• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Sur scène 
  • > Festival en chanson de Petite-Vallée: Hommage très gaspésien à Kevin Parent 

Festival en chanson de Petite-Vallée: Hommage très gaspésien à Kevin Parent

L'animation du spectacle en hommage à Kevin Parent... (Photo collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

L'animation du spectacle en hommage à Kevin Parent a été assumée avec humour par Daniel Boucher.

Photo collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Cloridorme) Kevin Parent, l'artiste passeur du 33e Festival en chanson de Petite-Vallée, n'aura pas manqué d'émotions fortes. Elles ont culminé hier soir lorsqu'une vingtaine d'artistes connus et moins connus, dont plus de 80 % venaient de la Gaspésie, lui ont rendu un vibrant hommage dans l'église de Cloridorme, pleine à craquer.

Daniel Boucher a assuré l'animation dans une atmosphère détendue et drôle. Celui-ci a rappelé qu'il a connu Kevin Parent en 1997. «Ce soir, mon ami, c'est ta fête», a-t-il dit en s'adressant à Kevin Parent, qui était assis dans l'auditoire. «On est tous là pour toi. Bienvenue chez vous! On va faire un hommage qui va célébrer la vitalité de la Gaspésie et de tous ceux qui portent à bout de bras le Festival en chanson de Petite-Vallée!»

La première partie du spectacle a d'abord fait place à quatre des huit participants sélectionnés: Émile Bilodeau, Ariane Vaillancourt, Raphaël Butler et Véronique Bilodeau.

En deuxième partie, des artistes tels que les jumeaux Maxime et Mathieu Joncas, le duo Dans l'Shed, Guillaume Arsenault, Étienne Cotton et Yann Perreau ont revisité le répertoire de Parent avec leur interprétation bien personnelle. Le chanteur de Bonaventure Steve Arsenault, alias St.Mars, qui s'est illustré au dernier concours Ma première Place des Arts, a livré une chanson de l'artiste passeur en y allant de sa voix planante et de son style bien à lui. La révélation chez les interprètes du Festival en chanson d'il y a 10 ans, la Française Gaële, a offert une prestation suave et théâtrale pour séduire Kevin Parent de façon humoristique.

Mais le clou du spectacle a incontestablement été Manuel Gasse, qui a conquis l'assistance. «Je connais seulement deux chansons de lui [Kevin]: Fréquenter l'oubli et Seigneur», a affirmé le pince-sans-rire. «Mais je me suis dit qu'on était tannés de les entendre.» L'auteur-compositeur-interprète de Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord, a donc enchaîné avec l'une de ses compositions, qu'il a intitulée Fréquenter le seigneur. La foule, en liesse, s'est bidonnée.

Lorsque Daniel Boucher a invité Kevin Parent à venir le rejoindre sur scène, l'artiste est apparu ému. Après avoir fait une longue accolade à l'animateur de la soirée, il a livré un court et vibrant hommage à son père, décédé récemment. Le Festival a pris fin hier.

Éric Charland se démarque

Parmi les participants de la sélection officielle de ce 33e Festival en chanson, qu'on appelle «les chansonneurs», Éric Charland aura obtenu la palme en remportant 5 des 16 prix décernés à l'issue de l'événement, suivi de près par Ariane Vaillancourt, qui en aura décroché 4, et Marion Cousineau, à qui le jury en a remis 3.

Un côté noble

PETITE-VALLÉE - «En réécoutant mes tounes objectivement, ça me remettait dans le contexte où je les avais écrites : je revois l'émotion, l'élan et la genèse, et ça, c'est touchant», a admis Kevin Parent. «Me faire bercer à écouter mes chansons, ça a été une façon de découvrir certains artistes. Ils prennent leur place à travers mes chansons.»

Kevin Parent a beaucoup apprécié son rôle de passeur au Festival. Il aime le côté qu'il qualifie de noble à l'événement. «On dirait un campus universitaire de la chanson. Il y a quelque chose d'académique là-dedans. Il y a une vocation d'ateliers, de cours et de recherche. Ça va au-delà du festival où on fait boire le monde et où "on jamme des tounes, puis bye-bye le monde".»

Le directeur général et artistique du Festival en chanson est satisfait de ce 33e événement. «On dirait que le fait qu'on ait annoncé qu'on était en danger, ça a mis du coeur, remarque Alan Côté. J'ai senti beaucoup de solidarité de la part des touristes. On a risqué gros en présentant six gros spectacles à l'église de Cloridorme, plutôt que trois, et les gens ont bien répondu.» Selon lui, il n'y a jamais eu une si forte présence gaspésienne lors du Festival.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer