CRITIQUE

Tête-à-tête en famille avec Melissa Etheridge

Melissa Etheridge... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Melissa Etheridge

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est presque une petite fille d'ici qui est revenue dans la capitale, mercredi, avec le retour sur les planches de Melissa Etheridge.

En participant à une émission retraçant la généalogie de personnalités connues, la chanteuse américaine a découvert qu'un de ses ancêtres paternels était originaire de la ville de Québec. Elle a donc confié se sentir en famille devant le public attentif du Capitole... qui n'a pas manqué de faire perdurer le sentiment.

Arborant un jean ajusté, des bottes militaires et une veste de cuir, la rockeuse misait sur le tête-à-tête intime pour ses retrouvailles avec ses fans de Québec. Seule sur scène, mais entourée d'une bonne dizaine de guitares, d'un piano, d'un harmonica, de quelques instruments de percussion et d'un séquenceur pour créer des boucles sonores en direct, Melissa Etheridge a offert à ses fans un survol de sa carrière, des bons vieux hits à quelques titres du récent album, This Is M.E.

«Tout ce que vous allez entendre est live. Donc s'il y a des erreurs, c'est moi», avait prévenu la chanteuse en début de parcours. Sa prestation ne nous aura pas laissé beaucoup de fautes à relever. Plutôt un grand plaisir de voir la musicienne butiner d'un instrument à l'autre, étirer ses chansons au gré de ses humeurs et, surtout, montrer toute sa dextérité à la guitare. 

Ovation

Ovationnée avant d'avoir gratté une corde, la blonde rockeuse a été fidèle à ce qu'on connaît d'elle en offrant un tour de chant chaleureux riche en anecdotes... et en chansons à succès. Si elle a fait son effet avec la nouvelle Monster, qui a donné l'occasion au public de se dégourdir les cordes vocales, c'est encore les titres chargés de souvenirs qui ont fait le plus de vagues : I Want to Come Over assaisonnée d'un extrait d'Every Breath You Take de The Police, Come to My Window qui a ravi la foule, I'm the Only One bien bluesée, Give Me Some Water acoustique, mais néanmoins électrisante et Like the Way I Do, sportive, gardée pour le rappel.

On était donc en famille, mercredi, mais il y avait quand même quelques limites à respecter. Lorsqu'une admiratrice a réclamé un baiser à Melissa Etheridge, la militante pour les droits des gais et lesbiennes (entre autres engagements) a candidement avoué qu'elle se sentait mal à l'aise. Et elle s'est gardé une petite gêne...

***

Pas de photo pour les lecteurs du Soleil

À la demande de l'artiste, les photographes de presse qui souhaitaient immortaliser le spectacle de Melissa Etheridge mercredi au Capitole devaient signer un contrat dans lequel ils s'engageaient à transmettre à l'équipe de la chanteuse dans un délai de cinq jours toutes leurs images du concert et à céder leurs droits sur celles-ci. Le Soleil a refusé de ratifier l'entente. C'est pourquoi cette critique n'est pas accompagnée d'une photo du spectacle de mercredi soir au Capitole.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer