Yannick Plamondon: la musique comme une expédition

Yannick Plamondon a toujours écrit une musique très... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Yannick Plamondon a toujours écrit une musique très haletante.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En écrivant Pierres d'attente, une commande de l'Orchestre symphonique de Québec qui sera créée demain sous la direction du chef Fabien Gabel, Yannick Plamondon a cherché à «plonger progressivement les gens dans une sorte de profondeur en créant un sentiment d'absolu, d'éternité». Si le compositeur considère que sa nouvelle oeuvre tient en partie de la mission d'exploration, il se fait tout de suite rassurant. «J'écris jusqu'où je pense que les gens sont capables de me suivre», dit-il.

Yannick Plamondon a toujours écrit une musique très haletante. Pour lui, c'est une manière d'entretenir la tension, et l'attention, jusqu'au bout. Quant à cette nouvelle pièce, il l'a construite à la manière de l'expédition Franklin, partie d'Angleterre en 1845 à la recherche du passage du Nord-Ouest, et dont les deux navires, l'Erebus et le Terror, ont été perdus, hommes et biens.  

Pierres d'attente est en quelque sorte un poème hivernal. On peut même le voir comme un tableau de Turner. C'est la marine anglaise qui se prend dans les filets du Grand Nord. À la fin, tel un bateau qui frappe la glace, le temps s'arrête, comme s'il s'était figé pour l'éternité.

Le titre s'inspire par ailleurs de l'architecture. Le terme pierres d'attente fait en effet référence à un pan de mur inachevé dont les pierres restent en saillie, en attente d'autres pierres. Le terme peut aussi désigner une pierre en attente d'une inscription importante. Pierres d'attente, «c'est aussi l'étude pour l'opéra que j'ai en tête, concède le compositeur. Ça pourrait être l'ouverture.»  

À la rencontre des gens

Yannick Plamondon enseigne la composition au Conservatoire de musique de Québec. La proximité de ses collègues professeurs, dont plusieurs occupent des premières chaises à l'OSQ, a joué un rôle important dans le processus de création. «Il faut aller à la rencontre des gens. Quand on écrit de la musique d'orchestre, il faut penser à l'orchestre pour lequel on va écrire. Ce projet, c'est un projet d'échange. Le vrai programme, c'est le terrain. Et le vrai terrain, c'est l'OSQ, son chef, son public, la salle Louis-Fréchette.»

Pierres d'attente sera présentée en ouverture, demain soir (elle ne figure pas au programme de la représentation du lendemain matin). On pourra également entendre à ce concert le Concerto no 3 de Prokofiev, avec le pianiste André Laplante, et la Symphonie no 5 de Beethoven.

Vous voulez y aller?

Quoi : concert de clôture de la saison de l'Orchestre symphonique de Québec

Où : salle Louis-Fréchette

Quand : demain à 20h (en reprise jeudi à 10h30, mais sans la pièce de Yannick Plamondon)

Billets : à partir de 38,20 $ (23 $ pour les 30 ans et moins)

Tél. : 418 643-8131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer