5e Festival d'opéra de Québec: une programmation grand public

Robert Lepage... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Robert Lepage

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Festival d'opéra de Québec, comme annoncé dans ces pages il y a quelque temps, a placé l'opéra L'amour de loin, de Kaija Saariaho et Amin Maalouf, en tête d'affiche de sa cinquième programmation. La vraie surprise du dévoilement organisé, vendredi, en présence du metteur en scène Robert Lepage, c'est plutôt l'absence d'une deuxième production à proposer aux festivaliers.

Le changement de cap n'a rien à voir avec les moyens dont dispose le festival. Son budget d'environ 2,1 millions $ est égal à celui de l'an dernier, a indiqué le directeur général et artistique, Grégoire Legendre. Ce dernier a plutôt choisi d'investir davantage dans la soirée d'ouverture mettant en vedette les Violons du Roy, le Choeur de l'Opéra de Québec et un quatuor de solistes placés sous la direction du chef Martin Robidoux, ainsi que sur Arthur, un opéra jeune public de Nathalie Magnan présenté par des enfants et des adolescents qui prendra l'affiche à la Maison jaune.

Le festival accueillera par ailleurs Diva by Night, le spectacle d'airs d'opéra et de chansons françaises de Natalie Choquette inspiré de la vie amoureuse de la reine Élisabeth Ire. De Bernstein à Plamondon, une soirée sous les étoiles pour «le plus grand public possible» consacrée à la comédie musicale, avec Marie-Josée Lord, Marc Hervieux, Gino Quilico, la Sinfonia de Lanaudière et le chef Stéphane Laforest, sera présentée dans la cour du Vieux-Séminaire de Québec.

Les habituels rendez-vous gratuits, et tout aussi grand public, comme la Brigade lyrique, l'apéro à la chapelle du Musée de l'Amérique francophone et les Grands Feux Loto-Québec, figurent également au calendrier.

Au total, ce sont 267 artistes qui évolueront sur l'une ou l'autre des scènes du festival entre le 23 juillet et le 5 août, ont calculé les organisateurs.

L'amour de loin

La création de L'amour de loin dans la nouvelle mise en scène de Robert Lepage marque le retour de celui-ci au Festival d'opéra de Québec. L'oeuvre coproduite avec le Met de New York sera dirigée par le chef espagnol Ernest Martinez-Izquierdo, un proche collaborateur de la compositrice Kaija Saariaho. Michael Curry, le concepteur des marionnettes du Rossignol, signe les décors et les costumes.

Pour Robert Lepage, L'amour de loin possède de nombreux atouts. «C'est un opéra en français», note-t-il. «Et c'est un exemple d'art lyrique contemporain qui tient la route. On le monte souvent parce que c'est une oeuvre digestible. Tu n'y perds pas tes repères.»

L'auteur Amin Maalouf a situé L'amour de loin au XIIe siècle, une époque où on associait le monde arabe à une certaine idée de la sensualité. L'action se déroule en Aquitaine, en Afrique du Nord et sur la mer. S'il n'y aura pas d'eau sur scène, Robert Lepage et son équipe sont, semble-t-il, parvenus à créer l'illusion qu'un océan la sépare en deux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer