Crépuscule: planantes prouesses de Flip Fabrique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les acrobates de Flip Fabrique composent une envoûtante et attachante tribu de jeunes loups à l'Agora du Port de Québec. Crépuscule se révèle un habile tissage d'images, de jeux d'enfants et de prouesses, porté par une musique techno planante.

Flip Fabrique mise sur l'émotion et sur le ludisme plutôt que sur les clowneries pour gagner le coeur de son public. La mise en scène d'Olivier Normand lie chacun des numéros par des scènes de groupe qui évoquent les bandes d'enfants qui attendent que la nuit vienne pour jouer à la cachette, hurler à la lune et mener quelque rituel secret dans les ruelles et les cours arrière.

Le tout est d'une cohérence organique, même s'il y a quelques séquences qui mériteraient d'être resserrées. On nous annonçait un spectacle d'une heure, mais le tout fait presque 90 minutes, sans compter les quelques interventions qui meublent l'attente avant le coucher du soleil.

=> Notre album photos

Contrairement à la dernière mouture des Chemins invisibles, aussi présentée à l'Agora, les spectateurs du parterre peuvent s'asseoir et ne sont pas invités à se déplacer selon les numéros. C'est plutôt la vue obstruée qui les y a contraints... Plusieurs ont décidé de changer de siège en constatant qu'ils ne voyaient pas du tout l'arrière-scène.

Du spectacle en tant que tel, on retient surtout la cohésion de la troupe, les chorégraphies mouvantes et l'ingéniosité des numéros qui déjouent l'habituel crescendo circassien. On savait que Flip Fabrique excellait à renverser les perspectives avec son numéro de trampo-mur, mais la troupe pousse le truc encore plus loin en intégrant deux mâts chinois et neuf acrobates. Le numéro de bascule, présenté aux spectateurs sous différents angles, témoigne de la même rafraîchissante inventivité. Les acrobates y multiplient les feintes et les plongeons dans la piscine de balles, à l'avant-scène. 

À gauche se trouvent le (double) trampo-mur et la cabane surélevée où s'activent Marc-Olivier Demers (Uberko) et le percussionniste Steve Hamel. À droite, deux cabanes de bois haut perché, d'où sort une glissade de tissu. La contorsionniste Karianne Hayes, dont l'ombre immense apparaît sur le mur de pierre de l'édifice voisin, envoie ponctuellement de mystérieux signaux d'alerte à la petite meute.

Il y a des moments de pure magie. Comme un duo de sangles aériennes où les deux virtuoses sont éclairés par des lanternes blanches, tenues par leurs compagnons. Ou le numéro de cerceaux où Jade Dussault est portée par une marée humaine. 

Crépuscule est présenté à la tombée du jour du mardi au dimanche à l'Agora du Port de Québec jusqu'au 6 septembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer