Mötley Crüe: rockeurs au banc des accusés

Les membres de Mötley Crüe n'ont pas souvent...

Agrandir

Les membres de Mötley Crüe n'ont pas souvent raté l'occasion de renforcer leur image de mauvais garçons.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Conduite en état d'ébriété causant la mort, voies de fait, violence conjugale, incitation à l'émeute... Depuis les années 80, les membres de Mötley Crüe n'ont pas souvent raté l'occasion de renforcer leur image de mauvais garçons. Plus âgé que ses comparses et doté d'une santé plus fragile - il souffre depuis l'adolescence d'une maladie inflammatoire de la colonne vertébrale -, seul le guitariste Mick Mars sauve l'honneur... ou détonne dans le portrait de musiciens délinquants. Alors qu'ils s'amènent dans la capitale au coeur de leur tournée d'adieu (ils sont attendus au Centre Vidéotron le 20 octobre), résumé des feuilles de route du chanteur Vince Neil, du batteur Tommy Lee et du bassiste Nikki Sixx.

Vince Neil... - image 2.0

Agrandir

Vince Neil

Vince Neil

1984 : Pendant une soirée déjà bien arrosée, Vince Neil prend le volant accompagné du batteur du groupe Hanoi Rocks, Nicholas «Razzle» Dingley, afin de se ravitailler en alcool. Le chanteur de Mötley Crüe perd la maîtrise de son véhicule et heurte de plein fouet une voiture circulant en sens inverse. Personne n'en sort indemne, mais Dingley succombera à ses blessures. Accusé de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort, Neil est condamné à 30 jours de prison, à des travaux communautaires et doit signer un chèque de 2,6 millions $ aux diverses victimes de l'accident.

2002 : Une bagarre dans le stationnement d'un restaurant de West Hollywood ramène Vince Neil devant le juge. La plainte provient du producteur de disques Michael Schuman, qui accuse le chanteur de l'avoir frappé à plusieurs reprises au visage. Neil est condamné à une amende et à 100 heures de travaux communautaires.

2003 : Vince Neil est condamné à 30 jours de prison après avoir été reconnu coupable de voies de fait envers une prostituée de la maison close Moonlite Bunny Ranch, au Nevada. Andrea Terry accuse le chanteur de l'avoir saisie à la gorge et projetée contre un mur. Neil doit en outre payer une amende et se soumettre à une thérapie de gestion de la colère.

2004 : Un employé d'une boîte de nuit de Dallas porte plainte contre Vince Neil, accusant le chanteur de l'avoir agressé pendant un concert. Le technicien de son Michael Talbert a été frappé à la tête par le musicien, qui souhaitait, semble-t-il, entendre plus de guitare dans les haut-parleurs, selon un rapport de police cité par le magazine Billboard.

2011 : Vince Neil plaide coupable de conduite avec les facultés affaiblies et est condamné à 15 jours d'emprisonnement dans un centre de détention de Las Vegas. À 49 ans, le chanteur - aussi propriétaire de bars, d'un salon de tatouage et d'une marque de tequila - promet qu'il est enfin prêt à s'assagir. «J'ai fait une erreur. Il est maintenant temps que j'apprenne une fois pour toutes ma leçon et que j'aille faire mon temps en prison», indique-t-il au magazine People.

Tommy Lee... - image 3.0

Agrandir

Tommy Lee

Tommy Lee

1994 : Un gardien de sécurité de l'aéroport de Los Angeles intercepte Tommy Lee alors qu'il tente de monter à bord d'un avion avec un pistolet semi-automatique de calibre 40. Le musicien est accusé de détention d'arme à feu dissimulée et chargée. Il écopera d'un an de probation.

1998 : Tommy Lee est condamné à six mois de prison et trois ans de sursis pour avoir battu sa femme, Pamela Anderson, alors qu'elle tenait dans ses bras leur bébé de sept semaines, en présence de leur autre bambin. Le rockeur doit s'engager à ne pas consommer d'alcool ni de drogue et à ne pas s'approcher à moins de 100 mètres d'Anderson, qui a demandé le divorce quelques jours après les événements.

1998 : Le batteur de Mötley Crüe fait de nouveau face à la justice alors qu'un photographe l'accuse de l'avoir brutalisé devant le bar The Viper Room à Los Angeles. Tommy Lee ne conteste pas les accusations et est condamné à 250 heures de travaux communautaires, à une amende et à une thérapie de gestion de la colère.

2001 : Un garçon de quatre ans se noie dans la piscine de Tommy Lee pendant une fête d'anniversaire organisée pour l'un de ses enfants. Les parents de la jeune victime tiennent Lee pour responsable du drame et le poursuivent pour 10 millions $. Le batteur sera toutefois blanchi deux ans plus tard par un tribunal de Los Angeles.

Nikky Sixx... - image 4.0

Agrandir

Nikky Sixx

Nikky Sixx

1997 : Un concert houleux à Greensboro en Caroline du Nord amène le bassiste Nikki Sixx et le batteur Tommy Lee devant les tribunaux. Les deux musiciens sont alors accusés d'avoir incité à l'émeute (un reproche qui vaudra à Sixx d'autres arrestations à Las Vegas et à Phoenix, notamment, dans les années suivantes) et d'avoir agressé un gardien de sécurité. John Allen raconte avoir reçu des coups de pieds, des crachats et une insulte raciste de la part de Sixx, alors que Lee lui aurait versé de l'alcool sur la tête. Les deux membres du Crüe sont en outre accusés d'avoir invité le public à s'en prendre au gardien. Ils écoperont de 18 mois de probation et seront plus tard poursuivis par Allen pour agression et violation de ses droits civils. Le litige s'est réglé à l'amiable.

Survivre aux excès et aux querelles

Nikki Sixx a admis avoir six overdoses à son actif (il a même été déclaré mort pendant deux minutes en 1987...), Vince Neil a raconté avoir mangé ses céréales dans du Jack Daniel's... nectar que les gars de Mötley Crüe ont eu la bonne idée de s'injecter dans les veines pour faire changement des autres substances plus illicites auxquelles ils étaient habitués. On peut se demander comment les musiciens ont réussi à survivre à leurs années d'excès... La même question est valable pour la bande formée en 1981 lorsqu'on considère les tensions qui ont opposé ses membres au fil du temps.

La plus grande querelle arrive au début des années 90, alors que Vince Neil quitte le groupe... Ou est-ce le groupe qui l'a quitté? C'est du moins ce que le chanteur a plaidé en poursuivant ses ex-collègues. Il exige alors une compensation de 5 millions $ et une réinsertion dans la formation, qui se concrétisera en 1997. Le batteur Tommy Lee abandonnera aussi momentanément le navire en 1999 (il fonde alors le projet Methods of Mayhem) pour mieux revenir au bercail quelques années plus tard.

Mais si les musiciens se sont un peu assagis avec l'âge, les relations qu'ils entretiennent entre eux ne sont toujours pas au beau fixe, comme l'évoquait le bassiste Nikki Sixx en entrevue avec le magazine Rolling Stone l'année dernière. «Il y a toujours du tumulte, a-t-il confirmé. Il y a des différends et des frictions. C'est comme avoir une copine que tu ne peux pas supporter, mais avec qui tu as les meilleures baises de ta vie. Tu y retournes toujours pour le sexe, même si elle te rend fou. C'est un peu ça, Mötley Crüe.» 

Des filles, des filles, des filles

Paru en 1987 sur l'album du même nom, le succès Girls, Girls, Girls demeure l'une des pièces maîtresses du répertoire de Mötley Crüe... et force est d'admettre qu'elle ne pourrait mieux coller à l'image que continue de véhiculer le groupe. Peu importe où se trouvent Neil, Lee, Mars et Sixx, les filles ne sont jamais bien loin.

Des danseuses sexy sur scène, des groupies n'hésitant pas à exhiber leur poitrine dans la foule... et d'autres à chercher la compagnie des musiciens après le spectacle. Lors d'un concert en 1990, le journaliste du Soleil notait la présence sur les planches de «deux choristes (?) qui de toute évidence n'étaient pas là pour chanter». Et les choses étaient loin d'avoir changé en 2006, lors d'une nouvelle escale au Colisée où des spectatrices ont dévoilé leurs attributs devant la caméra de Tommy Lee... qui retransmettait le tout sur écran géant. 

Le promoteur Michel Brazeau, qui a orchestré les précédentes visites de Mötley Crüe à Québec, se souvient que l'entourage du groupe avait l'habitude avant le début du spectacle de faire le tour de la salle pour rapailler quelques jolies spectatrices afin de les amener près de la scène.

«Ce n'était pas exclusif à Mötley Crüe, raconte-t-il. Van Halen le faisait, Bon Jovi aussi. C'était des choses qui se faisaient dans toutes les villes. Ce n'est pas des filles qui allaient à l'arrière-scène. C'était juste pour mettre un peu de piquant dans les premières rangées.» 

Quant à l'attrait des gars du groupe pour les effeuilleuses, il pouvait certes trouver écho dans leurs concerts... Sans que les organisateurs aient à lever le petit doigt. «Tu n'avais pas besoin de courir après les danseuses, tu savais qu'elles allaient toutes être là! rigole Michel Brazeau. Ces soirs-là, dans les clubs de danseuses, c'était vraiment l'équipe B qui travaillait!»

Reconnaissant que les membres de Mötley Crüe ne sont «pas des enfants de choeur», M. Brazeau se souvient de les avoir dirigés vers le Dagobert «ou dans des places comme ça» quand ils voulaient rencontrer des Québécoises après leurs spectacles. «En ce qui me concerne, tant qu'ils livraient la marchandise sur scène, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient après, ajoute-t-il. Dans le fond, ce qu'ils voulaient, c'était de se faire reconnaître et d'avoir des filles autour d'eux.»

Ironiquement, s'ils aiment bien la compagnie de la gent féminine, c'est encore un public majoritairement masculin qui s'est déplacé au fil des ans pour voir Mötley Crüe. «Je dirais que c'est 70 % d'hommes et 30 % de femmes», confirme Michel Brazeau.

Metallica: une animosité qui perdure

Depuis 1997, l'animosité entre Mötley Crüe et Metallica revient sporadiquement sur le tapis. À l'origine, les hostilités ont été déclenchées lorsque le batteur du deuxième groupe, Lars Ulrich, a allégué que Mötley Crüe avait fait du lip sync pendant le gala des American Music Awards... Le bassiste Nikki Sixx avait alors répliqué par une tirade acide publiée sur le Web. Depuis, les fans des uns et des autres se plaisent à relever des signes que le torchon brûle toujours entre les deux formations.

Fin septembre, le batteur Tommy Lee a relancé la machine en envoyant une flèche à son homologue de Metallica. Utilisant un générateur d'images mis en ligne dans la foulée de la sortie du film Straight Outta Compton, Lee a publié sur les réseaux sociaux une photo d'Ulrich accompagnée du titre Straight Outta Tempo, remettant en question les qualités rythmiques du batteur de Metallica. Devant la réaction négative de certains internautes, Tommy Lee a rappelé que son intervention était une blague et conseillé aux «idiots» qui l'avaient prise au sérieux de se «trouver une vie».

N'empêche que l'incident semble toujours tomber sur les nerfs de Vince Neil. En entrevue sur une station de radio de Portland, la semaine dernière, le chanteur de Mötley Crüe a raccroché au nez d'un animateur qui insistait un peu trop à son goût sur la question...

De vrais adieux?

Foi de Mötley Crüe, le spectacle du 20 octobre au Centre Vidéotron sera bel et bien son dernier dans la capitale. La bande de Vince Neil a entrepris ce dernier tour de piste - justement baptisé The Final Tour - l'année dernière et la tournée doit culminer le 31 décembre à Los Angeles. Et le quatuor prend, semble-t-il, le terme final au sérieux : les musiciens ont indiqué avoir signé un contrat qui les empêchera de se réunir plus tard pour une tournée. Une entente qui pourra toutefois être résiliée si tous les membres y consentent, a expliqué le bassiste Nikki Sixx en début de tournée, en entrevue avec le magazine Rolling Stone.

«Mais ça n'arrivera jamais, a-t-il précisé. Il y a des gens dans ce groupe qui vont refuser de le faire et vous parlez à l'un d'eux. Aucun montant d'argent ne me fera changer d'avis. Même si on nous offre 10 millions $ pour faire 10 spectacles dans 10 ans. Avec la façon dont nous avons présenté les choses, incluant la présente conversation, nous nous ferions lancer des oeufs. Ça n'arrivera jamais.»

Souvenir du premier rendez-vous

Extrait de la critique «Mötley Crüe : une machine terrible», publiée dans Le Soleil le 6 juin 1984

«Le groupe a vite fait de se construire une réputation d'enfant terrible du rock et aujourd'hui, Mötley Crüe s'affiche, et ce, sans contredit, comme le groupe le plus "extrémiste" et le plus hot de l'heure. Cette formation semble avoir poussé la surenchère au maximum. Mötley Crüe est avant tout un groupe visuel tout comme KISS d'ailleurs pouvait l'être auparavant. En alliant l'aspect maquillage du glitter rock des années 70 à tout l'appareillage de cuir et de métal du heavy metal des années 80, Mötley Crüe cherche manifestement à choquer. Ce groupe joue à fond la carte de la provocation, de l'outrage et de l'ambiguïté sexuelle. Bref, le style d'image qui immanquablement va soulever, sinon la haine, du moins l'inquiétude des parents.» Michel Bilodeau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer