Ariane Moffatt: une minute d'évasion

«Il y avait trop de stock en moi... (Photo La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

«Il y avait trop de stock en moi pour que j'écrive sur autre chose»- Ariane Moffatt, au sujet du thème de la maternité omniprésent sur 22h22

Photo La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Dans le tourbillon qui a accompagné la naissance de ses jumeaux, Ariane Moffatt a mis son chapeau d'artiste de côté pour se concentrer sur sa nouvelle maternité. Quelques mois plus tard, le désir de création s'est invité de nouveau dans sa vie, alimenté par un drôle de hasard : quand la famille était au lit, l'auteure-compositrice-interprète s'est surprise à souvent lever les yeux vers le cadran à 22h22...

Inspirée par cette série de «2», la chanteuse a plongé dans cette minute pour mettre au monde un album qui carbure à la dualité : le piano voisine l'électro, l'organique côtoie le synthétique, l'intimiste marche main dans la main avec l'impressionniste. Entretien autour d'un album de transition, qui nous arrive mardi.

Q Difficile de ne pas aborder le thème de la maternité lorsqu'on parle de cet album. On le retrouve presque partout!

R Ça s'est vraiment fondé autour de cette transformation, de cette mutation de l'avant à l'après. C'est comme une photo d'une courte période de temps, peu après la naissance. On vit de façon un peu plus sédentaire, dans des moments où il se passe plein de choses, où il y a beaucoup de réflexion. D'exprimer cette intensité-là était vraiment un passage obligé pour moi. Après, on verra où on va pour le reste, mais là, il y avait trop destock en moi pour que j'écrive sur autre chose.

Q Croyez-vous livrer avec22h22 votre album le plus intime à ce jour?

R C'est vrai que les sujets touchent vraiment le monde de l'intimité. Mais par exemple, quand j'ai fait Le coeur dans la tête [en 2005], j'ai trouvé ça encore plus intimiste parce que c'était vraiment lié à une peine d'amour qui était encore douloureuse. On était dans l'écorché vif. Là, peut-être parce qu'on n'est pas dans quelque chose de souffrant, mais dans quelque chose de lumineux, on dirait que j'ai moins l'impression d'ouvrir sur mon intimité. Mais j'ai eu quand même un peu peur en faisant l'album que ça devienne trop hermétique, trop centré sur mon monde. C'est un doute que j'ai géré tout le long du processus...

Q Cette impression de proximité est sans doute renforcée par le fait qu'on en connaît désormais davantage sur votre vie privée, sur votre conjointe et vos enfants...

R Je pense que c'était aussi un passage obligé d'exprimer ma situation de lesbienne et éventuellement, ma situation d'homoparentalité. Ça s'est vraiment fait tranquillement, pour mes enfants, pour que ma vie soit sans cachettes. Mais je ne pense pas que je sois plus people pour autant. Je ne suis pas tant que ça dans les magazines à potins. Je fais partie de cette minorité-là, je sentais le besoin de mettre ça au clair pour faire un pont entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. C'est plutôt une libération. Les dossiers sont à jour, on peut passer à autre chose!

Q Vos fils sont très présents sur cet album : on les reconnaît dans certains vers, et un titre nous les fait aussi entendre. Qu'est-ce qui vous a poussée à leur laisser le micro?

R Je suis partie à la chasse aux sons un matin avec eux. Ça passe dans toutes sortes de zones, de l'enfant qui rit à l'enfant qui pleure. Ils n'avaient pas encore un an, ils pianotaient. J'ai organisé un peu tout ça pour créer des cellules rythmiques qui se répétaient et faire une mélodie avec le piano. Finalement, ce sont eux qui jouent la toune et en dessous, j'ai créé une nappe harmonique pour arriver à une forme de chanson, une sorte de voyage. Ça devait être un petit intermède, mais je n'étais pas capable de couper dedans. Je trouvais ça créatif et peut-être moins attendu que de faire une toune qui parle d'eux. J'aimais l'idée qu'ils mettent leurs pattes dans cet album-là, qui les concerne beaucoup.

Q Le disque joue beaucoupsur les contrastes : des titres piano-voix très épuréset d'autres franchementplus électro. Qu'est-ce quia nourri cette démarche?

R J'ai recommencé à écrire quand les jumeaux avaient six mois. Je ne savais pas encore avec qui j'allais travailler. C'était plus d'apprivoiser ce retour à la création après le tsunami de la maternité. Vite, il y a eu des buzz très électro et des trucs plus piano-voix. Je dansais entre les idées du très petit et de ma continuité plus électro. Plus ça avançait, on s'est rendu compte qu'elles sont importantes, ces pièces de piano-là. Ça donne une respiration sur l'album, ça permet une pause. Ce sont justement les chansons les plus intimes.

Q La notion de rêve teinte beaucoup vos nouvelleschansons. Qu'est-ce qui vous a menée là?

R Je manquais de sommeil à cette époque! Je le dis avec humour, mais pas tant que ça, parce que c'est vrai. J'ai flirté avec différents états de conscience, entre les moments d'extrême fatigue, de lucidité ou de grand bonheur. Quand est arrivée cette idée du 22h22, j'ai eu envie d'explorer le monde des rêves, ces différents états de conscience qu'on peut expérimenter. Comme si dans cette minute-là, je me plongeais dans un monde où mon imaginaire est le plus grand possible pour un peu contrebalancer avec l'hyper-routine et la vie bien concrète que j'étais en train de mener. C'est devenu les fondations de ce qui allait être l'album et au niveau sonore, ça voulait dire d'y aller dans la dream pop, avec de grandes nappes de claviers, beaucoup de réverbérations... Un peu comme si on était dans une espèce d'état semi-endormi quand on écoute l'album.

Vous voulez y aller?

Qui : Ariane Moffatt (avec Milk & Bone)

Quand : 1er mai à 20h30 (ouverture des portes à 19h30)

Où : l'Impérial

Billets : 37 $

Info : 418 523-3131ou imperialbell.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer