Festival Terra Incognita: Roine Stolt revient à ses premières amours

«À Québec, vous devriez entendre beaucoup de matériel... (Photo Pierre Ménard, Beauportrait)

Agrandir

«À Québec, vous devriez entendre beaucoup de matériel des deuxième et troisième albums, Inget Nytt Under Solen et Solo», a indiqué Roine Stolt.

Photo Pierre Ménard, Beauportrait

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les amateurs de rock progressif qui se rendront au festival Terra Incognita cette année au Centre d'art La Chapelle auront droit à un retour dans le temps. Le guitariste et chanteur suédois Roine Stolt (The Flower Kings, Transatlantic) s'amènera à Québec avec Kaipa Da Capo, la nouvelle mouture du groupe Kaipa avec lequel il avait fait ses débuts musicaux en 1974, à l'âge de 17 ans.

Stolt y retrouve les membres originaux Ingemar Bergman (batterie) et Tomas Eriksson (basse). Seul le claviériste et chanteur Hans Lundin manquera à l'appel parmi la formation qui a enregistré le premier album de Kaipa en 1975. Le guitariste a cependant embauché le claviériste Max Lorentz (Tyla Gang) et son frère Michael Stolt, qui a déjà fait partie des Flower Kings, pour compléter l'alignement.

«Un promoteur nous a contactés l'été dernier pour un festival et nous a donné l'idée de faire revivre Kaipa. Après avoir fait ce spectacle, on s'est dit : "Pourquoi on n'en ferait pas plus?" Alors on a présenté quelques spectacles de plus cet automne et on vient tout juste de jouer pour la première fois à Tokyo», raconte Stolt au bout du fil.

Ses retrouvailles avec Bergman et Eriksson auront donc été une réussite. «Nous avons une amitié qui dure depuis plus de 40 ans. Nous connaissons tout l'un de l'autre, les bons comme les mauvais côtés. Nous avons du plaisir à jouer ces pièces des années 70 un peu partout dans le monde car, à l'époque, nous ne donnions des spectacles qu'en Suède, en Norvège et au Danemark», explique-t-il.

Sans Lundin

Le musicien indique qu'il avait aussi offert à Hans Lundin de se joindre à eux, mais le cofondateur du groupe avec Eriksson a décliné l'invitation. Il faut dire que depuis 2000, Lundin lance des disques sous le nom Kaipa avec d'autres musiciens. Stolt avait d'ailleurs fait partie de cette reformation pendant quelques années.

«Hans m'avait demandé de jouer de la guitare sur son album solo et m'a ensuite demandé si ça me dérangeait qu'on appelle ça Kaipa. J'ai dit oui, en autant que ce soit correct pour les autres gars», explique Stolt, qui a quitté le groupe une deuxième fois en 2005.  

«Je comprends que ce soit un peu mêlant pour les fans car Hans est le seul membre qui reste de cette époque dans son groupe. Nous avons décidé de nous appeler Kaipa Da Capo et de jouer la musique des années 70 en spectacle. À Québec, vous devriez entendre beaucoup de matériel des deuxième et troisième albums, Inget Nytt Under Solen et Solo, car nous n'avons pas vraiment répété celles du premier album», poursuit Stolt.

Projet régulier

L'expérience a même redonné le goût aux vieux potes de poursuivre leur collaboration qui avait été mise en plan à l'approche des années 80. «Nous enregistrons du nouveau matériel, alors je crois que je peux dire que Kaipa Da Capo est devenu un projet régulier, en tenant compte du fait que deux des membres du groupe ont d'autres emplois et ne peuvent partir en tournée sur une base régulière», souligne le guitariste, qui est lui-même impliqué dans une tonne d'autres projets.

Maintenant âgé de 58 ans, Stolt éprouve énormément de plaisir à revisiter des pièces qu'il interprétait alors qu'il venait tout juste de quitter l'adolescence. «À l'époque, je n'étais qu'un jeune de 17 ans avec de grands yeux qui voulait jouer de la musique. Je suis agréablement surpris de voir qu'il y a encore un public pour nous, pas un public immense, mais une communauté vraiment sympa de gens qui apprécie notre musique», conclut-il.

Stolt agira essentiellement comme bassiste au sein du... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Stolt agira essentiellement comme bassiste au sein du groupe de Steve Hackett pour sa prochaine tournée. 

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Aux côtés de Steve Hackett

Collaborant déjà à plusieurs projets, Roine Stolt vient d'ajouter une nouvelle corde à son arc alors qu'il a accepté l'invitation de l'ex-guitariste de Genesis Steve Hackett de se joindre à son groupe pour la tournée qui débutera l'automne prochain.

Stolt agira essentiellement comme bassiste, mais empoignera parfois la guitare ou la guitare à 12 cordes le temps de quelques pièces. «Steve a avec lui deux excellents musiciens capables de jouer de la basse, Nick Beggs et Lee Pomeroy. Cependant, Nick sera occupé avec la tournée de Steven Wilson cet automne. Et Lee, il jouera avec le groupe pop Take That et je crois qu'il est aussi impliqué dans la nouvelle version d'Electric Light Orchestra de Jeff Lynne», explique le Suédois.

«Comme aucun d'eux ne pouvait faire la tournée, que nous sommes bons amis et que j'ai déjà joué avec lui, Steve m'a proposé la place. Il doit vraiment avoir confiance en mon jeu car je crois qu'il ne m'avait jamais entendu jouer de la basse auparavant», poursuit-il.

Stolt, qui a grandi en écoutant les albums de Genesis, interprétera maintenant ces pièces devenues des classiques qui constituent encore une bonne part des spectacles de Hackett. «C'est un peu bizarre de pouvoir jouer des pièces de Selling England by the Pound et The Lamb Lies Down on Broadway, c'est plutôt surréaliste», avoue-t-il.

Ce n'est cependant pas la première fois que Hackett et Stolt se retrouveront sur une même scène puisque le second avait déjà été l'invité spécial du premier, qui avait lui-même déjà rejoint Transatlantic, le supergroupe progressif dont fait aussi partie Stolt, pour quelques spectacles.

En pause

Roine Stolt indique d'ailleurs qu'il n'y a pas vraiment de plan concret du côté de Transatlantic pour le moment. «C'est comme ça que nous fonctionnons : on parle d'un nouvel album, on l'enregistre et on fait une tournée. Quand la tournée est finie, tout le monde est en congé», précise-t-il. Le dernier «cycle» a pris fin avec le spectacle de Transatlantic au Loreley Festival, en juillet.

«Ça peut paraître surprenant, mais nous ne nous parlons pas beaucoup entre ces périodes. J'ai des contacts avec Neal [Morse, chanteur] et un peu avec Pete [Trewavas, bassiste], mais pas vraiment avec Mike [Portnoy]. Neal m'a demandé d'être l'invité spécial de quelques-uns de ses spectacles solo en septembre mais, justement, j'ai dû décliner en raison de mon engagement avec Steve Hackett», résume-t-il. 

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Kaipa Da Capo au Festival Terra Incognita
  • : Centre d'art La Chapelle 
  • Quand : dimanche 17 mai, 21h30
  • Billets : 92 $ pour la journée
  • Téléphone : 418 686-5032
  • Site Web : www.billetech.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer