Spectacle de la fête nationale à Québec: brasser le feu

«Oui, on est huit millions d'étincelles. On est... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Oui, on est huit millions d'étincelles. On est tous uniques et différents, mais quand on se rassemble, ça finit par donner un feu» - Stéphane Archambault, à propos de son inspiration pour son discours patriotique de la Fête nationale

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si le traditionnel feu de joie brûlera de nouveau sur les plaines d'Abraham mardi soir, le porte-parole de la fête nationale, Stéphane Archambault, songeait à d'autres flammes au moment de signer le discours patriotique qu'il livrera sur scène : celles qui allument les projets collectifs et qu'il faut parfois alimenter de peur de les voir disparaître.

Originaires de Beauport, les gars du groupe The... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Originaires de Beauport, les gars du groupe The Seasons ont déjà eu l'occasion de vivre la Saint-Jean-Baptiste du point de vue des fêtards. Cette année, toutefois, ils se retrouvent de l'autre côté du party.

Le Soleil, Erick Labbé

«En contexte d'austérité comme dans n'importe quel moment de la vie d'un peuple, c'est un feu qu'il faut entretenir, résume-t-il. Parfois, le feu faiblit et quand ça arrive, soit on le regarde s'éteindre ou on le brasse...»

Le chanteur du groupe Mes Aïeux montera mardi soir sur la grande scène des Plaines en compagnie de Louis-Jean Cormier, d'Alex Nevsky, de Fanny Bloom, de Patrick Norman, de Nanette Workman, des groupes Galaxie et The Seasons et de Salomé Leclerc. Une troupe multigénérationnelle qui fera la part belle à la musique des uns et des autres - encore une fois, la soirée se passera d'animateur - et qui a été réunie sous la thématique Huit millions d'étincelles

Rencontré lundi pendant que tout ce beau monde répétait le spectacle de mardi soir, Stéphane Archambault a avoué s'être «mis la tête sur le billot» en acceptant de signer le texte patriotique. «Il y a toujours cette espèce de polémique à savoir si la fête est politique ou non. J'aurai atteint mon but si une majorité de personnes trouvent que j'en ai fait un bon, s'il y a du monde qui trouve que ce n'était pas assez nationaliste et d'autres qui trouvent que ça l'était trop. Si j'arrive là, je vais être à la bonne place!» explique le chanteur, qui a notamment souhaité accentuer le côté rassembleur sous-entendu dans le thème choisi cette année pour la fête.

«Oui, on est huit millions d'étin-celles, note-t-il. On est tous uniques et différents, mais quand on se rassemble, ça finit par donner un feu. On peut évoquer le feu intérieur... Mais on a tous un pays intérieur, aussi. On a tous notre Québec intérieur. J'ai voulu parler de ça.»

Célébration et réflexion

Le spectacle de la fête nationale sur les plaines d'Abraham sera le théâtre d'une première pour la formation de Québec The Seasons, qui a accepté de se commettre dans la langue de Félix Leclerc.

«On n'a jamais été contre, nuance Julien Chiasson. Mais les autres fois qu'on nous l'a proposé, c'était souvent pour des raisons commerciales. Pour passer à la radio, par exemple, ou pour des raisons qui n'étaient pas valables pour nous. Par contre, célébrer la culture québécoise dans notre ville, ça, c'est une raison parfaitement valable et stimulante pour les artistes que nous sommes.»

Pour l'occasion, le quatuor a adapté en français le texte de sa chanson The Fences. «On trouvait que ça allait ironiquement bien avec notre présence sur un spectacle comme celui de la Saint-Jean, ajoute Julien Chiasson. C'est un one shot deal. On ne l'enregistrera pas, on va la chanter une fois et c'est fini après. Donc on a resserré la signification du texte autour du fait que nous, The Seasons, jouons sur les Plaines [ce] soir.»

Le chanteur et guitariste du groupe Galaxie, Olivier Langevin, est aussi de ceux qui croient qu'un spectacle de la Saint-Jean-Baptiste revêt une signification particulière. «C'est une journée pour en profiter, pour fêter, mais je pense que c'est aussi une journée de réflexion et de souvenir, commente-t-il. C'est bon de se rappeler d'où on vient. Je pense que c'est important d'avoir une petite réflexion pendant cette journée-là.»

Quant au vétéran Patrick Norman, il se réjouit encore davantage de l'éventail musical qui se déploiera sur les planches mardi soir, alors que des musiciens d'âges et de styles musicaux divers se rencontreront pour célébrer le Québec. «Ça vient confirmer ma conviction que la musique est intemporelle, lance-t-il. Une belle chanson demeure une belle chanson, qu'elle ait été faite il y a 100 ans ou avant-hier. Ça demeure!»

Fanny Bloom a répété sur la scène des... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Fanny Bloom a répété sur la scène des Plaines, lundi.

Le Soleil, Erick Labbé

De l'autre côté du party

Originaires de Beauport, les gars du groupe The Seasons ont déjà eu l'occasion de vivre la Saint-Jean-Baptiste du point de vue des fêtards. Cette année, toutefois, ils se retrouvent de l'autre côté du party.

«On ne s'y attendait pas», reconnaît Hubert Chiasson, qui voit dans l'invitation des organisateurs l'occasion d'une «belle transition». «Les années d'avant, on était sous l'effet de l'alcool sur le gazon, rigole-t-il. Là, on va être sur scène. Ça montre qu'on avance bien, finalement!»

Fanny Bloom n'a de son côté jamais participé aux célébrations de la fête nationale à Québec. Ni comme chanteuse ni comme fêtarde. Derrière l'immense scène, elle se disait lundi heureuse de voir enfin de quoi il en retourne. «Ce n'est pas juste un show de la Saint-Jean, c'est pas mal LE gros show de la Saint-Jean, a-t-elle observé. Je vais vivre ça en même temps que je performe... Je suis pas mal excitée!»

La chanteuse a bien entendu parler de ces années où les débordements étaient fréquents à la fête nationale. «On disait que c'était l'apocalypse, le gros bordel... Et qu'il fallait vivre ça au moins une fois dans sa vie! se souvient-elle en riant. Je sais qu'ils ont calmé le jeu un peu... Mais je suis sûre qu'on va trouver le moyen de festoyer comme du monde.»

Ces derniers temps, Fanny Bloom avait toutefois plus la tête à étudier qu'à fêter : «J'accompagne pas mal tout le monde dans le spectacle, a-t-elle décrit. Donc j'ai une belle grosse liste de chansons à apprendre. On n'a pas de télésouffleur, pas de lutrin, donc c'est vraiment du par coeur. C'est ce qui m'énerve un peu!»  

=> À voir sur la grande scène des Plaines

  • 21h : Spectacle mettant en vedette Louis-Jean Cormier, Alex Nevsky, Stéphane 
  • Archambault, Patrick Norman, Nanette Workman, Galaxie, Fanny Bloom, Salomé Leclerc et The Seasons. Le concert est diffusé dès 21h30 sur les ondes de Télé-Québec, de Rythme FM, de M FM et de CKOI. 
  • 23h : La formation Misteur Valaire prend le relais avec ses invités Karim Ouellet et Alaclair Ensemble. 
  • 1h30 : Prestations des DJ Peakafeller et Mike Sickini. 

Détails au capitale.fetenationale.quebec

***

À voir au Party Envol et Macadam

Destination musicale pour les amateurs de musique plus alternative, le party Envol et Macadam installera ses trois scènes derrière le Concorde, où les artistes se succéderont entre 21h et 4h. Amor & Willie, Les Trimpes, Simon Kearney, Jimmy Hunt, Les chiens de ruelles et Solids joueront tour à tour sur la scène rock. Ty-Q, Volkanik, Vita Nova, Les Ambassadeurs, Sir Pathétik et Manu Militari se chargeront du menu hip-hop. La scène électro fera danser les fêtards jusqu'au petit matin avec des prestations d'Axrun, Magnus, Dopamyne, Miss DJ Licious et Dream Creator. 

Détails au www.envoletmacadam.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer