Les Violons du Roy: Spinosi a sorti les éperons

Dans Vivaldi, Vincent Lauzer a rappelé le magnifique... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Dans Vivaldi, Vincent Lauzer a rappelé le magnifique instrument que peut devenir une flûte à bec entre des mains expertes comme les siennes.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour vous faire une idée du déroulement du concert, jeudi après-midi à la salle Raoul-Jobin, imaginez Jean-Christophe Spinosi en cavalier, et les Violons du Roy en étalon. Dans le Presto du Telemann, le chef a carrément sorti les éperons afin de pousser son orchestre à fond. On l'a entendu crier - «Héééé!!!» - pour stimuler ses troupes, puis il s'est mis à taper rageusement du pied. Les musiciens s'y sont mis eux aussi, de sorte qu'on a assisté à un dernier droit complètement débridé, désinhibé et haletant. Ouf! C'était à la fois flamboyant et sauvage!

Heureusement, Spinosi travaille aussi dans la détente. En fait, il le fait surtout dans le plaisir.

Le chef est aussi violoniste, toute sa direction le rappelle. Le mouvement naît au niveau de la poitrine et des épaules, de sorte que la plus grande partie de l'énergie semble provenir directement du coeur. Vraiment, c'est comme si les bras de Jean-Christophe Spinosi s'allongeaient pour étreindre l'orchestre en entier. Et, en effet, on dirait que les Violons du Roy se métamorphosent en un seul instrument format géant qui occupe toute la scène et dont le son emplit toute la salle.

Dans le Concerto pour flûte et flûte à bec de Telemann, Spinosi lance la formation dans un allegro rapide et vif tout en prenant soin de contenir l'élan et l'enthousiasme des instrumentistes. Il obtient encore plus de relief en commandant des crescendos et des diminuendos rapides. Reste qu'on se demande bien comment les Violons réussissent à déployer autant d'énergie sans enterrer les deux flûtes. Il faut vraiment l'entendre pour le croire. 

Dans Vivaldi, Vincent Lauzer vient nous rappeler le magnifique instrument que peut devenir une flûte à bec entre des mains expertes comme les siennes. Dans le Largo du Telemann, en duo avec Ariane Brisson à la flûte traversière, on ne peut que constater le merveilleux contraste obtenu par le jumelage de ces deux instruments. La flûte traversière finit par sonner comme une sorte de cornet rond et soyeux. Avec la flûte à bec, on aurait dit deux angelots sortis tout droit du XVIIIe siècle flottant au-dessus d'un nuage de pizzicatti. 

L'exécution de l'Adagio de Barber fut un petit miracle de fondu. OEuvre née du néant, un peu comme par miracle, notamment grâce à la qualité de l'acoustique qui prévaut à Raoul-Jobin, elle retourne au silence en laissant une profonde et durable impression d'apaisement.

Même si celle-ci a été arrangée par Rudolf Barshai à partir du Quatuor à cordes no 8, aucune composition de Chostakovitch ne semble porter davantage la marque du compositeur que sa Symphonie de chambre. Le plus étonnant dans l'interprétation des Violons, c'est peut-être ce son satiné, d'une texture absolument contraire à celle à laquelle on se serait attendu. Benoit Loiselle, notamment, ne s'est pas contenté de jouer du violoncelle : il a fait magnifiquement chanter son instrument.

LES VIOLONS DU ROY. Direction : Jean-Christophe Spinosi. G.P. Telemann : Concerto pour flûte

et flûte à bec en mi mineur. A. Vivaldi : Concerto pour flautino en do majeur «alla quarta bassa». S. Barber : Adagio pour cordes, op.11. D. Chostakovitch : Symphonie de chambre en do mineur, op.110a (arr. de R. Barshai du Quatuor à cordes no 8). Jeudi après-midi à la salle Raoul-Jobin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer