Michel Clavet: qui prend Paléo prend pays

Il y a 20 ans, Michel Clavet, alias... (Le Soleil, Nicolas Houle)

Agrandir

Il y a 20 ans, Michel Clavet, alias Mik, s'est chargé de présenter les artistes sur la petite scène du Dôme, en plus de devenir régisseur de plateau.

Le Soleil, Nicolas Houle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nyon, Suisse) En 1990, Michel Clavet quittait Beauport le temps d'une escapade en Europe qui devait être éphémère. Vingt-cinq ans plus tard, il n'est toujours pas revenu, occupé qu'il est à précéder les têtes d'affiche de la grande scène du Paléo Festival, en Suisse, en jouant les présentateurs.

Mik s'est bâti un chez-soi éphémère étoffé, qui... (Photo Le Soleil, Nicolas Houle) - image 1.0

Agrandir

Mik s'est bâti un chez-soi éphémère étoffé, qui peut rivaliser avec n'importe quelle loge. C'est d'ailleurs là qu'il prépare ses présentations. 

Photo Le Soleil, Nicolas Houle

«Je n'avais pas calculé que ça allait durer si longtemps, rigole celui qui se fait appeler Mik. Quelques mois se sont transformés en une vie!»

Michel avait un ami commun avec Daniel Rossellat, le grand manitou du Paléo. Comme il avait envie de faire le tour de l'Europe, Rossellat l'a invité à commencer sa visite à Nyon. Sa première halte est devenue son ultime destination. Six ans plus tard, il se mariait. Et il a aujourd'hui un fiston de 15 ans.

«C'est un concours de circonstances. J'avais une grosse vie sociale au Québec, j'avais plein de chums, je n'avais aucune raison de partir...»

Arrivé à l'automne 1990, Mik a rapidement baigné dans l'atmosphère du Paléo, y remplissant diverses tâches, contribuant à ériger les infrastructures. Puis, il y a 20 ans, il s'est chargé de présenter les artistes sur la petite scène du Dôme, en plus de devenir régisseur de plateau. Il a accompli le boulot jusqu'à ce qu'on lui offre de prendre le micro pour présenter les vedettes de la grande scène.

«La première fois que j'ai fait une annonce, je ne savais plus, c'est costaud - ce l'est toujours, d'ailleurs. Quand tu présentes, que tu vois tout le monde, jusqu'à l'autre bout [du site] et que tu entends le son de la foule, c'est impressionnant!»

Mik en est aujourd'hui à son 24e festival. Comme sa trentaine de comparses qui travaillent à la technique de la grande scène et les 4700 autres qui fourmillent sur le site, il oeuvre à titre de bénévole. Il prend une semaine de vacances de son boulot à la Télévision suisse romande pour vivre l'aventure Paléo. Car c'est véritablement une aventure. On a pu le constater de visu quand Mik nous a amené à l'arrière-scène. «C'est un monde parallèle», nous a-t-il prévenu. On ne saurait mieux dire.

Dans le monde parallèle

On ne parle pas ici des coulisses ou des loges des artistes. C'est plutôt le refuge des travailleurs de l'ombre, ceux qui mettent tout en oeuvre pour le bon déroulement de chaque concert.

Cette année, la bande de la grande scène s'est baptisée la Golden team. Chacun a son t-shirt et son badge officiel. Même un cri de ralliement est de mise avant chacune des missions! Dans la salle communautaire, où l'on assigne les tâches, on trouve un bar, construit par Mik. On y sert les breuvages et l'alcool sélectionnés par la troupe. Chacun contribue avec le montant que leur remet le Festival pour la durée de leur participation. Dans ce contexte, on peut comprendre pourquoi Mik parle d'une famille. D'ailleurs, tout au long de notre entretien, tous les comparses qui passent viennent le saluer et lui faire l'accolade.

Lorsque les concerts sont terminés, l'équipe vit sous la grande scène. En effet, chacun s'y installe une tente, un lit ou un hamac pour une dizaine de jours. Les plus créatifs vont loin : on trouve un matelas dans ce qui est une grande valise d'équipement de tournée, des décorations ou des éclairages spéciaux. Mik, lui, s'est bâti un chez-soi éphémère étoffé, qui peut rivaliser avec n'importe quelle loge. C'est d'ailleurs là qu'il prépare ses présentations.

«Je le fais pour moi, mais je le fais aussi pour le monde avec qui je travaille. Je suis représentant de tous les gens qui travaillent à Paléo, en quelque sorte. Je me sens investi d'une mission de représenter tous les gens qui se donnent pour que ça fonctionne, ce festival-là», raconte celui que les jeunes surnomment M. Paléo.

Le fils de Mik l'a déjà suivi sur scène, lorsqu'il a présenté Lynda Lemay, il y a quelques années. Est-ce que fiston est mûr pour assurer la succession de M. Paléo? «Je ne sais pas, mais cette année il travaille sur le site, à l'animation pour les enfants...»

***

VU: Des chaussures et des bottes pleines de boue, vestige du déluge de la veille, partout! On en trouvait dans l'hôtel voisin du Paléo, où on avait mis brosse et chaudière à disposition, mais également sur les rebords des fenêtres de la vieille ville de Nyon, dans les secteurs touristiques.

LU: Quatre raisons d'aller voir Johnny Hallyday au Paléo et quatre raisons de ne pas y aller. La Tribune de Genève a proposé des arguments pour les deux camps, soulignant, entre autres, qu'à sa dernière visite à Nyon, il y a 19 ans, le rockeur avait lancé : «Bonsoir Genève!»

GOÛTÉ: Quelques spécialités suisses, y compris les plus clichées. Mais le chocolat, par temps chaud, tend à devenir de la fondue. Et la fondue au fromage, par temps chaud, n'est pas particulièrement rafraîchissante. N'allez pas croire qu'on se plaint, quand même...

***

Le Soleil était l'invité du Paléo. L'événement, qui a débuté le 20 juillet, se terminera le 26.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer