ComediHa! Fest-Québec

P-A Méthot: c'est le temps des vacances!

Après une longue attente avant que sa carrière... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Après une longue attente avant que sa carrière démarre, P-A Methot a maintenant sa place dans le monde des humoristes.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ComediHa! débute le 11 juin. Et qui de mieux placé pour lancer les festivités que P-A Méthot, humoriste chouchou des gens de Québec!

Faire une entrevue avec P-A Méthot, c'est passer du rire aux larmes et l'entendre raconter une drôle d'histoire à propos de prunes...

Pour l'humoriste, le festival ComediHa! signifie le début de l'été, les vacances. Il y participe depuis 2003. Mais cette année, il parle de vacances «avec responsabilités» puisqu'il sera pour la première fois à la barre d'un des galas. P-A Méthot s'est bien entouré. «Ce sont tous des "stand-upeux", des raconteurs, décrit-il. [...] Il n'y a pas de cirque, pas de chiens qui marchent sur des ballounes, pas de Français... Ils ne m'ont pas donné d'Européens, ils n'ont pas pris de chance! [rires]» Mike Ward, Guillaume Wagner, François Massicotte, Peter MacLeod et François Léveillée figurent sur la liste d'invités. 

On l'a souvent raconté, il a fallu du temps, pas mal de temps même, pour que P-A Méthot trouve sa place au soleil dans le monde des humoristes. «On a fait du souterrain en tabarouette, rappelle-t-il. Un moment donné, j'avais hâte de voir le ciel.» Aujourd'hui, il savoure son succès. Son premier one-man-show, Plus gros que nature, a franchi le cap des 200 000 billets vendus. À la mi-mai, il réussissait à convaincre 7000 personnes de se replonger dans les années 80 (costumes et coiffures de l'époque en prime!) pour le spectacle Party 80-Back to the coiffure au Centre Bell. Il lui arrive même de conseiller la relève en humour. Comme Mélanie Ghanimé, invitée à son gala, avec qui il anime l'émission Direct dans l'net à Z. « Ça me fait drôle. Je me sens comme papi des fois. Je me dis que je ne suis pas si vieux que ça. Mais c'est parce qu'ils me font confiance.»

Il n'est peut-être pas si vieux (début quarantaine), mais il a beaucoup d'expérience. Après avoir fait des spectacles corporatifs et la tournée des bars pendant 15 ans à Québec (ville où il réside toujours), il tombe dans l'oeil de Peter MacLeod en 2011, qui lui demande d'assurer les premières parties de son spectacle. Jean-Michel Anctil emboîte le pas. Il commence à voir le ciel...

À la télévision, François Léveillée lui donne sa première chance en 2003 à Matv. «Ça me touche énormément que François Léveillée soit sur mon gala cette année, dit-il. C'est le premier qui m'a fait confiance pour un gala à la télé. Et 12 ans plus tard, c'est moi qui l'accueille sur mon propre gala. Ça, ça me fait de quoi.» Les larmes lui montent aux yeux... 

La politique? Non, merci!

P-A ne s'en cache pas. Il est un grand sensible. On l'a vu très ému le 12 mai lorsqu'il a été honoré à l'Assemblée nationale par le député de la Gaspésie (sa région d'origine), Gaétan Lelièvre. Celui-ci a souligné la persévérance dont l'humoriste a fait preuve pour réussir dans son métier, ainsi que son implication comme porte-parole de la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale du Québec et des centres de crise du Québec (Méthot a maintes fois parlé de son combat contre la bipolarité). Lors de l'Événement Avenir Lac-Mégantic en 2013, il avait fait rire de bon coeur l'ancienne première ministre du Québec Pauline Marois. En évoquant son apparente proximité avec les politiciens, on lui demande s'il n'aurait pas des aspirations politiques cachées. «Vraiment pas, répond-il spontanément, laissant croire qu'il a quand même déjà songé à la question. Il y a trop d'occasions de décevoir. Il n'y a aucune autre raison que celle-là. Comme député, on ne peut pas répondre à toutes les demandes. Ce pouvoir-là qu'on te donne est minime. C'est pas un pouvoir, c'est une position.»

«Le problème, c'est que j'aime le monde», ajoute-t-il, glissant au passage qu'il ne peut plus aller au «Club Price» un dimanche après-midi. «J'étais pas fait pour être une star parce que j'aime trop le monde. Quand t'es une star, tu t'obliges à t'éloigner des gens. Moi au contraire, j'aime mieux rassembler que diviser et m'exclure.»

Histoire de prunes

Les gens se confient beaucoup à lui après ses spectacles. Il reçoit souvent des cadeaux de ses admirateurs : pantoufles en Phentex, tartes au sucre, carrés aux dattes. Il s'est même déjà fait offrir une truite vivante dans une glacière! Mais le cadeau le plus étrange est venu de Saint-Georges-de-Beauce. Une dame d'un certain âge lui explique qu'elle a un prunier sur son terrain et qu'elle voulait lui concocter des tartes et des pots de confiture, mais qu'elle a manqué de temps. Elle lui a tout de même apporté des fruits de son arbre. «Il faut que tu viennes les chercher dans mon auto par exemple», dit-elle. P-A Méthot se rend à la voiture pour découvrir son cadeau... une caisse de 40 livres de prunes! Il n'y a vraiment qu'à P-A Méthot que de telles choses peuvent arriver! Il a intitulé son premier one-man-show Plus gros que nature (présenté à la salle Albert-Rousseau les 19, 20 juin et les 14 et 15 octobre). Il aurait facilement pu s'appeler Plus vrai que nature

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : P-A Méthot
  • Quoi : Gala ComediHa!
  • Quand : 11 juin, à 19h30
  • Où : Grand Théâtre
  • Billets : 45,75 $ à 116 $
  • Info : comediha.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer