Hommes de vase de Chantal Caron: explorer la matière

La nouvelle création en plein air de Chantal... (Photo Jean-Sébastien Veilleux)

Agrandir

La nouvelle création en plein air de Chantal Caron met en scène des danseurs couverts de vase, dont Tom Casey.

Photo Jean-Sébastien Veilleux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Chantal Caron a fait de la nature sa matière première de création. Normal, pour cette native de Saint-Jean-Port-Joli qui a passé son enfance les deux pieds dans l'eau et les yeux vers le ciel au passage des oies blanches. Pour sa plus récente oeuvre, la chorégraphe et fondatrice de la compagnie Fleuve | Espace danse a creusé son exploration jusque dans la terre, la vase plus précisément. Elle présentera la première mouture d'Hommes de vase les 14 et 15 août à l'occasion de la 17e Fête des chants marins de Saint-Jean-Port-Joli.

Le danseur Oliver Koomsatira... (Photo Jean-Sébastien Veilleux) - image 1.0

Agrandir

Le danseur Oliver Koomsatira

Photo Jean-Sébastien Veilleux

Bien enracinée, Chantal Caron a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour Hommes de vase. «Ça fait référence à mon terrain de jeu de jeunesse, dit-elle. C'est une matière [la vase] avec laquelle j'ai joué. J'aimais la texture, mais en même temps ça me répugnait.» Elle avait amorcé sa recherche sur la vase en 2011 pour sa pièce Comme une odeur de varech, mais avait finalement laissé tomber l'idée pour se concentrer sur la thématique des oiseaux. 

En amont de la conception de la pièce, quatre danseurs, quelque 25 figurants de 7 à 62 ans et une classe de troisième année de l'école primaire de Saint-Jean-Port-Joli se sont intéressés à la vase, à sa forme, à son processus de sédimentation. Un géologue a aussi apporté son grain de sel, mettant en lumière que la vase agissait également comme une éponge, absorbant la pollution du fleuve. «À la fin, j'ai décidé de rendre un hommage à la vase plutôt que de lui donner un mauvais portrait», souligne toutefois Chantal Caron.

En résulte une pièce qui s'intéresse aux mouvements des particules qui se détachent et sont façonnées par le vent, la neige, les marées, etc. Les danseurs sont couverts de vase, ce qui ajoute à la danse, croit Mme Caron. «Quand les corps sont imbibés de cette matière-là, c'est tellement beau, ça devient comme des sculptures. Ça amène une autre dimension au corps humain.» 

Vidéodanse

Chantal Caron a fondé Fleuve | Espace danse en 2006, 20 ans après avoir mis sur pied l'École de danse Chantal Caron pour former les jeunes danseurs de son patelin. Depuis 1993, elle crée des spectacles en plein air. Mais, à sa grande surprise, c'est grâce à une nouvelle forme d'art qu'elle s'est fait connaître à l'international : la vidéodanse. «Je ne pensais jamais que ça passerait par la vidéodanse, admet-elle. Comme tout chorégraphe, on a espoir d'aller à l'international et de se faire connaître nationalement davantage, d'ouvrir un peu plus notre réseau en dehors du Québec.»

En 2013, elle s'entoure d'une équipe de cinéastes pour tourner Glace, crevasse et dérive, une vidéodanse mettant en vedette quelques-uns de ses éléments fétiches : le fleuve, la glace. Cette vidéo a été diffusée dans plusieurs festivals consacrés aux films sur l'art au Canada, au Brésil, aux États-Unis, en Espagne et au Royaume-Uni. 

Glace, crevasse et dérive a même remporté le prix de la meilleure vidéodanse de moins de 10 minutes au San Francisco Dance Festival. En mai, Chantal Caron recevait un prix du Conseil des arts et des lettres du Québec pour l'oeuvre de l'année dans Chaudière-Appalaches. «C'est une autre façon d'aborder la danse. Quand je chorégraphie, je ne vois plus ça juste comme un plan frontal. J'essaie d'avoir un oeil cinématographique aussi.»

Elle prépare actuellement un deuxième film qui s'intitulera Prendre le Nord et traitera de la migration des oies blanches. «C'est l'aboutissement de mon travail sur les oies blanches depuis 10 ans», décrit Mme Caron, dont les pièces Comme une odeur de varech, Île des ailes et 73° Nord ont été inspirées des gracieux oiseaux. Mais l'artiste ne laissera pas tomber les spectacles pour autant. «J'aime aller à la rencontre des gens.»

***

Vous voulez y aller?

Quoi : Hommes de vase

Qui : Fleuve | Espace danse

Quand : 14 et 15 août, 18h30

Où : marina de Saint-Jean-Port-Joli

Accès : gratuit

Info : www.fleuve-espacedanse.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer