Le voyage d'hiver de Keith Kouna: frisson romantique

Invité à assister au tout premier enchaînement musical,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Invité à assister au tout premier enchaînement musical, Le Soleil a pu constater à quel point cette version à neuf exécutants est convaincante et pleine de variété. Entre le premier et le 24e lied, on peut passer de la fanfare à la musique de chambre, du choeur a cappella à la chanson populaire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Keith Kouna a toujours été fasciné par le Wintereise de Schubert. Il se serait payé des leçons de chant et d'allemand tellement il avait envie de le chanter. Et puis il a imaginé un autre moyen, plus personnel, mais combien plus casse-cou : réécrire un nouveau cycle en français et l'interpréter en voix naturelle. Une idée de fou. Dans sa lancée, l'ex-chanteur des Goules s'est entouré d'un orchestre. Après cinq ans de gestation, puis un disque paru fin 2013, le public est invité à assister à l'accouchement scénique de l'oeuvre.

Difficile à classer, ce grand voyage au pays du romantisme allemand. À l'origine, il y a ce frisson qui traverse Keith Kouna toutes les fois qu'il écoute le baryton allemand Dietrich Fischer-Dieskau. Son interprétation à lui occupe un registre complètement différent. La voix n'a rien de très raffiné. Dans une sorte de murmure à la fois grinçant et juteux, dans un élan poétique qui mélange fougue et mal-être, elle chante l'ivresse aussi bien que la douleur.

Si Kouna a remplacé les poèmes de Müller par les siens, il a conservé la structure des mélodies de Schubert et toutes les harmonies d'origine. Le pianiste Vincent Gagnon et le compositeur René Lussier ont reçu le mandat d'orchestrer tout ça. Leurs arrangements ont quelque chose de grouillant et d'organique qui rappelle l'univers fantastique d'un Tim Burton, mais en plus glauque, en plus sinistre, en plus malsain.

Du point de vue littéraire, bien que certains morceaux aient conservé leur titre original - Bonne nuit, Le tilleul, par exemple - , nous voici bel et bien devant une création. Ce voyage d'hiver à travers des «collines gercées par les flots de larmes» se veut l'expression d'une fatalité qui «emprisonne les viandes» et «refroidit la chair», dans une lutte constante entre l'appétit et le désespoir, entre la démesure et le dépit.

«C'est un trip», résume Kouna, lui-même à court de mots pour qualifier la démarche. «C'est clair que c'est dur à classer. Quand tu tombes là-dedans, c'est un immense terrain de jeu. Il y a plein de possibilités à explorer.»

La version spectacle qu'on pourra voir à la salle Octve-Crémazie, les 18 et 19 février, doit beaucoup au travail de Vincent Gagnon, à qui revenait la tâche de réduire le matériel conçu à l'origine pour une vingtaine d'exécutants. L'ensemble réunit maintenant sur scène un piano, un trio à cordes, une guitare électrique, une basse électrique, une contrebasse, une clarinette, un trombone, un tuba, une batterie, des claviers et quelques claviers.

Invité à assister au tout premier enchaînement musical, Le Soleil a pu constater à quel point cette version à neuf exécutants est convaincante et pleine de variété. Entre le premier et le 24e lied, on peut passer de la fanfare à la musique de chambre, du choeur a cappella à la chanson populaire. À un tutti incisif comme Lecimetière succède une plage plus calme et intimiste comme Le bateau avant de repartir dans un Sentier imprévisible comme un trip d'acide. «Vincent a beaucoup bossé», dit Kouna.

Surtout, on sent que le groupe s'oriente vers une exécution précise et bien ferme. D'abord, le chanteur impressionne. Il connaît son texte sur le bout des doigts. Tout au long des 75 minutes que dure la représentation, sa concentration reste totale.

Simplicité et élégance

La scénographie du Voyage d'hiver a été confiée à Véronique Bertrand. Sur un plateau central incliné représentant à la fois l'intérieur d'un appartement et une route, on trouve quelques éléments de décor, dont un frigo et un lit. Caroline Ross a conçu les éclairages, et Antoine Laprise signe la mise en scène.

«On a essayé de ne pas trop charger, que ça reste simple et élégant», explique Kouna, qui partagera la scène avec la danseuse Maryse Damecourt. «On a décidé au départ qu'il n'y aurait aucune projection. On n'a pas trop cherché à illustrer les textes afin de laisser place à l'interprétation, d'amener ainsi les gens à faire le voyage.»

Vincent Gagnon (piano), Martin Bélanger (guitare, claviers), David Gagné (contrebasse, basse électrique), Pierre-Emmanuel Beaudoin (percussion et batterie), Blaise Margail (trombone), Julie Houle (tuba), Sylvain Neault (violon), Karina Laliberté (alto), Frédérique Beaulieu-Asselin (violoncelle) et Pierre Langevin (clarinette) seront installés de part et d'autre de ce plateau.

Couché de bonne heure

S'il est absent de la scène québécoise depuis un an, Keith Kouna a été très actif en France, où il a donné pas moins 65 spectacles en 2014. Le public lui a fait une réception «super cool». Il a fait deux fois la première partie de Richard Desjardins et celle de plusieurs artistes français.

Il a également sillonné les bars avec deux pianistes français, puis en compagnie de Vincenty Gagnon, son collaborateur habituel. Ce qui lui a donné l'occasion de revisiter son propre répertoire en formule voix et piano. À peine de retour de tournée, il a reçu la commande d'écrire de la musique pour la pièce La république du bonheur présentée au Trident l'automne dernier.«Depuis quelques mois, dit-il, je me couche de bonne heure, je me lève de bonne heure et j'ai arrêté de fumer. Sinon, je serais épuisé.»

Vous voulez y aller?

Quoi : Le voyage d'hiverde Keith Kouna

: salle Octave-Crémazie

Quand : les 18 et 19 février à 20h

Billets : 45,40 $ (étudiants : 39 $)

Tél. : 418 643-8131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer