Critique

The Cat Empire: électrisant cocktail

Harry James Angus était particulièrement en forme, au... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Harry James Angus était particulièrement en forme, au micro comme à la trompette.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Il faut être fait fort en s'il vous plaît - ou assumer son statut d'incurable grincheux - pour rester de glace devant l'énergie festive du groupe The Cat Empire. Pas grand-monde ne semblait être atteint de l'un ni de l'autre mercredi à la salle Albert-Rousseau. Un groupe «en feu» et un parterre dense et sautillant... Pas de doute, c'est là qu'il fallait être si on voulait faire le party.

Au fil des ans, les Australiens se sont bâti une solide réputation de performeurs. La formation prend un malin plaisir à assembler son cocktail musical (le jazz, le funk ou le reggae se métissent et se servent à la sauce tantôt latine, tantôt arabisante... et on en passe!) dans le but avoué de faire danser. Et comme ils font souvent le voyage vers notre côté du monde, ils ont cultivé de forts liens avec leur public d'ici. Les attentes étaient là, elles n'ont pas été déçues. 

Le groupe mené par Felix Riebl et Harry James Angus (particulièrement en forme mercredi, au micro comme à la trompette) a livré une électrisante prestation, où chacun a pu faire montre de son expertise. Des rythmes qui font monter les fréquences cardiaques, des cuivres qui finissent de galvaniser la foule. Coup de coeur garanti pour How to Explain et sa succession de solos, pour l'irrésistible Two Shoes et son dialogue de trompettes et pour la rassembleuse Still Young, tombée comme une bombe en fin de programme. 

Prévoyants, les gens de la salle Albert-Rousseau avaient retiré les sièges des premières rangées pour créer une piste de danse. Disons que la foule en a fait bon usage!

Current Swell

Si la guitare n'est pas reine dans l'Empire du chat - elle n'y en a en fait pas droit de cité! -, elle a été très bien servie en début de soirée par les gars de Current Swell. Accueilli par une foule déjà fort enthousiaste, le quatuor de la Colombie-Britannique n'a pas laissé baisser le niveau d'énergie, servant une dynamique dose de rock. Prochain rendez-vous au Festival d'été : c'est à eux qu'on laissera le soin de baptiser la scène du parc de la Francophonie, le 9 juillet, en première partie de Vance Joy.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer