CRITIQUE

Robert Charlebois et l'OSQ: réjouissant et bien dosé

Une autre des mimiques du «chanteur populaire»!... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Une autre des mimiques du «chanteur populaire»!

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «C'est le festival des ampoules et des tendinites pour les p'tits violons!» La blague est venue hier de Robert Charlebois, au terme d'une livraison particulièrement endiablée du délirant Fu Man Chu. Vrai que personne n'a ménagé ses énergies, hier, alors que l'un des univers les plus colorés de la chanson d'ici s'est vu accorder les bons soins de l'Orchestre symphonique de Québec (OSQ). Une rencontre harmonieuse, bien dosée et indéniablement réjouissante.

En début de soirée, le chef Stéphane Laforest nous a promis «un show» plus qu'un concert. Il n'a pas menti. Le chanteur Robert Charlebois en a remis en annonçant un programme «dramatique, comique et romantique». Pas de mensonge là non plus. 

Dans des arrangements signés Daniel Desaulniers, Stéphane Laforest, Gilles Ouellet, Arthur Phillips et Vincent Rehel, personne ne s'est marché sur les pieds, hier, à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre. Charlebois et ses musiciens à l'avant, ceux de l'OSQ juste derrière. Et un mariage qui a semblé naturel, même dans ses moments les plus surprenants. 

L'orchestre a notamment donné une bonne couche de lustre au presque inévitable segment tropical (Demain l'hiver, Je rêve à Rio, Conception, Cartier), qui a tout de même conservé juste ce qu'il faut de kitsch - gracieuseté des mimiques du «chanteur populaire» - pour ne pas s'en trouver dénaturé. 

Savamment construite, la rencontre d'hier a bien su jouer la carte des contrastes. Nous sommes passés de l'ondulante Avril sur Mars à la festive Les ailes d'un ange, lors de laquelle musiciens et spectateurs ont entonné en choeur le traditionnel cri de ralliement : «1,2,3,4,5,6,7... Québec!». De la sautillante J't'aime comme un fou à une Lindberg couverte de dentelle par l'orchestre et généreusement ovationnée par le public. D'un Mur du son au rock galvanisant où l'instrumentation classique a su s'imposer à des rappels aussi subtils qu'intenses : surplombant l'orchestre assis au piano à queue, le chanteur a livré la très belle Ne pleure pas si tu m'aimes et l'immortelle Ordinaire... Mais Charlebois étant Charlebois, son public est reparti avec le sourire après l'avoir vu s'époumoner sur J'veux d'l'amour, alors que les musiciens de l'orchestre quittaient peu à peu les planches.  

Le concert Charlebois symphonique! est présenté une nouvelle fois vendredi soir, à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre.

Partager

À lire aussi

  • Jean-Pierre Ferland chantera avec l'OSQ

    Sur scène

    Jean-Pierre Ferland chantera avec l'OSQ

    Après Patrick Watson, Louis-Jean Cormier et Robert Charlebois, ce sera au tour de Jean-Pierre Ferland de chanter ses plus grands succès avec... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer