Gala Olivier Martineau: bouffon et mordant

Il a fait les premières parties de Jerry Seinfeld, de Jamel Debbouze et... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il a fait les premières parties de Jerry Seinfeld, de Jamel Debbouze et d'Anthony Kavanagh. Jeudi, Olivier Martineau a brillé à l'animation de son propre Gala ComediHa! Fest-Québec.

Le filiforme Martineau est apparu sur scène avec l'aisance et le dynamisme qu'on lui connaît. Il a d'abord dévalé du haut d'un escalier, s'est couché sur un piano qui s'est écroulé avant que le décor n'en fasse autant. Il en a profité pour mettre tout le personnel qui se trouvait sur scène à la porte. Un tremplin bien pensé pour son numéro d'ouverture sur les compressions budgétaires.

Les routes délabrées, le coût des aliments et le système de santé ont été dans la mire de Martineau, qui croit qu'on devrait renommer les urgences des hôpitaux les «patiences». Son humour à la fois bouffon et acerbe a vraiment frappé dans le mille. Il n'avait pas perdu son mordant en deuxième partie. Le public s'est levé d'un bond pour l'applaudir.

Le même sort a été réservé à Mathieu Cyr, dont les tribulations de clinique de fertilité et de nouveau papa ont bien fait rire. Jean-Thomas Jobin a poussé l'absurde à l'extrême avec son dirty talk et son small talk entre une banane et un croissant représentant les organes génitaux masculin et féminin. Sa prestation nous a laissés mi-figue mi-raisin, si on peut poursuivre sur son thème alimentaire. Sans doute que Jobin fignolera ses blagues avant la première de son nouveau spectacle Apprendre à s'aimer, prévu pour la fin de l'année.

Réal Béland a ensuite reçu un accueil enflammé, mais sa performance n'a malheureusement pas été à la hauteur. Le Français Olivier de Benoist a eu la bonne idée de donner un énorme pistolet à eau à une spectatrice qui devait l'utiliser chaque fois qu'il tenait des propos misogynes. Celui qui a appelé sa femme Fidèle Casse-Couilles a probablement regretté d'avoir mis autant d'eau dans le jouet!

Olivier Martineau a présenté Virginie Fortin comme «un mélange entre Coco Chanel et Mike Tyson». Son numéro sur les métiers utiles ou pas en cas d'apocalypse était une idée originale.

Expérience

L'expérience a dominé en deuxième partie, alors qu'on a retrouvé Dominic et Martin, Sylvain Larocque, Michel Barrette et Jean-Michel Anctil (un invité-surprise). Dominic et Martin ont joué avec les mots de belle façon. Dominic Sillon a d'ailleurs trouvé un nouveau nom assez approprié à la colonoscopie : «un film de cul». Sylvain Laroque a démontré qu'il avait du métier avec un texte bien écrit sur le racisme, Michel Barrette a fait crouler de rire la foule avec ses histoires du quotidien et Jean-Michel Anctil a proposé un Râteau sans costume absolument délirant. Ça promet pour son prochain solo. (Pour en savoir plus, lisez notre entrevue avec Anctil demain dans le cahier Arts Magazine.)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer