Mighty Mighty Bosstones: à l'épreuve du temps

Les Mighty Mighty Bosstones seront sur la scène d'Expo... (Photo Jay Hale)

Agrandir

Les Mighty Mighty Bosstones seront sur la scène d'Expo Québec le 22 août.

Photo Jay Hale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une troupe tissée serrée, un look étudié, un créneau ska-core qui décoiffe et un complice danseur qui donne le ton aux fans en manque d'énergie : les Mighty Mighty Bosstones n'ont pas la réputation d'offrir des prestations pépères. C'était vrai il y a 30 ans, ça l'est, semble-t-il, encore aujourd'hui. «On a l'air en forme, même si à l'intérieur, on frôle le désastre», blague le chanteur Dicky Barrett. «Mais en tant que spectateurs, vous ne vous en rendrez pas compte...» ajoute-t-il à propos du concert que son groupe offrira à Expo Québec le 22 août.

Le collectif formé en 1984 a certes allégé son horaire depuis le tourbillon qui l'a emporté dans les années 90, quand la vague ska a déferlé sur la culture populaire. Porté par l'irrésistible ver d'oreille The Impression That I Get, l'album Let's Face It a fait école. Pourtant, les Bosstones, eux, n'ont jamais changé grand-chose à leur recette musicale. 

«On le faisait avant. On savait que c'est ce qu'on allait faire après. Pour nous, ce n'était pas la musique du jour», précise Barrett de sa voix rauque, prenant soin de dire cette dernière expression en français. 

Le chanteur ajoute néanmoins avoir craint à cette époque de «se perdre» dans la popularité. «Ça me faisait peur parce que je me considérais membre de la scène punk-rock underground de Boston, raconte-t-il. J'ai été mal à l'aise, peut-être plus que je n'aime l'admettre aujourd'hui. À un certain point, j'ai pensé que c'était le début de la fin, qu'on allait nous accoler l'étiquette de vendus. Mais la plupart des gens ont compris qu'on n'avait pas changé, que c'était venu à nous et qu'on ne l'avait pas cherché. Si c'était à refaire, je crois que je m'inquiéterais moins et que j'en profiterais plus.»

En famille

Si l'alignement des Mighty Mighty Bosstones s'est un peu transformé au fil du temps, l'incontournable présence de Ben Carr demeure. Selon la petite histoire, ce copain a été intégré au groupe à ses débuts et un peu par hasard, alors qu'il était encore mineur et que le proprio d'un bar souhaitait l'expulser. Le seul moyen qu'il a trouvé pour rester : rejoindre ses amis sur scène et s'improviser danseur et choriste. 

«Ben est toujours avec nous, confirme Dicky Barrett. Et il est fantastique! Nous ne sommes plus des jeunes. Mais on continue de faire ce qu'on faisait quand on était jeune. Et c'est Ben qui a la tâche la plus ardue pour des gars de nos âges. C'est assez impressionnant de le voir. Pendant toute la durée du concert, Ben fait la danse de Ben. Ça m'impressionne de le voir aller. Je sais que moi, je serais incapable de faire ça!»

Voilà en somme une addition imprévue à un projet qui ne l'était pas vraiment non plus. «Rien de tout ça n'était censé se passer, observe Dicky Barrett. On voulait faire quelque chose ensemble, entre amis. On le fait encore 30 ans plus tard et on ne pourrait être plus heureux. On est encore super amis. On est une grande famille... Et je sais que j'ai l'air quétaine et cliché en disant ça, que je sonne comme un Américain qui vous dit de la bullshit... Mais c'est sincère et c'est l'absolue vérité!»

Quand il n'est pas sur scène avec les Mighty Mighty Bosstones, Dicky Barrett prête sa voix à l'animateur Jimmy Kimmel, à titre d'annonceur à l'émission de fin de soirée sur la chaîne ABC. Une fonction qu'il occupe depuis une douzaine d'années et qui lui a permis de côtoyer une pléthore de vedettes, dont plusieurs ont participé à une vidéo tournée pour souligner son 50e anniversaire de naissance. «Ce sont juste des gens très gentils que j'ai rencontrés au fil du temps. Mais le principe que j'applique, c'est de ne déranger personne. Ce n'est pas comme si j'allais cogner à la porte des loges pour me présenter...», explique celui qui considère la chance comme était sa plus grande qualité. 

«Quand on y pense, je peux à peine parler et j'ai fait une carrière en chantant et une deuxième carrière à titre d'annonceur à la télé américaine, résume-t-il. Ça doit tenir de la chance!»

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Mighty Mighty Bosstones
  • Quand : le dimanche 23 août, 21h
  •  : Expo Québec
  • Accès : 10 $ ou 15 $ (25 $ ou 40 $ pour un passeport 10 jours)

Partager

À lire aussi

  • Sum 41: le retour du survivant

    Sur scène

    Sum 41: le retour du survivant

    «Nous sommes de retour!» La déclaration figure en lettres majuscules sur le site Internet de Sum 41. Et elle est lancée avec autant d'enthousiasme... »

  • Yoan: nouvelles conquêtes

    Sur scène

    Yoan: nouvelles conquêtes

    Yoan Garneau n'était pas branché sur les réseaux sociaux au printemps 2014, lorsque les mauvaises langues se sont déchaînées contre lui après sa... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer