CRITIQUE

So Blue de Louise Lecavalier: danse de contrastes

So Blue se déroule à la façon d'un... (Photo André Cornellier)

Agrandir

So Blue se déroule à la façon d'un marathon. Un marathon d'une heure au cours duquel Louise Lecavalier et, à mi-parcours, son partenaire Frédéric Tavernini, s'accordent  bien peu de moments de répit.

Photo André Cornellier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Avouons-le d'entrée de jeu, Louise Lecavalier a un charisme rare. Dès que ce petit bout de femme met les pieds sur scène, le temps s'arrête. On est prêts à la suivre peu importe où elle veut nous emmener. Et mardi, au Grand Théâtre, elle nous a fait faire un magnifique périple.

Comment décrire le style de la danseuse? Tout est dans sa présence énigmatique, sa façon gracieuse de se déplacer sur scène, de donner un sens à ses gestes. Un style unique, inimitable. Le style Louise Lecavalier. Envoûtés, on la regarde se déployer sous nos yeux, utiliser chaque parcelle de son corps. On est impressionnés.

Oui, on l'a d'abord connue comme muse d'Édouard Lock de la troupe La La La Human Steps pendant près de 20 ans. Mais Louise Lecavalier, c'est tellement plus que ça. C'est l'élégance dans la force, c'est la douceur dans l'intensité, c'est le laisser-aller dans le contrôle. Une danse de contrastes, une danse d'extrêmes. À l'image de l'humain, si on y réfléchit bien. Oui, une danse humaine. C'est peut-être la raison pour laquelle elle nous rentre autant dedans.

So Blue se déroule à la façon d'un marathon. Un marathon d'une heure au cours duquel Louise Lecavalier s'accorde (nous accorde) bien peu de moments de répit. La danseuse débute en parcourant la scène d'un côté à l'autre de pas saccadés.

Énergie brute

Durant tout le spectacle, la répétition du geste évoque à la fois le quotidien et la folie humaine. L'énergie est brute, parfois sauvage, à l'image de l'animal. Le corps est poussé au maximum de ses capacités entre équilibre et déséquilibre, puissance et fragilité.

À mi-parcours, son partenaire Frédéric Tavernini entre en scène. Ses mouvements coulants, suaves, complètent ceux plus découpés de la danseuse. Sur la musique planante du Turc Mercan Dede, leurs corps s'emmêlent, se démêlent et se remêlent dans un duo d'une grande originalité. On ne les différencie plus. Ils ne font qu'un.

Créée en 2012, So Blue a déjà été présentée en Europe, aux États-Unis et au Canada. Difficile de croire qu'elle est la première véritable chorégraphie de Louise Lecavalier. Mais on peut y voir toute son expérience, son talent. Elle a voulu révéler le corps sans le censurer, sans contraintes. Elle a réussi ça et beaucoup plus.

Le spectacle So Blue de Fou glorieux, compagnie de Louise Lecavalier, n'était présenté que pour un soir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer