Village en chanson de Petite-Vallée: survie menacée

Kevin Parent et Alan Côté lancent un cri... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Kevin Parent et Alan Côté lancent un cri du coeur pour le sauvetage du Village en chanson de Petite-Vallée.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Petite-Vallée) L'auteur-compositeur-interprète Kevin Parent et le directeur du Village en chanson de Petite-Vallée, Alan Côté, lancent un cri du coeur. S'il n'y a pas de nouveaux investissements injectés dans l'organisation d'ici quelques mois, il deviendra impossible, pour ses artisans, de poursuivre leur mission.

C'est tout le Village en chanson qui est en danger. Le Village en chanson, c'est le festival et le camp, mais c'est aussi un diffuseur qui présente une programmation culturelle à l'année au Café de la Vieille Forge de Petite-Vallée. Le Village en chanson possède des bâtiments sans quoi le festival ne pourrait avoir lieu.

Le déficit accumulé est de 275 000 $, sur un budget total de 1,5 million $. «On peut plus descendre, avoue Alan Côté. Si on finit encore l'année financière avec une parenthèse et qu'on descend en bas de 300 000 $, on n'y arrivera pas. Nous autres, on a fait nos efforts, c'est-à-dire qu'on a coupé tout ce qu'on pouvait couper. On a une campagne de financement. L'objectif du Fonds Dan-Gaudreau est de 50 000 $. On a fait 52 000 $ nets.» 

M. Côté mentionne qu'avec l'abolition de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et du Centre local de développement Côte-de-Gaspé, l'organisation a perdu 25 000 $. Heureusement, devant la situation, un commanditaire, SiriusXM, a versé 20 000 $ de plus. Mais, c'est une somme non récurrente. La municipalité de Petite-Vallée, avec ses quelque 170 habitants, investit 5000 $. «C'est énorme, ce qu'on nous donne», fait remarquer M. Côté. Il faut aussi dire que le Village en chanson engage une trentaine de personnes.

L'organisme demande au gouvernement de lui accorder 150 000 $. «Ça nous aiderait à mettre de l'argent sur le déficit, explique le directeur. Si on n'a pas au moins 80 000 $, on s'en sortira pas.» Actuellement, le Conseil des arts et des lettres du Québec ainsi que Tourisme Québec accordent une aide financière totale d'environ 175 000 $. Au terme du 33e Festival en chanson qui a pris fin samedi, le nombre de visiteurs est sommairement estimé à plus de 14 000.

«Je comprends pas qu'on peut injecter de l'argent dans des affaires tellement inutiles, alors que des festivals comme ça, qui sont dans la culture et qui pourraient être la fierté d'un peuple, ont de la misère, commente l'artiste passeur du 33e Festival en chanson, Kevin Parent. Ça tient une société unie! Le système de santé devrait reconnaître que la musique fait du bien, autant que les pilules et le vaccin contre la grippe.»

L'auteur-compositeur-interprète fustige les émissions télévisées qui «font des vedettes instantanées». «De voir les émissions de concours vocaux à la télé qui sont en santé, mais de voir que des ateliers formateurs comme Petite-Vallée soient mis de côté et qu'on n'ait pas d'argent à injecter là-dedans, je trouve que c'est une très grave erreur, s'indigne Kevin Parent. Ils forment des artistes! Ils forment pas des vedettes! Chez les artistes, il y a une conscience, une collectivité, une intelligence, une recherche, une poésie, une fierté. Ça développe les humains et la richesse d'un peuple.»

Y aura-t-il un 34e Festival en chanson? «Je croirais que oui, répond Alan Côté. On demeure très optimistes.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer