• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Sur scène 
  • > Festival d'opéra: Rameau et autres airs festifs sous la direction de Martin Robidoux 

Festival d'opéra: Rameau et autres airs festifs sous la direction de Martin Robidoux

Le chef québécois Martin Robidoux assure la direction...

Agrandir

Le chef québécois Martin Robidoux assure la direction du concert d'ouverture du Festival d'opéra de Québec, ce soir, avec Les Violons du Roy et le Choeur de l'Opéra de Québec.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Violons du Roy et le Choeur de l'Opéra de Québec se réunissent pour la toute première fois, aujourd'hui à 20h au Palais Montcalm, à l'occasion du concert d'ouverture du Festival d'opéra de Québec. Ce programme de musique baroque française intitulé De Lully à Rameau est placé, autre première, sous la direction du chef québécois Martin Robidoux.

Natif de Montréal et diplômé du Conservatoire de musique, Martin Robidoux mène actuellement une carrière de claveciniste, de chef de choeur et de directeur musical à Paris. Le Soleil s'est entretenu avec le jeune maestro qui dirigera ce soir des extraits d'opéras de Jean-Baptiste Lully, de Marin Marais, d'André Cardinal Destouches, de Marc-Antoine Charpentier et de Jean-Philippe Rameau. Des pages lyriques somptueuses dont certaines n'ont encore jamais été entendues à Québec. 

Q La musique de Rameau occupe une place importante dans le concert de ce soir...

R Rameau a composé des musiques très festives et très spectaculaires. Je trouvais que c'était bien d'aller jouer dans ce répertoire-là. Quand même, les pages de Charpentier, c'est très beau aussi. Et Marin Marais, c'est spectaculaire aussi.

Q On est loin de connaître aussi bien la musique de Rameau, ou la musique baroque française en général, que celle de Bach, de Vivaldi ou de Handel. Pourquoi? 

R Historiquement, c'est la musique que les pionniers baroques, Harnoncourt, Leonardt et tout ça, ont déchiffrée en dernier. Ils ont commencé par la musique de l'Allemagne et celle des Pays-Bas, et ensuite de l'Italie. Musicologiquement parlant, la musique française est celle sur laquelle on s'est penché en dernier. Et puis, dans les années 1980, la création du Centre de musique baroque de Versailles met tout en place pour assurer la redécouverte des oeuvres en donnant aux musiciens les clés de compréhension stylistique dont ils ont besoin. Nous avons d'ailleurs pour le concert des partitions nouvellement éditées par le Centre. Mais ce n'est pas tant un concert de découvertes, c'est d'abord et avant tout un concert festif!

Q Vous allez utiliser un diapason moderne?

R Oui, à 440. 

Q À l'origine, cette musique-là a été composée environ un ton plus bas. Ça exige donc des chanteurs qu'ils possèdent un bon registre aigu?

R On a des chanteurs formidables. Il n'y a pas d'inquiétude à y avoir. Et c'est sûr que plus c'est aigu, plus c'est brillant. Et avec Les Violons du Roy, que ce soit un ton plus haut ou plus bas, ça ne change pas grand-chose, on va trouver le bon caractère.  

Q Qu'est-ce qui distingue entre autres l'opéra baroque français?

R La fonction de cette musique est de divertir tout le monde. Elle s'adresse autant aux rois qu'au peuple. Historiquement, autant le peuple que le roi vont à l'opéra. Peut-être pas en même temps, ni le même soir, mais elle s'adresse à tout le monde.

Q Rameau, Lully, Charpentier et Marais sont des noms connus. Celui d'André Cardinal Destouches l'est beaucoup moins...

R C'est un compositeur qui se situe entre Lully et Rameau. Destouches a écrit de la musique géniale et très efficace. C'est moins démonstratif que Rameau, mais c'est très direct. Il n'y va pas par quatre chemins. Il n'y a pas de chichi.

Q Parlez-nous de Samantha Louis-Jean, Michèle Losier, Antonio Figueroa et Marc Boucher, les solistes...

R On voulait d'abord des chanteurs qui sont virtuoses du verbe, qui comprennent exactement ce qu'ils chantent, et qui font naître l'image chez l'auditeur. Grégoire Legendre et moi n'avons eu aucun mal à nous entendre là-dessus. 

Q On connaît moins Samantha Louis-Jean. C'est une voix qu'on n'a pas souvent entendue à Québec...

R Samantha est une soprano française qui a fait ses études universitaires à Montréal. Elle a gagné plusieurs bourses. Elle vient d'être sélectionnée par l'Académie d'Aix-en-Provence, une institution prestigieuse qui auditionne dans plusieurs pays. Pour sa carrière européenne, c'est formidable. C'est une belle occasion de la découvrir.

=> Vous voulez y aller?

  • Quoi : De Lully à Rameau, concert d'ouverture du Festival d'opéra de Québec
  • Qui : Samantha Louis-Jean, soprano, Michèle Losier, mezzo-soprano, Antonio Figueroa, ténor, Marc Boucher, baryton, Martin Robidoux, chef d'orchestre, le Choeur de l'Opéra de Québec, Les Violons du Roy
  • Quand : samedi, 20h
  • : salle Raoul-Jobin, Palais Montcalm
  • Billets : 57 $, 68 $, 73 $
  • Tél : 418 643-8131

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer