous serez de passage à Québec...

R Et je m'en réjouis. Nous allons cette fois jouer des oeuvres baroques, le Concerto brandebourgeois no 1 de Bach et un Concerto grosso de Handel. Ça devrait être très plaisant. Nous allons garder les choses à petite échelle. Je compte d'ailleurs diriger du clavecin. C'est exactement le genre de musique qui demande à être dirigée soit du violon, soit du clavier. J'aime procéder ainsi avec un petit effectif. Ça a beaucoup de sens parce qu'alors tout le monde se comporte comme s'il s'agissait de musique de chambre.

Q Il y aura aussi la Serenata notturna de Mozart et la symphonie Le matin de Haydn. C'est un programme très varié...

R Oui, et il permet d'étudier les relations qu'entretiennent les compositeurs les uns avec les autres. Bach et Handel, par exemple, ont des personnalités très différentes. C'est toujours important de regarder les choses sous un jour nouveau. C'est pourquoi j'aime bien présenter différents compositeurs, différentes idées.  

Q Vous êtes en ce moment directeur artistique de l'ensemble Arcangelo et chef associé de l'ensemble Les Arts florissants. Y a-t-il de la place dans votre carrière pour un troisième orchestre?

R C'est une question très difficile, vous savez. Comme violoncelliste, je fais beaucoup de musique de chambre et aussi des opéras. Je poursuis également une carrière de chef invité. J'aime entretenir des relations avec différents orchestres et différents musiciens. J'aime me tenir aussi occupé que je le peux.  

Q Vous savez sans doute que les Violons du Roy sont à la recherche d'un nouveau directeur. Est-ce un poste qui vous pourrait vous intéresser?

R Je l'ai entendu dire, oui. En ce moment, je sais seulement que nous sommes engagés dans de merveilleux projets ensemble et j'en suis enchanté. Pour le reste, je n'en sais rien. Nous verrons bien.

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Les Violons du Roy avec Jonathan Cohen
  • Quand : jeudi, 20h
  • Où : salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm
  • Billets : 57 $, 68 $, 73 $; 23 $ pour les 30 ans et moins
  • Tél. : 418 641-6040

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer