Jean-Efflam Bavouzet: la touche française

Jean-Efflam Bavouzet sera au Domaine Forget les 26... (Photo Henry Fair)

Agrandir

Jean-Efflam Bavouzet sera au Domaine Forget les 26 et 27 juin.

Photo Henry Fair

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-Efflam Bavouzet croit aux sensibilités nationales. Il ne se sent jamais plus français que lorsqu'il joue Ravel, ce qui ne l'empêche pas d'aimer et de fréquenter assidûment Beethoven. Il dit s'inscrire dans la lignée de Yves Nat, le premier Français à avoir enregistré l'intégrale de ses 32 sonates. Il trouve par ailleurs la musique de Schubert «injouable». Entrevue avec le prolifique pianiste qui fera ses débuts au Domaine Forget, la semaine prochaine.

Q Jean-Efflam Bavouzet, vous êtes parmi les pianistes chanceux qui enregistrent beaucoup... 

R Chanceux est tout à fait le mot, en effet! 

Q Vous enregistrez beaucoup et à un rythme impressionnant. On se demande comment vous faites...

R Si vous voulez vraiment savoir, moi aussi je me demande, parfois! Tout récemment, j'ai enregistré 14 concertos sur une période de 18 mois : trois Prokofiev, trois Haydn, quatre Stravinski, trois Pierné, et le Capriccio de Janacek. Mais je n'ai plus 20 ans - malheureusement. Je bénéficie et je peux profiter de tout le répertoire que j'ai travaillé quand j'étais bien plus jeune. Évidemment, je fais aussi des choses en solo, les sonates de Beethoven, les sonates de Haydn...

Q À propos, où en êtes-vous dans l'intégrale des sonates de Beethoven?

R J'en suis au dernier quart, puisque c'est sur neuf disques et que le septième est déjà enregistré. Ça sortira au printemps 2016. En ce qui concerne les sonates de Haydn, je n'en suis encore qu'au premier tiers. Ça risque de s'étaler sur pas mal d'années. 

Q Qu'est-ce qui oriente ou guide vos choix d'enregistrement? D'une part, vous faites beaucoup de musique de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle, d'autre part beaucoup de Haydn et de Beethoven. Entre les deux, il y a une sorte de trou...

R Il y a des compositeurs auxquels je ne touche pas. Schubert et Brahms en font partie. 

Q Et Mozart? 

R Mozart va arriver. On va enregistrer de ses concertos avec mon ami Gábor Tackács et le Manchester Camerata, la même équipe avec laquelle nous avions fait les concertos de Haydn. Il y aura sans doute plusieurs disques. On a aussi un projet de concertos de Grieg, avec l'orchestre de Bergen et son chef Edward Gardner. 

Q Donc, vous ne touchez ni à Schubert ni à Brahms...

R Je trouve Schubert proprement injouable. Je le trouve en tout cas extrêmement difficile - vous direz que ça paraît paradoxal quand on a enregistré tous les concertos de Bartok. C'est une autre virtuosité, une autre approche. Quant à Brahms, je ne me sens pas très proche de sa musique. Il y a comme ça des compositeurs qui vous renvoient à votre sensibilité nationale. Ravel, par exemple. Je me sens français quand j'écoute ou que je joue Ravel - pas du tout quand je joue Debussy. A contrario, je me sens trop français pour jouer Brahms. Mais je n'ai pas dit que je ne l'aimais pas. Je l'aime surtout dans certaines pièces intimes de musique de chambre, qui sont d'une beauté à pleurer.

Q On peut dire que vous travaillez beaucoup... 

R Ça, oui! J'adorerais faire un album des oeuvres de Pierre Sancan [son professeur de piano, qui fut également compositeur]. J'aimerais bien enregistrer Gershwin avec un chef anglais qui fait ça comme personne et qui s'appelle John Wilson. On a des toquades, on a plein de projets, bien sûr.

Q Vous entretenez déjà de bonnes relations avec de nombreux chefs d'orchestre...

R Oui, et c'est important. Je pense qu'un bon pianiste, il est forcément chef d'orchestre quelque part. Quand on voit un Jurowski, un Noseda, un Tortelier, un Ashkenazy ou un Antoni Wit, on est forcément inspiré. J'apprends beaucoup en travaillant au contact de tous ces chefs. 

Q Il y a compatibilité entre votre sensibilité française et Beethoven?

R Absolument! Pour ne rien vous cacher, j'ai été bien plus sensible à la musique de Beethoven - ou à celle de Bartok - qu'à celle de Debussy, jusqu'à la trentaine. Debussy, je l'ai compris très, très, très tard. Quant à Beethoven, on n'en est toujours pas revenu, de ses 32 sonates!

Q Vous avez choisi de jouer les sonates opus 78, 90 et 101 lors de votre passage au Domaine Forget. Les avez-vous déjà enregistrées?

R Je vais le faire en septembre.

Q Peut-on dire qu'il s'agit d'une sorte de rodage avant l'enregistrement?

R Je pense que même une fois que je les aurai enregistrées, je n'aurai qu'une envie, c'est de recommencer! C'est toujours en rodage, cette musique-là. Beethoven résonne en nous d'une manière différente selon les étapes de notre vie intime. Il y a peu de compositeurs sur lesquels les vues peuvent changer autant en tant qu'interprète. Évidemment, on mûrit toujours, mais dans le cas de Beethoven, c'est énorme. Je les ai déjà beaucoup jouées, je les joue en ce moment puisque je vais les enregistrer, et je suis sûr que je les rejouerai encore plus tard.

Albéric Magnard au programme

Le 26 juin, la veille de son récital solo, Jean-Efflam Bavouzet retrouvera le flûtiste Timothy Hutchins, le hautboïste Olivier Doise, le clarinettiste Romain Guyot et le bassoniste Julien Hardy sur la scène de la salle Françoys-Bernier dans le Quintette opus 8 d'Albéric Magnard, un compositeur méconnu mais néanmoins très attachant, pense le pianiste. «C'est une oeuvre que j'aime beaucoup. Dans ce quintette, on trouve un mouvement lent vraiment très, très poétique, avec des audaces harmoniques. [...] Magnard n'est pas obsédé par la beauté. Il y a des choses qui sont assez âpres, assez anguleuses. J'aime ce côté un peu à prendre ou à laisser.»

***

Vous voulez y aller?

Qui : Jean-Efflam Bavouzet, pianiste

Où : salle Françoys-Bernier du Domaine Forget

Quand : 26 juin (soirée de musique de chambre) et 27 juin (récital solo) à 20h

Billets : 39 $ et 49 $

Tél. : 888 336-7438 ou 418 452-8111

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer