Les nuances de Valérie Blais

Entre une douceur relative et quelques explosions de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Entre une douceur relative et quelques explosions de colère bien sentie, Valérie Blais évolue sur scène sur un tapis en peluche, à deux pas d'un punching bag.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Valérie Blais n'est peut-être pas la plus gracieuse ni la plus délicate (c'est elle qui le dit!), mais quand il s'agit de faire rire, elle sait s'y prendre. Dans un registre un peu à part de ce qu'on voit actuellement sur la scène comique québécoise, la comédienne devenue humoriste laisse une convaincante carte de visite avec son premier one-woman-show, présenté mardi au Grand Théâtre.

Nombreux sont les téléspectateurs qui ont craqué pour la version décalée aux répliques assassines qu'elle présentait d'elle-même dans Tout sur moi. Sur les planches, Valérie Blais nous revient généralement plus nuancée - quoique certains passages tiennent du joyeux défoulement -, mais avec un sens de la répartie toujours aussi aiguisé.

Entre une douceur relative et quelques explosions de colère bien sentie, la nouvelle humoriste évolue sur scène sur un tapis en peluche (qui lui a causé quelques quintes de toux mardi), à deux pas d'un punching bag. C'est d'ailleurs gants aux mains qu'elle lance les «hostilités», dénonçant à grands coups de poing les mesures d'austérité et certains politiciens au pouvoir. Une fois évacués les sujets dont elle ne parlerait pas dans son spectacle, la comique a plongé dans le vif du propos : elle-même.

Au fil d'un texte bien ficelé (même si on voit venir certains punchs), élaboré avec l'auteure Marie-Andrée Labbé et la metteure en scène Josée Fortier, Valérie Blais ne se ménage pas. Qu'elle évoque sa maternité tardive, sa pudeur, ou ses variations de poids (un thème récurrent), elle mise sur l'autodérision et prend le public à témoin... Et ça marche. Il fallait entendre les rires fuser lorsqu'elle a demandé aux gros dans la salle de lever la main.

Quand vient le temps de développer le thème de la grâce (ou plutôt du manque de...), Valérie Blais met le paquet en débarquant sur scène habillée en ballerine. Elle a déclenché l'hilarité en mimant sa difficulté à marcher en talons hauts. Un numéro physique particulièrement réussi, fier descendant de celui de Lise Dion qui tentait maladroitement de se hisser sur un tabouret...

Comme pour Emmanuel Bilodeau, qui a aussi lancé son spectacle d'humour cet automne, Valérie Blais a montré mardi à quel point un passé de comédien peut être payant en humour, ne serait-ce que par les nuances notables dans l'interprétation. Sous des airs de stand-up, les anecdotes gagnent en profondeur et en couleurs lorsque des personnages s'y invitent, même si ce n'est que pour un moment.

Valérie Blais reviendra présenter son one-woman-show à Québec le 14 mai, à la salle Albert-Rousseau.

Partager

À lire aussi

  • Valérie Blais: mordante, mais pas trop...

    Sur scène

    Valérie Blais: mordante, mais pas trop...

    À grand renfort de répliques assassines et de techniques d'autodéfense délirantes, Valérie Blais a marqué les imaginaires avec la version décalée... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer