Marie-Nicole Lemieux et l'OSQ: noces en crescendo

L'orchestre symphonique, le choeur et Marie-Nicole Lemieux ont... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'orchestre symphonique, le choeur et Marie-Nicole Lemieux ont offert leur «soirée à l'opéra» aux groupes scolaires en après-midi mardi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Flamboyant mariage que celui de la chanteuse Marie-Nicole Lemieux et de l'orchestre symphonique de Québec, qui était mercredi soir paré de tous ses choristes. Tout ce beau monde a interprété les plus beaux airs du répertoire français, dans un vibrant crescendo.

Fabien Gabel a eu la bonne idée d'amorcer chacune des deux parties avec des Ouvertures (Le Corsaire de Berlioz et Mignon, d'Ambroise Thomas) qui nous plongeaient rapidement dans une ambiance d'opéra. Le premier pan du concert, avec des airs de Duparc, Fauré et Halévy, fut plus doux et mesuré que le second, introduit sur une note plus légère par trois choeurs festifs du Faust de Gounod, juste avant l'entracte.

Les pièces, inspirées de poèmes, nous permettaient d'apprécier en alternance la précision de la voix de Marie-Nicole Lemieux, vêtue d'une longue robe bleue et satinée, et la texture des voix du choeur. Les pages blanches des cahiers de chorale, en tournant dans un mouvement d'ailes, semblaient répondre aux archets, composant un tableau vivant de corps et d'instruments.

Outre le fait que l'oreille du spectateur a besoin de quelques minutes pour s'ajuster au français d'opéra et que la voix de la contralto devait combattre quelque peu l'orchestre pendant la première pièce chantée, la soirée fut impeccable.

On a pu voir toutes les couleurs de la célèbre contralto, de la plus pieuse retenue à l'audace la plus délurée.

Survoltés

La deuxième partie avait davantage de fougue, notamment à cause des extraits de l'opéra Carmen, les plus connus du concert, où Marie-Nicole Lemieux - alors drapée de doré - a livré une interprétation ardente de la belle bohémienne. Pour Les voici! Voici la quadrille, l'orchestre et le choeur étaient survoltés. Après avoir crié vengeance et supplier pour voir rouler la tête de Saint-Jean Baptiste dans Hérodiade, la contralto a laissé l'orchestre livrer l'exotique et trépignante Bacchanale de Samson et Dalila, une pièce de l'opéra dans lequel elle chantera cet hiver à Montréal. Le public a eu droit à une prestation enlevante de l'orchestre, puis à un avant-goût de l'interprétation de la contralto au rappel avec Mon coeur s'ouvre à ta voix.

Une soirée à l'opéra avec Marie-Nicole Lemieux était présenté mercredi soir à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec.

Partager

À lire aussi

  • Marie-Nicole Lemieux: <em>à</em><i> la française</i>

    Sur scène

    Marie-Nicole Lemieux: à la française

    Lorsque nous avons attrapé - Marie-Nicole Lemieux la semaine dernière, celle-ci s'apprêtait à s'envoler vers Paris pour un concert. Un heureux... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer