Carrefour mondial de l'Accordéon: quand l'accordéon est partout

Le duo basque Bilika a offert une performance... (Photo Julien Simard, fournie par le Carrefour mondial de l'accordéon de Montmagny)

Agrandir

Le duo basque Bilika a offert une performance envoûtante, à mi-chemin entre le jazz et le chant traditionnel.

Photo Julien Simard, fournie par le Carrefour mondial de l'accordéon de Montmagny

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montmagny) Ces jours-ci, rue Saint-Jean-Baptiste, au coeur du Vieux-Montmagny, l'accordéon est partout. Sur les trois scènes extérieures, sur les terrasses des restaurants et dans les haut-parleurs accrochés aux lampadaires. Même les commerçants se sont donné le mot et ont décoré les vitrines de leurs boutiques aux couleurs du Carrefour mondial de l'accordéon.

Le jeu détendu, libre et sans trucages de... (Photo Julien Simard, fournie par le Carrefour mondial de l'accordéon de Montmagny) - image 1.0

Agrandir

Le jeu détendu, libre et sans trucages de l'accordéoniste Timi Turmel transcende son instrument.

Photo Julien Simard, fournie par le Carrefour mondial de l'accordéon de Montmagny

Vendredi soir, la foule s'est déplacée à la salle Edwin-Bélanger pour la présentation du grand concert d'ouverture. Une occasion de découvrir de quel bois se chauffent les têtes d'affiche de cette 27e présentation. Dans cette rencontre musicale de trois heures réunissant une douzaine d'interprètes de niveau international, chaque spectateur pouvait trouver son compte.

La prestation de Timi Turmel, un maître de l'accordéon diatonique originaire de Weedon et qui excelle en musique traditionnelle, s'est révélée des plus inspirantes. Au-delà de la perfection de la technique, ce qui impressionne chez ce jeune homme, c'est l'authentique musicalité, l'intelligence et la force de caractère qui soutiennent ses interprétations. Le jeu détendu, libre et sans trucages de Turmel transcende le petit instrument qu'il tient entre ses mains. Il en sort une musique puissamment rythmée, soutenue et très actuelle. Les passages plus lyriques mettaient en évidence un legato accompli et une maîtrise des nuances tout aussi remarquables. Timi Turmel était accompagné de son partenaire de toujours, le guitariste Christian Nolet, et de Erin Leahy, une pianiste qui possède du tonus à revendre et dont la contribution venait ajouter à l'ensemble un rythme et une énergie du tonnerre. On aurait écouté ces trois-là toute la soirée.

Une jeune figure de l'accordéon chromatique, la Finlandaise Viivi Maria Saarenkylä, 22 ans, avait l'honneur de briser la glace. Agilité, précision, vitesse et finesse ont marqué sa prestation. Entre autres morceaux virtuoses, le public a eu droit un impressionnant pot-pourri des chansons de Michael Jackson. À certains moments, c'est comme s'il y avait toute une section rythmique dans la main gauche.

Instants poétiques

Le duo basque Bilika aura sans doute fait vivre les instants les plus évocateurs et les plus poétiques de la soirée. Dans une sorte de célébration de la liberté, l'accompagnement attentif et généreux de l'accordéoniste Didier Ithursarry est venu soutenir les prouesses vocales du chanteur Kristof Hiriart. Cette performance envoûtante, à mi-chemin entre le jazz et le chant traditionnel, fusionnant en toute complicité la voix, les chants d'oiseaux et l'accordéon chromatique, avait le pouvoir, tout à coup, de nous transporter directement au coeur des Pyrénées.

L'intensité n'a pas baissé d'un cran lors du passage de l'Italien Mirco Patarini. Plus classique, sa présentation comptait un époustouflant Caprice de Paganini avec ses variations spécialement conçues pour l'accordéon piano. Le trémolo du soufflet, qui s'effectue au moyen d'un mouvement rapide de tout le corps, était particulièrement impressionnant.

La soirée a repris son élan après la pause. Le duo belge réunissant l'accordéoniste Didier Laloy et la violoncelliste Kathy Adams s'est révélé d'une précision diabolique. Le duo irlandais des frères Niall, et Cillian Vallely, le premier au concertina, le second aux uilleann pipes (une sorte de cornemuse de type musette), avait quelque chose d'unique, de délicat et de fin, et d'un peu hypnotique. Le duo russe formé par Roman Jbanov au bayan et sa soeur Anna au piano a conclu le concert sur une prestation virtuose qui a soulevé la foule.

Le Carrefour mondial de l'accordéon de Montmagny se poursuit jusqu'à demain. Info au www.accordeonmontmagny.com ou au 418 248-7927.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer