Scandale à Québec: de faux Deep Purple

«On regardait les musiciens [de Deep Purple], mais... (Photo Yves Monast)

Agrandir

«On regardait les musiciens [de Deep Purple], mais on ne reconnaissait personne», raconte Jean Millaire, qui avait assuré la première partie des faux Deep Purple, avec son groupe Corbeau. «Le guitariste ressemblait à Ritchie Blackmore, mais ce n'était pas Ritchie Blackmore...»

Photo Yves Monast

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Pour les fans québécois de Deep Purple, le 12 août 1980 devait être l'occasion de grandes retrouvailles. Cinq ans après s'être séparé, le célèbre groupe reprenait du service et venait se produire au Capitole. Mais les spectateurs ont vite déchanté : ils avaient affaire à des imposteurs! La performance, qui a duré à peine une trentaine de minutes, s'est achevée dans le chaos.

C'est à l'occasion de l'événement Les Murs de sons que ces faux Deep Purple étaient débarqués en ville. La troupe québécoise Corbeau se chargeait de la première partie. Quelques heures avant le spectacle, le guitariste Jean Millaire avait remarqué que l'équipe des supposées vedettes avait un comportement étrange... 

«Ils sont arrivés tard, je dirais vers 5 ou 6h [17h ou 18h], se remémore-t-il. Quand le show commence vers 8h [20h], disons que c'est tard pas mal... Nous, on a fait nos tests de son, mais eux, rien! Ils ne voulaient pas en faire! Et avant qu'on commence à jouer, il y a eu un roadie qui est venu nous voir pour savoir s'ils pouvaient jouer sur nos amplis. [...] On a refusé. On a trouvé ça bizarre qu'ils ne veulent pas jouer sur leur équipement.»

Yves Monast, qui avait fait le voyage depuis Montréal afin de couvrir le spectacle pour le magazine Pop rock, s'est aussi rendu compte que quelque chose clochait. En discutant avec le gérant de tournée des rockeurs, un peu avant la représentation, il a appris que le groupe s'était rebaptisé «The New Deep Purple» et que seul le chanteur Rod Evans avait déjà fait partie du fameux band - on peut l'entendre sur les trois premiers enregistrements, nettement moins connus que In Rock ou Machine Head, qui ont été de grands succès internationaux. L'homme lui a parlé des autres musiciens comme étant d'anciens de Steppenwolf et de The Association, or il s'agissait là aussi de fausses incarnations de ces formations... 

«Le show commence et déjà, en partant, ils ont du trouble avec les micros, se rappelle Monast. Les gens s'aperçoivent que c'est tout croche et qu'ils se sont fait avoir. Puis le guitariste prend le micro et leur dit quelque chose comme "si vous ne voulez pas nous entendre, sacrez votre camp!" À partir de là, les gens se sont mis à lancer n'importe quoi sur scène. Même un siège, ils prenaient tout ce qu'ils avaient sous la main!»

«Ça n'avait pas bien été», rigole Jean Millaire, qui croit aujourd'hui que les imposteurs voulaient jouer sur l'équipement de Corbeau, car ils s'attendaient à ce que ça tourne mal. «Je n'avais pas vu le spectacle, parce que j'étais parti manger, mais un de nos roadies est venu au restaurant en disant "Venez au Capitole, il y a une émeute!" [...] Il y a eu du grabuge et des gens criaient "Corbeau, Corbeau, Corbeau", pour nous ravoir!»

La courte performance, que les témoins ont dit ponctuée de retours de son, de fausses notes et de huées, aura permis d'entendre à peine cinq chansons. Ironiquement, Rod Evans n'a chanté aucune des pièces de l'époque où il était avec Deep Purple... Quant à ses collègues, tout ce qu'ils avaient en commun avec le groupe original était les habillements noirs du guitariste et la moustache du claviériste... 

«La police est arrivée à la fin, relate Yves Monast. Il y avait au moins six ou sept voitures, mais ils n'ont rien fait contre les spectateurs, ils ont compris la situation [une seule personne a été arrêtée, selon La Presse Canadienne]. Le monde était en colère. Il y avait un gars qui avait mis le feu à son chandail!»

Poursuivis en cour

Les faux Deep Purple, qui parlaient sur scène et dans les médias comme s'ils étaient les vrais, ont régulièrement été chahutés et n'ont pas duré très longtemps. Le site spécialisé dpac.at répertorie une trentaine de dates et indique que, selon un des membres, Tony Flynn, il y aurait eu jusqu'à 70 représentations. Même un album était en vue! Mais l'équipe de gérance officielle de Deep Purple est intervenue et les a poursuivis en cour. 

Rod Evans, qui était un chanteur doué, ayant aussi évolué au sein du groupe culte Captain Beyond, a dû regretter ce mauvais choix de carrière : il a été condamné à verser 672 000 $ et a perdu ses redevances sur les trois premiers albums du groupe. Il n'a jamais été revu sur scène ou en studio depuis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer