ComediHa! fest

Gala de Peter MacLeod: sous la ceinture

Peter McLeod a été rejoint sur scène par... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Peter McLeod a été rejoint sur scène par Bernard «Rambo» Gauthier.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Peter MacLeod a donné vendredi un coup de virilité aux numéros d'ouverture des galas du ComediHa! Fest-Québec en négociant l'ouverture d'une cellule djihadiste au Québec avec le comédien Reda Guerinik et en réglant le cas avec une apparition de Rambo Gauthier.

Au retour de l'entracte, il a servi sa liste de revendications après avoir chassé une flopée de manifestants avec des serpentins en aérosol. Le gala s'est clos sur une (longue) discussion entre Dominic Paquet et MacLeod projetés dans le futur dans un CHSLD. Bref, la trame de fond du gala était constituée d'images présentées maintes fois au bulletin télévisé.

Malgré cette «aura sociale», un seul numéro de la première partie, celui du mentaliste français Fabien Olicard - épicé par l'apparition d'Éric Salvail, était dépourvu de blagues de pénis, de pipi ou de pet, apparemment incontournables.

On a toutefois eu droit à quelques numéros bien rythmés parmi une enfilade éclectique.

Mario Jean a joué sur l'idée de «l'homme moyen», comme tout le monde, qui se tient loin des extrêmes en parlant d'Old Orchard, des dos d'âne, des machines Nespresso et des émissions traduites de Canal Vie.

Martin Vachon a exploité un thème inusable, les différences hommes-femmes, avec habileté, en prenant pour prémisse que la découverte de la recette du sperme allait reléguer l'homme au statut d'animal de compagnie.

Alex Roy a mixé des blagues sur son nouveau rythme de vie avec une mère de trois enfants et les exploits buccaux pour reproduire l'ambiance des clubs dans un numéro très efficace. Les analogies facebookiennes d'Adib Alkhalidey et les histoires de Michel Barrette, racontant notamment son premier - et dernier - voyage à Cuba, ont aussi fait partie des bons moments de la soirée.

Pas toujours convaincant

Le mélange habituel de valeurs sûres et de nouveaux visages était complété par quelques performances plus inattendues, mais pas toujours convaincantes.

Daniel Grenier, un ancien des Chick'n Swell (présenté par la formule «Soyez ouverts» par Peter MacLeod), a enchaîné les chansonnettes absurdes et les gags visuels avec masques et accessoires. Saïdou Abatcha a exploité l'humour des proverbes ancestraux et les jeux de mots sonores, tel un Sol africain ou «un oncle Georges camerounais», dira l'animateur, visiblement sceptique après son numéro. L'anglophone Mike Paterson a quant à lui servi un Power Mime un peu plat, après quelques lignes pourtant énergiques. Réjean de Terrebonne (Jean-Claude Gélinas) a été fidèle à lui-même, bière à la main et blagues crues à la bouche, alors que Mariana Mazza s'est félicitée d'avoir «moins de classe de Peter MacLeod». Celui-ci s'est surtout illustré dans ses apparitions solos, où il avait pleinement le contrôle, mais a livré une animation sans grand éclat.

Samedi, place au gala d'Éric Salvail à 18h et à 21h à la salle Louis-Fréchette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer