Elvis Experience à Las Vegas: presque du sport extrême

Martin Fontaine... (PHOTO AUDREY HYNES)

Agrandir

Martin Fontaine

PHOTO AUDREY HYNES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Las Vegas) «Welcome to Las Vegas, baby!» Martin Fontaine a souvent lancé cette phrase tout sourire, mercredi, en croisant des connaissances ou des collègues au casino Westgate de Las Vegas, où il s'installe pour les cinq prochaines semaines avec le spectacle Elvis Experience. S'il est fébrile, le personnificateur le cache plutôt bien. Il est enthousiaste, en super forme, il a l'air prêt. Heureusement, puisqu'à la veille de la grande première, il restait beaucoup de boulot à abattre pour pouvoir dire la même chose des lieux qui accueilleront le concert dès jeudi soir.

L'équipe d'Elvis Experience croyait pouvoir s'installer dans la salle du Westgate en début de semaine, des auditions pour l'émission So You Think You Can Dance l'ont finalement fait patienter jusqu'à mercredi. Les lieux avaient donc l'air d'une véritable ruche, en après-midi, avec des ouvriers qui s'affairent par dizaines sur les planches, en coulisses et dans les gradins, où des banquettes de velours beige ont été installées pour redonner un petit look sixties aux lieux. Les artistes aussi avaient du pain sur la planche, considérant que 18 musiciens d'orchestre ont été embauchés sur place et n'ont même jamais vu le spectacle. Le tout à un peu plus de 24 heures du tapis rouge où sont notamment attendues la veuve et la fille du «King», Priscilla et Lisa Marie Presley.

Assis dans la loge qui sera la sienne pour les prochaines semaines, la même qui a accueilli Elvis pendant sept ans, entre 1969 et 1976, Martin Fontaine essayait mercredi de ne pas se prendre la tête avec les délais serrés qui lui sont imposés. «C'est dernière minute, à mon avis, pour un événement comme ça, observe-t-il. Ça se prépare de longue haleine... Mais c'est peut-être la manière de faire à Las Vegas: tout se fait vite et tout se fait gros. Peut-être que demain, on va se lever et que les affiches du show vont être tapissées dans la ville. Tu ne peux pas faire de la publicité à long terme. Les gens qui viennent à Vegas ne sont que de passage.»

Pour Martin Fontaine, mieux vaut être zen, donc... «Je n'ai pas le choix, sinon je vais perdre la carte. Il faut que je me concentre sur ma performance. Mais le moral est bon», a-t-il assuré.

Le retour du «King»

La présentation du spectacle Elvis Experience à Las Vegas s'inscrit dans une volonté de revaloriser la mémoire du «King» dans les lieux où il s'est produit. Le Westgate (anciennement l'International Hotel, puis le Hilton) accueillera aussi une exposition permanente rassemblant des objets qui n'ont jamais été mis en valeur hors de Graceland. S'il relativise son rôle dans l'entreprise, Martin Fontaine se dit particulièrement fier d'être impliqué dans cette revitalisation de l'héritage d'Elvis à Las Vegas.

«Les gens qui viennent ici ne se déplacent pas pour voir Fontaine... Ils viennent vivre l'expérience du retour d'Elvis. Je suis comblé de pouvoir faire partie de ça», note le chanteur, qui ne cache quand même pas son plaisir de lire son nom sur l'affiche.

Après avoir marché dans les pas de Presley pendant 20 ans, son arrivée à Vegas représente une certaine consécration pour Martin Fontaine. Et il a pris les choses au sérieux. Si ce n'est pas toujours un Elvis au sommet de sa forme qui a foulé les planches de Sin City, c'est tout le contraire pour le chanteur québécois qui enfilera ses costumes flamboyants dès jeudi soir. «Je me suis entraîné physiquement, psychologiquement, vocalement... J'ai chanté et j'ai couru tous les jours depuis que l'entente a été signée», a lancé Fontaine, qui a d'ailleurs utilisé plusieurs métaphores sportives pour parler de sa vision de ses prochaines semaines de travail.

Quant à la pression, il dit plutôt l'avoir vécue l'été dernier, quand Priscilla Presley est venue voir Elvis Experience à Québec. Maintenant que le spectacle a obtenu son sceau d'approbation, tout baigne pour Martin Fontaine. «Ça m'inquiète moins, je suis déjà chummy avec Priscilla...» laisse-t-il tomber en riant.

****

«Ils doivent se demander ce qu'on fait là»

«On a monté ce show-là à Québec pour remplir notre été en 1995. Vingt ans plus tard, on se retrouve à Vegas, dans l'hôtel où Elvis a toujours été, avec l'appui de Priscilla.» Le patron du Capitole et coproducteur du spectacle Elvis Experience, Jean Pilote, ne cache pas sa fierté de voir le chemin parcouru depuis les débuts d'Elvis Story.

Mais loin de lui l'idée de pavaner: «J'ai de la misère à réaliser, ajoute-t-il. Et j'essaie de rester un peu low profile. Je me mets à la place du monde dans le milieu du divertissement. Ils doivent se demander ce qu'on fait là. C'est un peu comme si un gars du Tennessee venait me vendre un show sur Félix Leclerc.»

Le producteur se réjouissait mercredi de voir les pubs qui commençaient à apparaître en ville, tout comme les mentions dans les médias américains (dans le Los Angeles Times et le Las Vegas Sun, notamment).

Et il garde en tête l'objectif avancé en février: de voir Elvis Experience devenir le spectacle permanent du Westgate. Pour le moment, cinq semaines sont déjà au programme, plus trois autres à confirmer en juin. Martin Fontaine a ensuite de nouveau rendez-vous avec le public du Capitole de Québec du mois de juillet au début septembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer