Critique

Le long voyage de Pierre-Guy B.: remonter le fil d'Ariane

C'est par Christian E. (Christian Essiambre, à droite),... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

C'est par Christian E. (Christian Essiambre, à droite), acteur rangé qui prépare son mariage, qu'on nous présente peu à peu au personnage de Pierre-Guy B., fortement inspiré et interprété par Pierre Guy Blanchard (à gauche), musicien voyageur originaire de la même région acadienne que Christian E.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Le décor déployé sur la scène du Périscope était très épuré, mardi, lors de la première du Long voyage de Pierre-Guy B. Deux chaises, quelques micros, des instruments de musique. Christian Essiambre et Pierre Guy Blanchard voyagent léger dans cette nouvelle fiction biographique élaborée à six mains avec le metteur en scène Philippe Soldevila. Mais ils tissent entre leurs bagages de vie respectifs un fil d'Ariane à la trajectoire complexe et fascinante.

Ceux qui avaient vu Les trois exils de Christian E. retrouveront en début de parcours la gouaille de ce remarquable conteur qu'est Christian Essiambre. C'est par lui, acteur rangé qui prépare son mariage, qu'on nous présente peu à peu au personnage de Pierre-Guy B., fortement inspiré et interprété par Pierre Guy Blanchard, musicien voyageur originaire de la même région acadienne que Christian E. 

Dans une formidable efficacité, Christian E. nous emmène dans son auto, en direction de Charlo, Nouveau-Brunswick, où il se rend pour demander à son ami Pierre-Guy B. de s'occuper de la musique à son mariage. Il y a urgence : le mariage s'en vient vite, et, surtout, Pierre-Guy B., récemment revenu d'un très long voyage au Moyen-Orient et en Europe de l'Est, a paru perturbé au bout du fil. Christian Essiambre excelle dans cette formule narrative échevelée où il interprète tour à tour, parfois dans une même phrase, une galerie de personnages qui éclairent son monologue. 

Le visage de Pierre-Guy B., pivot central du récit, prend toutefois du temps à se dessiner nettement. À l'image de sa personnalité d'insaisissable nomade, le musicien nous apparaît tranquillement, comme sur un polaroïd en développement.

Quand la photo s'imprime, par contre, le portrait est saisissant! Si Pierre Guy Blanchard s'impose très timidement d'abord dans le monologue de Christian Essiambre, narrant quelques souvenirs d'enfance reliés à la musique, quand il s'expose enfin, c'est explosif! Avec une énergie brute, il compose l'image forte d'un homme profond et tourmenté qui se cache derrière ses simagrées... et derrière ses instruments. La musique et les effets sonores interprétés en direct par Pierre-Guy B. donnent une profondeur narrative peu commune à l'objet théâtral élaboré par le trio.

Philippe Soldevila a imaginé une forme éclatée diablement efficace pour reconstruire les retrouvailles entre ces deux gars. À travers dialogues traditionnels, échappées narratives, adresses au public, retour en arrière et ellipses, nos deux hommes remontent le fil de leurs existences croisées et contrastées, entre vie rangée et existence nomade, entre choix rationnels et faux-fuyants, nous poussant dans nos propres zones de doutes. 

Assister au Long voyage de Pierre-Guy B., c'est en soi prendre part à des pérégrinations dont on ne connaît pas toujours l'issue. Ou, pour paraphrase l'homme en question, ouvrir une porte sans savoir ce qu'il y a derrière. N'est-ce pas la beauté et le propre des voyages qui marquent le coeur et l'esprit?

Le long voyage de Pierre-Guy B. est présentée au Périscope jusqu'au 28 février.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer