Le Grand Théâtre de Québec abandonné à son sort

Cela fait une décennie qu'on a remarqué que... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Cela fait une décennie qu'on a remarqué que le béton de la structure, soumis aux intempéries, vieillissait mal, selon les documents du Grand Théâtre. On en voit des exemples sur ces photos prises lundi par Le Soleil.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Grand Théâtre de Québec, en fort mauvais état, devait subir «des travaux majeurs à court terme», dès le mois d'août. On évaluait même la possibilité de l'encapsuler dans une coquille de verre pour le sauver... Le Soleil a appris que le projet a été repoussé. L'échéancier ne tient plus.

Le Grand Théâtre ne se risque plus à... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

Le Grand Théâtre ne se risque plus à annoncer une date pour le début du chantier d'abord prévu le 15 août

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Voilà une décennie qu'on a remarqué que le... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.1

Agrandir

Voilà une décennie qu'on a remarqué que le béton de la structure, soumis aux intempéries, vieillissait mal. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le Grand Théâtre ne se risque plus à annoncer une date pour le début du chantier d'abord prévu le 15 août. On sait cependant que le choix du remède pour rescaper le bâtiment patrimonial est remis à la fin de l'année : «Avant que ce soit rendu public, ça va à l'automne», annonce la chef du service du marketing et des communications, Lucie Cloutier.

Mais les travaux ne devaient-ils pas débuter rapidement? «Il n'y a pas ça nulle part d'écrit. Je ne sais pas où vous avez pris l'information», soutient-elle fermement. «Il n'y a pas de début de travaux d'annoncé pour [...] le 15 août. Il faut d'abord que les projets soient acceptés, que les enveloppes soient approuvées... C'est dur de s'avancer sur un début de chantier. On ne peut pas savoir à ce stade-ci.»

Vérification faite, c'est erroné. Les documents d'appel d'offres sont éloquents. Les propositions des soumissionnaires devaient être analysées prestement et le contrat signé avant le 1er août pour que les travaux débutent deux semaines plus tard. On donnait environ 18 mois à l'entrepreneur élu pour finaliser le chantier.

Il y a urgence, semble-t-il. L'automne dernier, Le Soleil avait révélé l'état préoccupant du Grand Théâtre de Québec (GTQ). «Il y a une dégradation qui est irréversible», annonçait le président-directeur général, Marcel Dallaire [Il a depuis été remercié par le gouvernement libéral]. Toutes les options étaient évaluées afin d'offrir un traitement-choc au bâtiment : «Il n'y a pas de limite quant aux solutions. [...] On est ouvert à toutes les idées.»

Des documents produits par l'institution artistique, que nous avions consultés, étaient très clairs : «[Le] revêtement extérieur du GTQ est affecté par un processus de dégradation importante du béton, irréversible et nécessitant des travaux majeurs à court terme.» Il est acquis que l'architecture extérieure sera altérée de façon «plus ou moins importante». Certaines options étudiées jusqu'à maintenant envisagent même de «démonter la murale Jordi-Bonet». C'est l'oeuvre majeure qui recouvre 50 % des murs intérieurs, sur laquelle est inscrite la célèbre citation : «Vous êtes pas écoeurés de mourir bande de caves! C'est assez!»

Trois «concepts d'intervention» sont à l'étude :

  1. «Encapsuler le bâtiment existant dans une nouvelle coquille totalement différente du bâtiment existant», décrit-on dans les documents obtenus. M. Dallaire citait en exemple la maison de la musique de Barcelone, dont une partie des façades est enveloppée de verre.
  2. Apposer un nouveau matériau sur le béton, ce qui en modifierait l'aspect.
  3. Enlever les structures de béton géantes et les remplacer par des éléments similaires.

Le GTQ a été conçu en 1964. Il... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Le GTQ a été conçu en 1964. Il a été érigé afin de célébrer le centenaire de la Confédération canadienne. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le béton vieillit mal

Voilà une décennie qu'on a remarqué que le béton de la structure, soumis aux intempéries, vieillissait mal. «Depuis près de 10 ans maintenant au GTQ, on observe que les composantes de béton préfabriqué de l'édifice se désagrègent de manière constante, récurrente, et que le phénomène est progressif dans le temps», détaille-t-on dans les documents du Grand Théâtre. «Les infiltrations d'eau, par les microfissures, provoquent l'éclatement du béton et des fragments se détachent du bâtiment.»

Malgré cela, Lucie Cloutier affirme que le GTQ est sécuritaire : «Tous les travaux d'entretien, de prévention, ça suit son cours, ça se fait, donc il n'y a pas de problème de ce côté-là. [...] On avait pris des mesures pour sécuriser les lieux. Les travaux d'entretien et de prévention sont faits.»

Elle ajoute : «Il ne faut pas être alarmiste, dans la mesure où le Grand Théâtre a pris des mesures de prévention.»

Le GTQ a été conçu en 1964. Il a été érigé afin de célébrer le centenaire de la Confédération canadienne. Il n'a toutefois été inauguré qu'en 1971, quelques années après le 100e anniversaire du Canada en 1967. À l'époque, il a coûté 10 millions $, plus 4 millions $ pour le conservatoire voisin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer