Le festin pop de OneRepublic

Le groupe offre un vrai déluge de succès... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le groupe offre un vrai déluge de succès puisque, en plus de ses « Apologize » « Counting Stars » et « Love Runs Out », il se permet aussi d'interpréter ceux des autres, comme le « Stay with Me » de Sam Smith ou le « Budapest » de George Ezra.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le groupe américain OneRepublic a servi samedi un festin de pop aux accents rock à une foule ravie de 6 823 spectateurs dans un Colisée Pepsi qui en est à ses derniers milles. Les cérémonies étaient présidées par le nouveau roi de la pop, le chanteur, guitariste et claviériste Ryan Tedder, qui n'a d'ailleurs pas manqué de souligner que le prochain passage du groupe à Québec se ferait dans un amphithéâtre tout neuf.

Si le nom de Tedder ne vous dit pas grand-chose, c'est que vous ne regardez pas souvent les crédits de production et de composition des pièces au sommet du palmarès, puisque le nom du chanteur de OneRepublic y figure régulièrement en raison de la musique et des paroles qu'il a écrites pour les Madonna, Adele, Taylor Swift, One Direction, Maroon 5, Kelly Clarkson, Ellie Goulding et Ella Henderson de ce monde.

En plus d'un talent certain pour créer des succès accrocheurs que le public, très bruyant et essentiellement féminin, connaissait par coeur, Tedder est entouré de musiciens efficaces. Le groupe offre un vrai déluge de succès puisque, en plus de ses Apologize, Counting Stars et Love Runs Out, il se permet aussi d'interpréter ceux des autres, comme le Stay with Me de Sam Smith ou le Budapest de George Ezra.

Visuel

Le quintette multiplatine ne lésine pas non plus sur les effets visuels, présents tout au long du spectacle. Comme ces projecteurs au pied des musiciens dont les faisceaux étaient redirigés par la basse de Brent Kutzle et les guitares de Zach Filkins et Drew Brown durant la bien nommée Light it Up, ou alors les images de Québec et le drapeau fleurdelisé projetés sur un immense rideau blanc durant Good Life.

L'idée d'alterner entre la grande scène qui occupe presque toute la largeur de la patinoire et une petite scène carrée beaucoup plus intime située au coeur du parterre est aussi une initiative heureuse qui contribue à rapprocher le groupe de son public. Et quand ce n'est pas suffisant, Tedder, entouré de quatre gorilles, se permet une petite balade jusque dans les gradins du Colisée pour aller à la rencontre de ses fans.

Samedi, le Colisée n'était pas plein. Cependant, la foule était probablement assez nombreuse pour permettre aux gestionnaires du nouvel amphithéâtre d'envisager avec un optimisme prudent le passage éventuel d'autres grands noms de la pop dans la capitale.

Karim Ouellet

En l'absence de l'Ontarienne Lights, qui assurera la première partie de OneRepublic pour le reste de la tournée canadienne, c'est à Karim Ouellet qu'a échu la tâche de réchauffer la foule. Avec cinq musiciens et trois choristes à ses côtés, le produit de la scène locale a offert six pièces de son plus récent album en plus de permettre à son choriste Claude Bégin d'interpréter lui aussi une chanson.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer