Kevin Parent jamais loin de la scène

«J'adore faire des spectacles. Si je le faisais... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«J'adore faire des spectacles. Si je le faisais pour l'argent, je ferais autre chose. Je le fais parce que ça m'apporte de quoi humainement. La musique est à la fois un luxe et une nécessité pour avoir une harmonie sociale. Quand je suis trop longtemps sans faire de show, je fatigue» - Kevin Parent

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) On l'avait surtout vu à l'écran ces dernières années, au grand écran dans Café de Flore et La maison du pêcheur et au petit dans Les Parent et Toute la vérité, mais Kevin Parent avoue qu'il est incapable de s'éloigner de la scène. Après avoir lancé un album «surprise» en juin, il est de retour sur les planches depuis la fin janvier et s'arrêtera le 19 mars à L'Anglicane de Lévis.

Il y a un an, presque jour pour jour la journée de notre entrevue au Ristorante Il Teatro, Kevin Parent se produisait d'ailleurs au Petit Champlain. Il y a testé plusieurs nouvelles chansons qui se sont retrouvées sur Face à l'Ouest, lancé en juin et enregistré quelques semaines plus tôt seulement.

«Oui, je pense que c'est une bonne décision d'avoir lancé un album de cette façon un peu imprévue. Pourquoi attendre six mois pour que le marketing soit mieux? Moi, je ne suis pas une petite saveur du mois avec qui il faut mettre le paquet pour que tout soit parfait. Je voulais que l'album sorte pour passer à autre chose et faire des shows», confie le chanteur.

«J'adore faire des spectacles. Si je le faisais pour l'argent, je ferais autre chose. Je le fais parce que ça m'apporte de quoi humainement. La musique est à la fois un luxe et une nécessité pour avoir une harmonie sociale. Quand je suis trop longtemps sans faire de show, je fatigue», résume-t-il.

À 42 ans, Parent se donne également davantage de liberté sur scène avec son batteur et grand ami Michel Roy. «À chaque soir, je m'arrange pour qu'il se passe de quoi sur le stage. J'improvise, je lance des choses. Ça te déstabilise et j'aime ça. Ça me tient vivant. Pour qu'un homme s'épanouisse sur une scène, il ne faut pas toujours qu'il garde le contrôle car, des fois, quand les shows sont sécurisants, ils ne sont pas nourrissants.»

Des surprises, les spectateurs qui assisteront à son spectacle à L'Anglicane devraient donc en avoir quelques-unes. «On a fait sept shows depuis la fin janvier et il n'y a pas une cristie de soirée où on a eu le même pacing. Par exemple, si un soir j'ai le goût de faire une chanson en anglais, je vais la faire», indique-t-il en faisant référence à son album Fangless Wolf Facing Winter lancé en 2007.

Il avouera d'ailleurs que son unique album anglophone demeure encore aujourd'hui son préféré. «Mais ça, on me dit de ne pas le dire car j'ai une carrière au Québec en français!» signale-t-il au passage.

L'écran

Sans mettre de côté sa carrière de chanteur, Kevin Parent signale qu'il a aussi l'intention de continuer à travailler à l'écran. «Les deux peuvent coexister, tout est une question de demande et d'horaire. Je dois jongler avec ça, c'est ça le défi.»

Il vient d'ailleurs tout juste de terminer son boulot sur le documentaire L'or du Golfe du réalisateur suisse Ian Jaquier qui paraîtra en avril. En plus d'y figurer, le chanteur signe aussi la musique originale du film.

«J'ai connu Ian via Jean-Marc Vallée, pour qui j'ai joué dans Café de Flore. Ça fait trois ans que je travaille à ce projet, qui est un portrait de la filière pétrolière au Québec, ses impacts environnementaux et sociaux, si c'est bon ou pas pour l'économie. C'est sûr que c'est un peu teinté, mais ce n'est pas "Greenpeace-Peace and Love-Sauvons la planète", ce n'est pas naïf comme ça», résume-t-il en terminant.

Pas un boycottage du port de Québec

Quand le spectacle de Kevin Parent prévu en octobre à l'Agora du Vieux-Port a été annulé, plusieurs ont cru à un boycottage. C'est que le groupe Vigilance Port de Québec avait écrit au chanteur pour le sensibiliser aux épisodes de pollution en provenance des installations portuaires. Parent jure aujourd'hui qu'il ne s'est jamais désisté de cette prestation qui devait avoir lieu durant la journée portes ouvertes du Port de Québec.

«Oui, l'environnement a toujours été une cause importante pour moi, mais je n'avais aucune idée de quoi il s'agissait. Je ne connaissais pas du tout ce dossier», a affirmé Parent, lundi en entrevue, à propos de la problématique de la poussière de nickel et d'autres métaux détectée dans le quartier Limoilou, à proximité du port de Québec.

«Des gens m'ont écrit pour me parler d'une affaire de protestations, mais je n'étais pas du tout au courant, je ne me suis pas penché sur ce sujet», ajoute-t-il avant d'expliquer pourquoi le fameux spectacle a été programmé, puis annulé.

«On m'a appelé pour me proposer un show à Québec. J'ai dit oui et après on m'a rappelé pour me dire que ça ne marchait pas en raison d'un conflit d'horaires. Ça arrive, le monde te cr... des dates et quand ça ne marche pas et qu'il y a un désistement, ça passe sur mon dos. Ce spectacle-là, je ne l'ai pas callé et je ne me suis pas non plus désisté», a-t-il résumé. 

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Kevin Parent
  • : L'Anglicane
  • Quand : jeudi 19 mars, 20h
  • Billets : 49 $, étudiants 35 $
  • Téléphone : 418 838-6000
  • Site Web : langlicane.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer