Marc Dupré: du siège tournant à la vie de tournée

À 41 ans, le chanteur Marc Dupré choisit... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

À 41 ans, le chanteur Marc Dupré choisit de prendre la route parce qu'il souhaite aller vers les gens. «J'ai envie qu'on apprenne des choses sur moi: pourquoi je fais de la musique, d'où ça vient.»

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Chanteur populaire chouchou des radios commerciales, lauréat de trois trophées Félix, figure incontournable d'une émission de TVA qui rallie plus de deux millions de téléspectateurs... Pas de doute, les dernières années ont souri à Marc Dupré. Et la prochaine s'annonce aussi chargée: l'ex-imitateur retrouvera le 18 janvier son siège pivotant de coach au concours télévisé La voix et s'apprête à reprendre la route avec un nouvel album (Là dans ma tête, paru la semaine dernière) pour sa première tournée de spectacles en sept ans. Rencontre avec un artiste qui aime «les choses simples» et les horaires chargés.

Q Vos nouvelles chansons sont teintées de l'idée du temps qui passe, d'une certaine remise en question. Est-ce l'album de votre crise de la quarantaine?

R Non, je ne suis pas en crise! Ce sont plus des observations d'un gars de 40 ans. J'ai toujours eu peur de perdre les gens que j'aime, de ne pas être là au bon moment. C'est un métier dans lequel je me remets toujours en question. J'ai besoin de ça. Ça me pousse à travailler plus fort. Pour moi, cet album-là, c'est où je suis aujourd'hui, ce que je suis. Je suis un gars qui aime les choses simples. Je dis les choses simplement et je les vis simplement aussi.

Q Vous avez la réputation d'un «faiseur de hits» et vos chansons tournent abondamment à la radio. Appliquez-vous une recette dans votre création?

R Non. C'est assez simple, mon affaire. Je viens de la musique populaire. J'ai passé les trois quarts de ma vie à écouter les hits du moment pour les imiter. J'ai l'impression que c'est en moi, ça teinte mes mélodies. Mais je ne le fais pas pour que ça tourne à la radio. Que mes chansons jouent à la radio, c'est un bel adon. Je suis chanceux d'avoir ça comme locomotive pour que mes chansons touchent les gens. Je n'ai pas fait beaucoup de tournées. Si je n'avais pas eu la radio, probablement que je ne ferais plus de musique aujourd'hui.

Q Quel lien faites-vous entre succès populaire et succès critique? Est-il possible pour vous de conjuguerles deux?

R Moi j'ai compris une chose avec les années et c'est que tu ne peux pas faire plaisir à tout le monde. Les gens qui aiment un autre type de musique ou un autre genre de cheminement, je ne pense pas qu'ils s'attendent à quelque chose de moi. Je ne pense pas que je doive faire les choses pour eux, sinon je vais me perdre. Et je vais perdre ceux qui aiment qui je suis présentement. J'ai un public et c'est à lui qu'il faut que je pense.

Q Vous vous lancerez cet hiver dans une tournée de spectacles en salle, chose que vous n'avez pas faite depuis plusieurs années. Qu'est-ce qui vous pousse à reprendre la route?

R J'avais besoin d'aller voir le monde. J'ai 41 ans. Est-ce que je vais attendre d'en avoir 50 pour partir? Je suis conscient qu'avec La voix, les gens apprennent à me connaître sous un autre angle. J'ai envie qu'on apprenne des choses sur moi: pourquoi je fais de la musique, d'où ça vient. Je travaille beaucoup sur le contenu.

Q Votre spectacle au dernier Festival d'été comportait un grand nombre de reprises. Miserez-vous davantage sur vos chansons en tournée?

R Oui. L'été, c'est festif. Pour moi, l'idée était plus d'aller fêter avec le monde. Comme artiste, quand ça fait longtemps que tu n'es pas allé voir les gens, tu te poses la question: qu'est-ce que les gens attendent de moi? Et qu'est-ce que moi j'ai envie de faire? J'apprends tout le temps. Cet été, j'ai fait des spectacles différents chaque soir. J'ai essayé des choses, j'en prenais et j'en laissais. On dirait que je suis allé faire mes classes. J'ai senti ce besoin de m'exprimer plus par rapport à ce que je fais. Je vais le faire dans un contexte plus intime.

Q Le chanteur Alex Nevsky sera le mentor de votre équipe cet hiver à l'émission La voix. Qu'est-ce qui a motivé votre choix?

R Il a un cheminement qui est complètement différent de celui de La voix. Pour ces artistes avec qui je travaille et qui aspirent à une carrière, il apporte le côté «ça se peut même sans faire ça». La voix, c'est une plateforme qui te propulse, mais c'est lourd à porter après. La barre est tellement haute, et les attentes des gens sont élevées. À la télé, ils avaient toute la machine en HD avec des danseurs et du feu! Mais on s'entend que sur scène, ce n'est pas ça. Je me suis dit qu'Alex allait les ramener sur terre. C'est un gars simple, qui raconte de belles choses, qui fait de la musique pour les bonnes raisons et qui ne tient pas ça pour acquis. C'est un vent de fraîcheur.

***

Vous voulez y aller?

Qui: Marc Dupré

Quand: les 1er et 2 mai à 20h

Où: Capitole

Billets: de 50 $ à 60 $

Info: 418 694-4444

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer