Concert d'ouverture du Festival d'opéra: folle équipée lyrique

Les Violons du Roy et le Choeur de... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les Violons du Roy et le Choeur de l'Opéra de Québec, réunis pour la première fois, ont formé une équipe solide et bien équilibrée.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le public a eu droit à une captivante soirée lyrique baroque française, une soirée pleine d'action, rondement menée par le chef québécois Martin Robidoux, samedi soir, en ouverture du Festival d'opéra de Québec.

Martin Robidoux ne fait pas dans la demi-teinte, encore moins dans la demi-mesure. Le jeune chef se donne à fond dans sa direction. Ses gestes sont énergiques au point de paraître étourdissants. Qu'importe. Il parvient à convaincre les membres des Violons du Roy et du Choeur de l'Opéra de Québec à le suivre dans sa folle équipée lyrique, au prix de quelques dérapages, apparemment.

Interprétations franches, caractères enlevés, changements de mouvement précis, on sentait qu'on avait affaire à un chef qui connaît son époque. Un chef tellement dans sa musique qu'il en oubliait de faire saluer les solistes et de faire lever l'orchestre. Mettons cela sur le compte de l'inexpérience.

Les Violons du Roy et le Choeur de l'Opéra de Québec, réunis pour la première fois, ont formé une équipe solide et bien équilibrée.

Solistes inspirés

Le baryton Marc Boucher a été mon préféré parmi les solistes. Belle tenue vocale, diction irréprochable, puissant forte, superbe piano : Monstre affreux, un extrait du Dardanus de Rameau, lui a permis de donner la pleine mesure de son art. Il a semblé tenir la salle suspendue au bout de ses lèvres.

La mezzo-soprano Michèle Losier ne faisait pas semblant, elle non plus, quand elle a chanté Quel prix de mon amour, un extrait du Médée de Charpentier, en entrant profondément dans la peau du personnage. C'est avec toute l'autorité voulue qu'elle commande aux noires filles du Styx de quitter leurs affreuses prisons!

Du ténor Antonio Figueroa, je retiens la légèreté et la fraîcheur de sa voix, et sa diction absolument parfaite dans un passage d'Armide de Lully.

La soprano Samantha Louis-Jean a été très applaudie dans l'Ariette de La Folie extraite de Platée. Cette chanteuse a beaucoup d'idées et sa voix est capable de produire mille et un effets. C'est seulement dommage que le texte qui en sort soit incompréhensible.

Le concert était dédié à la mémoire du chef d'orchestre américain Alan Curtis, décédé le 15 juillet à l'âge de 80 ans. Alan Curtis avait dirigé le concert d'ouverture du Festival d'opéra il y a un an presque jour pour jour.

Concert d'ouverture du Festival d'opéra de Québec. Avec les Violons du Roy et le Choeur de l'Opéra de Québec sous la direction du chef d'orchestre Martin Robidoux. Solistes : Samantha Louis-Jean, soprano, Michèle Losier, mezzo-soprano, Antonio Figueroa, ténor et Marc Boucher, baryton. OEouvres de Lully, Charpentier, Destouches, Mais et Rameau. Samedi soir à la salle Raoul-Jobin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer