Quand le cirque se la joue sexy

  • Pour Lucia Carabines, qui incarne Mademoiselle A, faire partie d'<i>Empire</i> est un rêve devenu réalité. (Photo Patrick Beaudry)

    Plein écran

    Pour Lucia Carabines, qui incarne Mademoiselle A, faire partie d'Empire est un rêve devenu réalité.

    Photo Patrick Beaudry

  • 1 / 9
  • Les prouesses de Denis Petaov et de Mariia Beseimbetova en patins à roulettes sur la minuscule scène. (Photo Patrick Beaudry)

    Plein écran

    Les prouesses de Denis Petaov et de Mariia Beseimbetova en patins à roulettes sur la minuscule scène.

    Photo Patrick Beaudry

  • 2 / 9
  • Les acrobates Vlad Ivashkin et Aiusha Khadzh Khamed (Photo Patrick Beaudry)

    Plein écran

    Les acrobates Vlad Ivashkin et Aiusha Khadzh Khamed

    Photo Patrick Beaudry

  • 3 / 9
  • Jonathan Taylor et Anne Goldmann interprètent les maîtres de cérémonie Oscar et Fanny. (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Jonathan Taylor et Anne Goldmann interprètent les maîtres de cérémonie Oscar et Fanny.

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 4 / 9
  •  (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 5 / 9
  •  (Photo Patrick Beaudry)

    Plein écran

    Photo Patrick Beaudry

  • 6 / 9
  • Lucia Carabines, contorsionniste (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Lucia Carabines, contorsionniste

    Photo Le Soleil, Erick Labbé

  • 7 / 9
  • Memet Bilgin est le seul Canadien de la troupe Spiegelworld (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Memet Bilgin est le seul Canadien de la troupe Spiegelworld

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 8 / 9
  •  (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Cirque du Soleil nous a habitués à des spectacles familiaux colorés à grand déploiement. Empire de Spiegelworld, qui s'installe dans le port de Québec dès mercredi et jusqu'au 19 juillet, propose une expérience tout autre. Dans une formule cabaret, Empire flirte avec le vaudeville, le burlesque, la comédie et la sensualité. Et la consommation d'alcool est encouragée... Enfants, s'abstenir.

Le Cirque du Soleil nous a habitués à... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

C'est en 2006 que le producteur Ross Mollison fonde la compagnie Spiegelworld, dont le nom est inspiré de la Spiegeltent (voir autre texte). Le premier spectacle, Absinthe, est présenté dans la Spiegeltent sous le pont de Brooklyn, à New York. Absinthe est depuis 2011 dans la cour avant du Caesars Palace à Las Vegas, là où Céline Dion se produit. Spiegelworld a aussi coproduit La vie de la troupe mont-réalaise Les 7 doigts de la main.

En 2012, Mollison fait appel à plusieurs artistes de cirque d'un peu partout sur la planète pour créer Empire à Times Square. Parmi eux, Jonathan Taylor et Anne Goldmann qui interprètent les maîtres de cérémonie Oscar et Fanny. Avant Empire, le couple marié californien bourlinguait dans le monde avec ses personnages de clown. Jusqu'à ce que les producteurs d'Empire lui mettent le grappin dessus. 

Entre les numéros d'acrobaties, où la tension est à couper au couteau, Oscar et Fanny taquinent les spectateurs, détendent l'atmosphère. Leur but? Faire rire. «On veut amener les spectateurs hors de leur coquille, indique l'interprète d'Oscar. Ce n'est pas un spectacle de théâtre. Il n'y a pas de quatrième mur. Alors, c'est vraiment interactif et ouvert.»

Oscar et Fanny ont même traduit leurs interventions dans la langue de Molière pour le public de Québec. Une attention qui sera sans aucun doute appréciée, leur dit-on.

Oscar et Fanny sont en quelque sorte à la base de l'histoire d'Empire, inspirée du mouvement pacifique Occupy Wall Street qui dénonce le capitalisme. «On était des producteurs très riches et l'économie s'est effondrée, raconte Jonathan Taylor. On a rassemblé tous nos amis pour essayer de reconstruire notre empire.»

Excentricité

Et leurs amis ont de bien drôles de noms... Il y a entre autres La femme vert lime, L'homme carotte, Le mec asiatique à moitié nu portant des couettes, Le garçon Big Mac et Le Pierrafeu noir! Ça donne une idée du sérieux du propos de ce spectacle qui se vante d'être excentrique.

Et que dire des Filles gorilles? Le trio de femmes au début de la vingtaine (Kateryna Rudenko, Leslie Munos et Alina Reutska) faisait partie des Guerrilla Girls, un groupe d'artistes féministes fondé en 1985 à New York. Les Guerrilla Girls revendiquent la place des femmes et des personnes de couleur dans l'art. Lors de leurs performances, elles portent toujours un masque en forme de tête de gorille. «Il y a eu beaucoup de protestation quand on a commencé à Broadway. Les producteurs d'Empire sont venus nous chercher et nous ont mis comme personnages dans le spectacle», explique l'Ukrainienne Alina Reutska.

Dans Empire, les Filles gorilles ôtent leur masque et incarnent le féminisme... en porte--jarretelles! Les interprètes, qui rivalisent d'équilibre et de force dans leur numéro de pyramide humaine, assument leur sensualité sur scène et en dehors. «Ce spectacle nous convient parfaitement, croit Alina. Avant, on ne pouvait pas exploiter notre côté sexy, on ne pouvait pas s'ouvrir autant. On se sent plus à l'aise. On peut être libres.»

Coup du destin

Empire a été présenté à New York, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon avant d'atterrir au Canada, d'abord à Montréal en mai, puis à Québec. La troupe poursuivra son périple à Ottawa, Toronto et Vancouver.

Pour Lucia Carabines, qui incarne Mademoiselle A dans une bulle, faire partie d'Empire est un rêve devenu réalité. «Ça a toujours été mon rêve de faire un spectacle de renommée mondiale comme Empire. J'ai été surprise parce que c'est arrivé plus tôt que je ne le croyais», dit-elle. À Melbourne, où elle a grandi, elle s'adonne à la danse et à la gymnastique. C'est à 14 ans qu'elle a un coup de coeur pour le trapèze et la contorsion. Elle s'entraînera d'ailleurs seule pour devenir contorsionniste puisque aucune école n'existe dans ce domaine dans son coin de pays. Elle fait des spectacles corporatifs, puis le spectacle Empire arrive à Melbourne. Coup du destin : celle qui incarne Mademoiselle A souffre d'une appendicite et ne peut se produire dans le spectacle. Le bouche-à-oreille fait son oeuvre et Lucia Carabines décroche le contrat de remplacement. Elle a deux jours pour apprendre ce rôle d'une Américaine (son minuscule costume porte d'ailleurs les couleurs du drapeau des États-Unis). Elle joue dans le spectacle pendant une semaine puis retourne chez elle. Quelques mois plus tard, son téléphone sonne. On lui offre le rôle de façon permanente.

Mademoiselle A se contorsionne à l'intérieur d'une sphère aérienne qui tourbillonne. Carabines exécute aussi différentes positions lorsque la bulle s'ouvre, se tenant en équilibre uniquement par les doigts et les orteils. Tout ça sans être attachée. Une expérience grisante, admet-elle. «Dans la plupart des numéros aériens, on n'est pas attachés et c'est ça qui rend le tout excitant.»

Qu'est-ce que la Spiegeltent?

La Spiegeltent d'Empire sera érigée dans le port de Québec où se trouve habituellement le chapiteau du Cirque du Soleil. La salle itinérante est faite de bois antique. Des miroirs biseautés (qui permettent de voir le spectacle sous tous ses angles) et des vitraux décorent l'intérieur. La Spiegeltent accueille une petite scène de trois mètres autour de laquelle sont disposés en cercle les 700 spectateurs. Banquettes de velours, tables rondes et bar contribuent à créer l'ambiance d'un cabaret. Les premières Spiegeltent (qui veut dire «tente de miroirs» en néerlandais) ont été construites à la fin du XIXe siècle. Elles servaient de salles de danse transportables dans des villes où il n'y avait pas d'installations adéquates. La plus célèbre Spiegeltent est certainement celle que l'on nomme The Famous Spiegeltent, construite en Belgique en 1920 par Oscar Mols Dom et Louis Goor. Plusieurs artistes se sont produits dans The Famous Spiegeltent. Dans les années 30, la chanteuse et actrice allemande Marlene Dietrich a chanté Falling in Love Again dans l'une d'elles. Il ne reste qu'une douzaine de Spiegeltent dans le monde.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer