City and Colour en solitaire

L'Ontarien était tout fin seul sur scène avec... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'Ontarien était tout fin seul sur scène avec ses trois guitares, son microphone, son amplificateur et sa bière déposée sur une petite table près de lui.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec était presque pleine dimanche soir pour le passage de Dallas Green, alias City and Colour, qui effectuait un retour à Québec en solo après avoir joué à Expo Québec avec ses musiciens.

Le public très jeune a grandement apprécié la performance d'un peu plus d'une heure et demie de l'Ontarien qui était tout fin seul sur scène avec ses trois guitares, son microphone, son amplificateur et sa bière déposée sur une petite table près de lui.

Cette mise en scène fort dépouillée comporte cependant certains risques et en début de spectacle, Green alignait les pièces les unes après les autres en s'adressant très peu au public. Cela jumelé au fait que le chanteur avait affaire à des spectateurs confinés à leurs sièges cassait un peu l'atmosphère.

Malgré tout, les Hello, I'm in Delaware et Like Knives, qui remontent au premier album de City and Colour et que le chanteur à la voix de falsetto a choisies pour lancer la soirée, ont immédiatement soutiré les applaudissements et les cris d'approbation. Green a ensuite enchaîné avec deux de ses plus grands succès, Fragile Bird et The Lonely Life.

Sortir de sa coquille

C'est cependant à mi-spectacle que la vedette de la soirée est enfin sortie de sa coquille. «What's up, Dallas?» lui a crié un fan. «Rien de spécial, je suis ici et je fais quelque chose...», a-t-il répondu, pince-sans-rire. «Il fait froid dehors. Mais on s'y attendait, on s'habitue. En fait non... On ne s'habitue jamais, n'est-ce pas? Quel temps de merde!»

L'ex-Alexisonfire a aussi pris le temps de présenter son tout dernier simple, Nowhere, Texas, lancé vendredi et qui traite d'un tronçon de l'autoroute 45, au Texas, où les cadavres de dizaines de femmes ont été retrouvés au fil des années, des meurtres qui demeurent à ce jour irrésolus.

«Je l'ai mise en ligne et si vous l'achetez pour un dollar, ce montant est versé à la Campagne des roses des YWCA pour mettre fin à la violence faite aux femmes. Alors achetez-la même si vous n'aimez pas la chanson. Vous avez sûrement déjà payé un dollar pour des applications [pour téléphones intelligents] vraiment stupides alors que là, ça ira à une bonne cause», a-t-il déclaré, provoquant des éclats de rire.

City and Colour a aussi invité son public à chanter avec lui sur What Makes a Man avant de quitter la scène, et de presque trébucher sur le fil de sa guitare! Il est revenu sur l'anecdote avec humour quand il s'est pointé de nouveau pour un rappel de trois pièces, As Much as I Ever Could, Two Coins, tirée de son dernier album et qu'il a présentée comme sa chanson préférée, et Comin' Home, l'un de ses premiers succès.

Partager

À lire aussi

  • City and Colour: Dallas et sa guitare

    Sur scène

    City and Colour: Dallas et sa guitare

    Que ceux qui ont assisté au spectacle de City and Colour cet été à Expo Québec se rassurent : ils auront droit à une expérience totalement différente... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer