Louise Lecavalier: le corps dans tous ses états

Liberté. Un mot qui revient souvent au fil... (Photo Massimo Chiaradia)

Agrandir

Liberté. Un mot qui revient souvent au fil des conversations avec la danseuse Louise Lecavalier. «C'est ce à quoi j'aspire», admet-elle. La quête de toute une vie.

Photo Massimo Chiaradia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Quiconque a déjà vu danser Louise Lecavalier sait à quel point elle est un phénomène. À l'époque de La La La Human Steps, son corps réussissait des prouesses inimaginables. Aujourd'hui, à 56 ans, elle déborde encore d'énergie et d'idées créatrices. Un phénomène, qu'on vous disait.

Pour So Blue, Louise Lecavalier a décidé de créer... (Photo André Cornellier) - image 1.0

Agrandir

Pour So Blue, Louise Lecavalier a décidé de créer et d'interpréter ses propres pièces.

Photo André Cornellier

Pendant près de deux décennies (dans les années 80 et 90), la danseuse est la muse d'Édouard Lock, de la compagnie La La La Human Steps. Ses spectacles avec la troupe bousculent le monde de la danse contemporaine. Un nouveau style apparaît.

Fascinés par cette façon différente de danser, des artistes s'intéressent à elle. Carole Laure l'invite à participer à la vidéo Danse avant de tomber. Elle se retrouve sur scène aux côtés de Frank Zappa. Elle participe à une tournée de David Bowie et danse dans la vidéo de sa chanson Fame. Rien n'arrête Louise Lecavalier. On la surnomme la «tornade blonde».

Les vents sont aujourd'hui un peu moins intenses, mais ils tourbillonnent toujours. Louise Lecavalier n'a pas chômé depuis son départ de La La La Human Steps. De membre d'une compagnie, dirigée de main de maître par Lock, elle s'est retrouvée seule aux commandes au tournant des années 2000. «J'avais une bonne dose de naïveté», raconte-t-elle, un sourire dans la voix. «J'ai oublié un peu que la pression serait énorme.» Le public était en effet curieux de voir comment la bête de scène allait se renouveler. Il n'a pas été déçu. Le temps de donner naissance à des jumelles, Louise Lecavalier était de retour sur les planches. Ses filles, aujourd'hui adolescentes, ont développé tout comme leur mère un intérêt pour la danse, poursuivant même des études professionnelles dans le domaine. «À huit-neuf ans, elles ont voulu suivre des cours de danse comme l'une de leurs amies, raconte Louise Lecavalier. Ce n'est pas moi qui les ai poussées, mais je ne les ai pas empêchées.»

Le grand plongeon

À son retour sur scène en 2003, la danseuse collabore avec différents chorégraphes, dont Tedd Robinson, Benoît Lachambre et Crystal Pite. «Comme chorégraphe, Lock avait une approche riche et complexe et je ne me voyais pas travailler comme lui», dit-elle. Aux côtés d'autres créateurs, elle découvre de nouvelles approches. Certains arrivent sans scénario et laissent beaucoup de place à l'improvisation, ce qui lui plaît.

Pour le spectacle So Blue, elle décide de plonger tête première en se faisant confiance et en créant ses propres pièces. Sur la musique envoûtante du Turc Mercan Dede, les corps de Lecavalier et de son partenaire Frédéric Tavernini se dévoilent dans tous leurs états : sauvages, transcendés, abandonnés, mutants.

Créé en 2012, So Blue a déjà tourné dans plusieurs grandes villes comme Vienne, Toronto, Londres, Los Angeles et Vancouver. Un spectacle captivant, achevé, selon les critiques.

Liberté

En entrevue, on parle régulièrement à la danseuse du fait de vieillir. Vrai qu'à 56 ans, bon nombre de ses consoeurs et confrères se sont réorientés vers d'autres carrières, moins exigeantes physiquement. «Oui, je suis concernée par ça et pas juste en tant que danseuse, mais je ne passe pas mon temps à penser à ça», lance-t-elle. Louise Lecavalier est bien trop occupée pour se laisser freiner par ces questions.

Pour continuer à avancer, elle a fondé en 2006 sa propre compagnie, Fou glorieux. Un nom inspiré des chansons de l'album Glorious Fool de John Martyn. «En lisant les textes, j'ai aimé cet état d'être de ne vouloir rien, n'attendre rien, d'être libre de tout.» Liberté. Un mot qui revient souvent au fil des conversations avec la danseuse. «C'est ce à quoi j'aspire», admet-elle. La quête de toute une vie.

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Louise Lecavalier
  • Quoi : So Blue
  • Quand : le 31 mars, 20h
  •  : salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre
  • Billets : de 45,50 $ à 60,50 $
  • Info : 418 643-8131

Quelques mots sur...

  • Édouard Lock: Impossible en quelques mots... mais s'il le faut: la rencontre la plus importante de ma vie...
  • David Bowie: Charme, talent, élégance: une expérience rock and roll extraterrestre
  • Vos premiers pas en danse: Découverte d'un monde parallèle
  • Un métier que vous auriez aimé exercer: Très difficile de m'imaginer dans un autre métier. Impossible de savoir.
  • Où vous voyez-vous dans 10 ans? Je ne sais même pas où je serai dans cinq ans!   

L'univers culturel de Louise Lecavalier

  • Un auteur que vous aimez? Je lis tout le temps. J'aime bien les livres de Joyce Carrol Oats. 
  • Un disque que vous écoutez? Toute l'oeuvre de Leonard Cohen
  • Un film que vous avez aimé? Man on Wire (Le funambule)
  • Un spectacle qui vous a plu? Celui du danseur Israel Galván
  • Une émission de télévision que vous regardez? Je n'écoute pas beaucoup la télévision. Mais je l'ouvre parfois le dimanche soir pour Tout le monde en parle. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer