Paléo Festival: Woodstock en Suisse

Le Paléo se déploie sur 84 hectares, stationnements compris.... (Photo Paléo Festival, Pierre Descombes)

Agrandir

Le Paléo se déploie sur 84 hectares, stationnements compris. On y trouve une grande scène, comparable à celle qu'on connaît sur les plaines d'Abraham, avec un site moins vaste.

Photo Paléo Festival, Pierre Descombes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas Houle

Envoyé spécial

Le Soleil

(Nyon, Suisse) Chaque année, depuis maintenant quatre décennies, une ville éphémère prend vie le temps d'une semaine, à Nyon, en Suisse. Entre les montagnes du Jura et le lac Léman, on y trouve des scènes, petites et grandes, des restos, des commerces, des kiosques d'ONG, une foule qui s'éclate et des invités prestigieux, comme Kings of Leon, Sting, Ben Harper, ou encore Pierre Lapointe. Son nom? Le Paléo Festival.

Santigold... (Photo Paléo Festival, Pierre Descombes) - image 1.0

Agrandir

Santigold

Photo Paléo Festival, Pierre Descombes

Robbie Williams... (Photo Paléo Festival, Pierre Descombes) - image 1.1

Agrandir

Robbie Williams

Photo Paléo Festival, Pierre Descombes

Contrairement au Festival d'été, qui est résolument urbain, c'est en s'éloignant des grands centres que le Paléo a pu devenir une ville où fourmille quotidiennement 50 000 personnes, 6 jours durant- 7 exceptionnellement cette année, en guise de cadeau pour ses 40 bougies. 

À l'instar d'un Woodstock (en Beauce ou non), une grande part des visiteurs viennent y camper. Les autres se procurent des laissez-passer pour les soirs qui les attirent le plus, ce qui a permis à l'événement de comptabiliser 230 000 spectateurs l'an dernier.

Vers 16h30, les lieux s'animent. Mardi, le réveil a été lent, toutefois. C'est que, à la grande surprise des Suisses eux-mêmes, c'est la canicule : 34 degrés Celsius au thermomètre. Et pas la moindre brise. Même rester assis fait suer... Les chapiteaux et les zones d'ombre étaient ainsi fort prisés, les jets d'eau et la petite piscine à l'entrée, sollicités. Quant aux chapeaux Panama, ils avaient la cote au comptoir des produits dérivés.

Le Paléo se déploie sur 84 hectares, stationnements compris. On y trouve une grande scène, comparable à celle qu'on connaît sur les plaines d'Abraham, avec un site moins vaste, cependant; une scène intermédiaire, équivalente au parc de la Francophonie, mais qui s'étend un peu plus en largeur, ainsi que cinq tentes ou chapiteaux. Bien que tous soient relativement éloignés ou en alternance, on ne parvient pas toujours à éviter les guerres sonores. Une particularité : l'espace VIP est situé à l'arrière complètement des deux sites principaux, face à la scène, plutôt que sur les côtés comme on le voit souvent. Cette section est couverte et compte deux ou trois paliers.

Le VIP passif

«Nous voulons laisser l'avant-scène disponible à tous les festivaliers, afin que les fans les plus mordus puissent être là», explique Daniel Rossellat, cofondateur et grand manitou de l'événement. «C'est préférable autant pour la foule que pour l'artiste. Et comme souvent le VIP est une clientèle plus passive, qui prend un verre en bavardant, elle demeure bien située, sans nuire au déroulement du spectacle.» 

Au fil des déplacements au Paléo, on découvre des petits commerces et des restos. Les inévitables hot dogs ou hamburgers sont présents, mais la touche gourmet européenne y fait contrepoids : foie gras poêlé, cuisine du monde, vins de différents vignerons, moules et pâtisseries, dont un vaste choix d'éclairs, sont disponibles.

Chaque année depuis 12 ans, on érige Le village du monde, un secteur qui est consacré à une région ou à un pays particulier. Cet été : l'Extrême-Orient, où on a pu entendre l'excellent Tulegur Gangzi, originaire de la Mongolie-Intérieure, en duo. Cette portion du Paléo, aussi temporaire soit-elle, affiche des couleurs et une architecture particulières, en adéquation avec son contenu. D'ailleurs, on prend visiblement soin de l'aspect visuel des lieux au grand complet : il y a des expos, des installations et une allée de tournesols qui jalonnent le site - même les toilettes sont discrètement positionnées.

Fait intéressant, on n'a pas négligé les enfants dans l'équation. Une garderie est à disposition, de même que des lieux spécifiques pour ceux de moins de 18 ans, avec des jeux et des animations.

«À chaque année, on cherche à trouver ce qu'on peut faire de mieux, soutient Daniel Rossellat, en soulignant que le Paléo affiche complet depuis 12 ans. On veut se mettre à la place des spectateurs.»

Si les lieux affichent complet, Daniel Rossellat n'en est nullement embarrassé. Il dit tenir au confort de ses visiteurs - tous ceux qui se présentent peuvent entrer et un système de location existe, permettant aux festivaliers de rendre leur laissez-passer, si souhaité - et travailler à l'amélioration soutenue des installations. Ne lui reste qu'à contrôler l'intensité du soleil...

Coeur de pirate... (Photo Paléo Festival, Pierre Descombes) - image 2.0

Agrandir

Coeur de pirate

Photo Paléo Festival, Pierre Descombes

Accueil chaleureux pour Coeur de pirate

Chaque année, le Paélo s'efforce de faire une place au contenu francophone et, par incidence, aux artistes québécois. La mouture 2015 ne fait pas exception, avec Coeur de pirate, Pierre Lapointe et Salomé Leclerc. C'est la première des trois qui est montée sur les planches des Arches, mardi, la deuxième scène la plus importante de l'événement suisse. Elle a eu droit à une foule monstre, qui lui a réservé un accueil des plus chaleureux. Il faut dire qu'au fil des ans, Béatrice Martin a pris énormément d'aisance sur scène, délaissant le piano lorsque nécessaire pour aller vers la foule et la faire danser, lever les bras, ou y allant de mouvements sensuels, lorsqu'elle semble en transe. 

Derrière elle, son équipe de quatre musiciens était parfaitement rodée et lui offrait tout le soutien nécessaire. Celle qui s'est présentée dans une robe noire, chaussée de bottes noires, affichait un sourire lumineux, que lui soutirait continuellement la foule. En fin de parcours, la Montréalaise était visiblement émue par l'ovation qu'on lui a réservée et par le fait que bien des fans devenaient sa chorale improvisée. Ne sachant trop quoi offrir en rappel, elle a décidé de poursuivre la communion en reprenant Comme des enfants, qui avait fait mouche un peu plus tôt dans le concert, mais cette fois en faisant encore davantage appel aux festivaliers. Assurément une deuxième belle visite pour la Montréalaise au Paléo. Le Soleil aurait aimé recueillir ses impressions mais elle a malheureusement décliné les demandes d'entrevue.

***

Le Soleil est l'invité du Paléo Festival.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer