Exclusif

La Fabuleuse histoire... des îles de la Madeleine

S'il compare en partie son projet à La... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

S'il compare en partie son projet à La Fabuleuse histoire d'un Royaume (photo), jouée depuis 28 ans au Saguenay-Lac-St-Jean, Roger Chevarie prévient que sa production sera moins colossale.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un projet de fresque historique sous forme de spectacle à grand déploiement est sur la table aux Îles-de-la-Madeleine. En partie calquée sur La Fabuleuse histoire d'un Royaume, jouée depuis 28 ans au Saguenay-Lac-St-Jean, la production imaginée par un Madelinot raconterait les origines de la population de l'archipel.

L'homme derrière l'ambitieux projet est Roger Chevarie, conseiller municipal du district de Fatima et frère du député provincial des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie. 

Joint par Le Soleil, il a accepté de partager les grandes lignes du concept qu'il mûrit depuis «trois ou quatre ans». «Ça explique au fond l'histoire des Îles. Pourquoi les Madelinots sont aussi tenaces, pourquoi ils vivent sur ce que j'appelle un caillou en plein milieu du golfe St-Laurent. [...] Je veux qu'en une heure et demie, les gens sachent ce qu'est un Madelinot.»

Moins de figurants

S'il compare en partie son projet à La Fabuleuse histoire d'un Royaume, Roger Chevarie prévient que sa production sera moins colossale. «Ce sera un peu moins à grand déploiement, avec moins de figurants. C'est assez compliqué La Fabuleuse», dit-il. Mais l'idée est là. «On veut quelque chose d'assez gros.» La fresque, théâtrale mais aussi multimédia, serait enrobée, entre autres, de dégustations de produits du terroir et formerait un pôle culturel «pour les Madelinots et tous les Québécois».

Le concepteur du spectacle actuellement sans nom fait du démarchage depuis près d'un an aux Îles-de-la-Madeleine pour sonder l'intérêt de la population. Et l'appui semble assez unanime, dit-il. Pour Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine, il est clair qu'une telle production représenterait un attrait touristique et économique intéressant pour les Madelinots. «Tout projet de cette ampleur-là qui vient du privé, on accueille ça à bras ouverts», a commenté M. Lapierre.

Roger Chevarie, agissant à titre de promoteur privé, a déjà calculé les coûts de production de la fresque, chiffres qu'il n'a pas voulu dévoiler. Il travaille depuis un certain temps avec le metteur en scène Richard Aubé, de Québec, pour l'élaboration de «tableaux». La firme BlackOut a aussi été approchée. L'entreprise spécialisée en effets visuels a déjà travaillé avec le Festival d'été, le Cirque du Soleil, Red Bull (pour le Crashed Ice) et le Comité olympique canadien.

La grande inconnue dans cette aventure est le lieu pour implanter la fresque de façon permanente. «On ne sait pas combien ça va coûter [pour le bâtiment].» L'ancien aréna de Cap-aux-Meules, aujourd'hui fermé, est une option envisagée. L'édifice mériterait cependant une importante cure de rajeunissement dont les frais pourraient être élevés.

Considéré comme «central», le village de Cap-aux-Meules serait un emplacement intéressant, croit M. Chevarie. «On veut créer un carrefour touristique. [Cap-aux-Meules] est tout près des escales des croisiéristes.» Mais aucun village de l'archipel n'est encore écarté. «Il y a d'autres villages qui seraient intéressés qui voudraient bien et où on pourrait s'installer dans un bâtiment. Aucun endroit n'a encore été arrêté.»

Un ancien Nordique

Selon M. Chevarie, il faudra «aller chercher quelques millions» de diverses sources de financement pour trouver un toit et aller de l'avant. «Ce ne sera pas une mince tâche.»

Se décrivant comme un «accompagnateur», il entend puiser de l'expertise dans divers secteurs d'activité pour l'aider à concrétiser son projet. Il travaille notamment aux côtés du spécialiste du marketing Jean-D. Legault, ancien membre de l'organisation des Nordiques de Québec. Les deux hommes et d'autres partenaires font des représentations afin de récolter les appuis et des investisseurs.

L'organisation entourant la fresque n'exclut pas l'aide gouvernementale pour arriver à ses fins. Une première mouture du projet doit être présentée aux différents paliers de gouvernement «d'ici un mois», selon Roger Chevarie. Si tout va selon ses plans, le Madelinot projette une première représentation en 2016.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer