Memet Bilgin: la quête de la perfection

Memet Bilgin est le seul Canadien de la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Memet Bilgin est le seul Canadien de la troupe Spiegelworld

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis trois ans, il est L'homme aux graffitis en 3D dans Empire, un personnage voyeur qui se promène dans la tente. Memet Bilgin est le seul Canadien de la troupe Spiegelworld. Il est d'origine turque mais est arrivé à Montréal à l'âge d'un an.

Son numéro d'équilibre de branches de palmier coupe le souffle aux spectateurs partout où il passe. Ceux qui ont déjà vu le spectacle Amaluna du Cirque du Soleil sont familiers avec cette démonstration de contrôle et d'équilibre qu'effectuait alors l'artiste Lara Jacobs.

Memet Bilgin doit faire tenir en équilibre 13 branches de palmier les unes en dessous des autres. «Le numéro est très spécial à jouer. Ça n'a pas l'air, mais il y a beaucoup de subtilités, explique-t-il. Après trois ans de spectacles, j'ai encore des choses à travailler, à explorer. C'est un numéro fertile pour l'exploration artistique.»

Force, concentration, précision, le numéro exige énormément de l'interprète et ne laisse aucune place à l'erreur. «La majorité de mon énergie, je la dépense à minimiser le risque. Si je fais une erreur au début du numéro, elle restera jusqu'à la fin. Il n'y a pas de correction possible. Il faut être sûrs de son coup dès le départ. On ne peut pas être automatisés. C'est une question de millimètres si ça marche ou pas.»

Bilgin, qui a appris son métier par lui-même (il a une formation en programmation informatique), a travaillé pour différents cabarets en Allemagne et pour le cirque Rigolo en Suisse avant d'être recruté par Spiegelworld. À Montréal, il avait fait des spectacles corporatifs pour le Cirque du Soleil et le Cirque Éloize.

Il lui a fallu un an pour apprendre à faire tenir en équilibre les branches de palmiers et à être capable de soutenir d'une seule main la sculpture de 20 kilos. Douze mois après être monté sur scène, il atteignait le niveau qu'il voulait. «Il y a encore beaucoup d'espace pour grandir dans ce numéro. C'est ce qui me plaît.»

Longue carrière

À 36 ans, Memet Bilgin croit qu'il a encore plusieurs années devant lui comme artiste de cirque. «Les meilleurs artistes que j'ai vus avaient au-dessus de 50 ans! avance-t-il. La prestation qu'on donne sur scène a très peu à voir avec l'habileté physique qu'on a, à mon avis.»

«Dans la société, on a une perception erronée qu'on perd notre shape [«forme»], poursuit-il. En fait, on garde notre shape assez longtemps sans beaucoup d'efforts si on est moyennement actifs. L'affaire qui change, c'est que plus on est vieux, plus les blessures durent longtemps, ce qui fait qu'on ne récupère jamais. C'est pourquoi les artistes plus vieux ne prendront pas de risque quand ce n'est pas nécessaire. Le trade-off [«ce qu'on obtient en échange»], c'est qu'ils ont l'expérience et ils savent ce que le public veut comme performance.»

Memet Bilgin gagne sa vie avec le cirque depuis 10 ans. «J'aime beaucoup ce que je fais. Je trouve que l'art est essentiel à l'esprit humain donc je me trouve très chanceux de pouvoir faire ça.»

***

Vous voulez y aller?

Quoi : Empire

Qui : Spiegelworld

Quand : du 24 juin au 19 juillet

Où : port de Québec

Billets : de 52 $ à 134,50 $

Info : evenko.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer