Crépuscule de Flip Fabrique: retomber en enfance

Jade Dussault de Flip Fabrique... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jade Dussault de Flip Fabrique

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jouer dehors jusqu'à la tombée du jour, se balancer toujours plus haut, construire des cabanes dans les arbres, s'amuser dans une piscine pendant des heures en pleine canicule, ça vous rappelle quelque chose? Le spectacle Crépuscule que la compagnie de cirque Flip Fabrique présente à l'Agora dès mardi soir et jusqu'au 6 septembre nous replonge dans nos souvenirs d'enfance. Rendez-vous avec la nostalgie.

Hugo Ouellet-Côté, de Flip Fabrique... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Hugo Ouellet-Côté, de Flip Fabrique

Le Soleil, Yan Doublet

Flip Fabrique est avant tout une histoire d'amitié. Celle de six athlètes qui ont reçu leur diplôme de l'École de cirque de Québec entre 2005 et 2008. Comme c'est souvent le cas, ils se sont tous dispersés, trouvant du travail tantôt dans des compagnies comme le Cirque du Soleil, le Cirque Éloize, Les 7 doigts de la main ou dans des cabarets en Europe. 

Jusqu'à ce qu'ils reçoivent un coup de fil de Bruno Gagnon fin 2011 les invitant à créer leur propre compagnie. Ils arrêtent tout, rentrent chez eux, à Québec, et s'enferment pendant deux mois pour créer une oeuvre de théâtre acrobatique. Attrape-moi était né.

Le spectacle a parcouru beaucoup de kilomètres. L'équipe a transporté ses numéros en Allemagne (ils ont bénéficié d'une résidence de six mois à Berlin en 2014), en France, aux Pays-Bas, au Brésil, aux États-Unis et au Québec.  

«Dans Flip Fabrique, on va chercher les émotions pures, décrit l'une des cofondatrices, Jade Dussault. Ce sont des émotions dans lesquelles les gens se reconnaissent. On n'est pas des créatures. C'est vrai, juste, simple et efficace. On crée une atmosphère un peu surréaliste parce que ça reste un spectacle, mais on rejoint les gens. L'amitié et l'enfance sont présents aussi. C'est vraiment dans les fondements de Flip Fabrique de dire qu'on peut encore être des enfants. C'est pas vrai qu'à l'âge adulte, on oublie ces joies si simples.»

Comme c'est souvent le cas, Flip Fabrique s'est surtout fait connaître à l'étranger avant de se voir proposer un contrat ici. Et tout un!  Occuper l'Agora du port de Québec (qui était déserté depuis le départ des Chemins invisibles du Cirque du Soleil en 2013) pendant une bonne partie de l'été. De quoi donner le vertige! Mais ce n'est certainement pas la peur qui allait freiner ces artistes habitués aux grands frissons.

Prêts pour les intempéries

Pour créer Crépuscule, les membres fondateurs Jérémie Arsenault, Bruno Gagnon, Jade Dussault, Christophe Hamel, Hugo Ouellet-Côté et Francis Julien ont fait appel au metteur en scène de théâtre Olivier Normand, qui avait donné sa couleur à Attrape-moi. Ils ont aussi engagé deux musiciens (Uberko et Steve Hamel), qui apportent une atmosphère électro-nostalgique, et 13 autres artistes de cirque, dont deux Français, un Suisse et un Russe.

À voir la troupe en répétition le 8 juillet, il ne fait aucun doute que tout est à point. Les artistes sont arrivés à l'Agora au début du mois après avoir répété quelques semaines dans un studio de Limoilou. 

Lors de notre visite, les 19 artistes de la troupe étaient concentrés dans leurs numéros de bascule et de jonglerie. Le vent soufflait assez fort. «C'est notre plus grande difficulté», admet Olivier Normand. La pluie est un autre facteur qui peut influencer le spectacle, mais Flip Fabrique a prévu le coup, mettant au point une «version pluie» tout aussi intéressante que l'originale, assure Normand. À moins d'un orage électrique, le spectacle aura donc lieu au coucher du soleil.

Tout pour s'amuser

Étant donné l'heure des représentations, le titre Crépuscule s'est imposé. L'histoire se déroule dans «ce moment où la lumière est suspendue entre le jour et la nuit. Les personnages auraient trouvé un endroit où ce moment est figé», explique Normand. Dans ce lieu, divisé en deux scènes, des balançoires, une piscine à balles, trois cabanes en bois suspendues, un trampoline et des bacs remplis de végétaux. Tout pour rappeler un terrain de jeu. 

Même les 10 numéros de cirque du spectacle sont inspirés d'activités de gamins, façon casse-cou! On pourra y voir notamment la «tag» acrobatique, le hula hoop, la bascule, la jonglerie et le trampo-mur, une des spécialités de Flip Fabrique où les acrobates se lancent sur le dos dans un trampoline et remontent en marchant sur un mur de 31 pieds de haut. 

Une couronne se promène également de tête en tête tout au long du spectacle, évoquant ces moments d'enfance où l'on gagne une compétition, où l'on est le meilleur dans quelque chose. «On a tous dans nos souvenirs d'enfance ce moment où on est le roi, dit le metteur en scène. Personne ne va nous enlever ce moment-là.»

Au-delà des jeux et des belles images, le présage d'une tempête tout au long de Crépuscule garde les personnages dans un état d'alerte. Et les spectateurs aussi, on s'en doute.

=> Vous voulez y aller?

  • Quoi : Crépuscule
  • Qui : Flip Fabrique
  • Quand : du 21 juillet au 16 août, 19h30, du 18 au 30 août, 19h et du 1er au 6 septembre, 18h30 (tous les soirs sauf le lundi)
  • : Agora du port de Québec
  • Accès : gratuit
  • Info : ville.quebec.qc.ca/cirque

Christophe Hamel, de Flip Fabrique... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Christophe Hamel, de Flip Fabrique

Le Soleil, Yan Doublet

Portraits de trois artistes

>> Jade Dussault

  • Spécialités : hula hoop et cerceaux aériens. Elle manipule jusqu'à 12 hula hoop dans son numéro.
  • Résumé de parcours : cofondatrice de Flip Fabrique, elle a fait partie du Cirque du Soleil, du Cirque Éloize et de la troupe Les 7 doigts de la main 
  • Ce qu'elle aime dans sa discipline : «J'aime le fait que tout le monde a déjà essayé de faire du hula hoop et que les gens voient la difficulté. J'aime aussi le côté enfantin.»

>> Hugo Ouellet-Côté

  • Spécialités : trampo-mur, sangles aériennes, bascule
  • Résumé de parcours : cofondateur de Flip Fabrique, il a étudié à l'École de cirque de Québec, à l'École nationale de cirque de Montréal et a travaillé pour le Cirque Éloize
  • Son défi : «Le plus difficile, c'est de garder le numéro vivant, de toujours pousser plus loin, jamais s'assoir sur ce qu'on a. On pourrait dire : «mon numéro est bon, j'arrête», mais il faut toujours continuer à s'améliorer. »

>> Christophe Hamel

  • Spécialités : trampo-mur, jonglerie, équilibre main à main
  • Résumé de parcours : cofondateur de Flip Fabrique, il a étudié à l'École de cirque de Québec et a travaillé pour le Cirque du Soleil. Il a participé aux émissions de télévision Ellen DeGeneres et Germany's got talent.
  • Difficulté du trampo-mur : « La hauteur, la peur. Le trampo-mur, c'est pas difficile en tant que tel pour un acrobate, mais ça fait peur dans la vie de se lancer dans le vide parce que tu n'as pas nécessairement confiance en toi et que ton corps n'est pas habitué de faire ça. Ce n'est pas difficile physiquement, mais mentalement.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer