La lumière nouvelle de Catherine Major

Catherine Major signe toutes les musiques et deux... (Le Soleil, Frédéric Matte)

Agrandir

Catherine Major signe toutes les musiques et deux textes de son quatrième album.

Le Soleil, Frédéric Matte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Fidèle à elle-même, mais pas tout à fait la même qu'auparavant... Catherine Major est revenue sur disque cet automne animée d'une énergie nouvelle : son incontournable piano se fait un peu plus discret, ses chansons s'habillent de teintes parfois plus pop ou plus musclées et une lumière nouvelle traverse l'ensemble, même dans ses thèmes plus graves.

Les performances du Soleil, Catherine Major

Des échos qu'elle entend à propos de son album La maison du monde, l'auteure-compositrice-interprète peut avancer une conclusion. «C'est drôle parce que les gens me disent à peu près les mêmes choses... Ça me fait me dire que je dois être heureuse, finalement!» lance la pianiste, qui avoue n'avoir rien calculé pour arriver à cette collection de chansons très féminines, où l'amoureuse et la mère en elle ont maintes occasions de s'exprimer.

«C'est très naturel. Je ne fais pas les choses en anticipant un résultat. Je n'ai pas de démarche autre que de laisser aller ce que j'ai besoin de laisser aller au moment où je le fais. J'ai toujours aimé les choses intenses, avec de la matière. En ce moment, la matière, je la sens plus rouge que bleue, plus majeure que mineure», évoque la musicienne, qui offrira son nouveau spectacle au Grand Théâtre le 9 avril. 

Complices

Dans la création de ce quatrième album, où elle signe toutes les musiques et deux textes, Catherine Major a retrouvé ses complices paroliers : son amoureux Moran, son ami Christian Mistral, sa mère Jacinthe Dompierre. «Ils écrivent bien», justifie-t-elle simplement, avant de développer un peu plus. «Pour moi, mon chum, c'est vraiment un grand auteur, ajoute-t-elle. Il a une façon d'écrire qui est tellement juste dans les rimes, dans les images. Mistral me fascine. Ma mère, ça va être une tradition jusqu'à la fin de nos jours... Au moins une chanson par album, idéalement.»

La maison du monde a aussi été l'occasion pour Catherine Major d'adopter un nouveau collaborateur en la personne de Jean Massicotte, qui cosigne la réalisation avec elle. Au chapitre de ses contributions, Major relève notamment l'aide qu'il a apportée à la concrétisation de l'un de ses objectifs, soit de se détacher un peu du piano, son instrument fétiche. 

«Il a toute une conception sonore, explique-t-elle. Moi, j'ai tendance à en mettre beaucoup. Mon but, c'était que ça sonne très fort, que ça soit plus masterisé dans le creux de l'oreille. Il m'a dit que, pour faire ça, il fallait en enlever...»

Catherine Major est néanmoins revenue aux moutures originales piano-voix de ses créations pour les coucher sur papier dans un livre de partitions. «Ç'a été beaucoup de travail et ce n'est pas un article qui est très payant», indique-t-elle à propos de ce produit dérivé, qui demeure cher à son coeur. «Je n'ai jamais fait de t-shirts, de culottes ou de chapeaux encore... J'aime mieux écrire des partitions. Ça me ressemble plus!» rigole Catherine Major.

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Catherine Major
  • Quand : 9 avril à 20h
  • Où : Grand Théâtre
  • Billets : 43 $
  • Tél. : 418 643-8131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer