Machine Gun Kelly: garder le rap rebelle

Le rappeur Machine Gun Kelly... (Gino DePinto, AOL)

Agrandir

Le rappeur Machine Gun Kelly

Gino DePinto, AOL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Moins d'un an après la parution de Lace Up sur Interscope Records, son premier album qui a atteint la quatrième position du Billboard 200 en 2012, le rappeur Machine Gun Kelly a décidé d'offrir son second effort, Black Flag, en téléchargement gratuit. Celui qui se produira pour la première fois à Québec le 23 novembre présente cette démarche comme une contribution afin de conserver l'aspect rebelle du rap.

«J'étais fâché et je n'avais pas le goût d'être censuré par qui que ce soit. Je ne voulais pas avoir une étiquette de disques qui me dise de choisir telle ou telle chanson. Je voulais que ce projet soit moi à 100 %. Un drapeau noir, c'est le contraire d'un drapeau blanc. Ça veut dire ne jamais se rendre», explique au bout du fil celui dont le nom véritable est Richard Colson Baker.

Il a beau n'avoir que 24 ans, l'artiste de Cleveland a déjà sa vision bien à lui du rap, une vision qu'il conjugue avec la rébellion et dans laquelle les instruments de musique traditionnels, souvent laissés de côté dans le monde hip-hop, ont encore leur place.

Pas surprenant de la part d'un gars qui avoue avoir grandi en écoutant le punk rock bruyant et revendicateur des Anti-Flag, The Casualties et NOFX. «Quand je pars en tournée, je le fais avec un groupe complet. Je veux que ce soit plus que juste moi sur scène. Je veux ramener le divertissement et l'aspect théâtral dans mes performances parce que j'en ai assez de ces festivals où les têtes d'affiche sont simplement des DJ», raconte-t-il.

Baker se fait d'ailleurs une fierté d'avoir à ses côtés un guitariste capable de livrer des riffs très pesants et un batteur, J.P. «Rook» Cappelletty, qui provient du milieu metal. «Honnêtement, Rook est l'un des meilleurs batteurs que je connaisse et ce qu'il apporte à mes pièces est inestimable.»

Et comme plusieurs punks rockeurs, Machine Gun Kelly affirme que sa colère est ancrée dans sa soif de liberté. «Ce qui me fâche, c'est de me faire dire qu'il y a des limites à ce que je peux faire de ma vie, c'est de ne pas savoir si je peux faire confiance aux médias ou au gouvernement», poursuit celui qui a été arrêté en 2011 pour avoir organisé une flash mob dans un centre commercial de Cleveland. 

Le rappeur l'avoue, il trouve que le hip-hop, comme le punk rock d'ailleurs, est devenu un peu trop commercial. «Pour moi, la rébellion fait partie du rap et je veux que ça reste comme ça. Il ne faut pas que ça devienne acceptable pour tout le monde. Tu te rends compte, c'est devenu tellement acceptable que même notre président dit être un amateur de rap! Je ne veux pas que le rap devienne bien vu dans les hautes sphères de la société.»

Perspective

Sa vision critique du monde, Baker dit l'avoir développée au fil des années après avoir parcouru le monde avec ses parents missionnaires. «Je suis né aux États-Unis, mais deux semaines après ma naissance, mes parents s'installaient en Égypte», indique celui qui a appris à parler l'arabe avant l'anglais et qui a aussi habité l'Allemagne et les villes de Chicago, Los Angeles et Denver avant que sa famille ne s'établisse à Cleveland quand il avait 14 ans.

«Tous ces voyages, tous ces endroits où j'ai habité, ça m'a permis de voir les deux côtés de la médaille, ça m'a donné une autre perspective sur le monde», raconte-t-il. Quant à son amour du rap, c'est Earl «DMX» Simmons qui le lui a donné. «La première fois que j'ai vu le clip de We Right Here, j'ai accroché immédiatement et je savais que c'était ce que je voulais faire.»

Et il n'a pas l'intention de s'arrêter de sitôt puisqu'un troisième album est déjà presque prêt et devrait être lancé en 2015 par Interscope Records. «Les chansons sont toutes enregistrées, il reste le mixage à faire. Ce sera un album plus personnel, on entendra la faim dans ma voix et je jouerai même un peu de guitare», conclut-il.

Une attitude flamboyante, des tatouages partout sur le... (Gino DePinto, AOL) - image 2.0

Agrandir

Une attitude flamboyante, des tatouages partout sur le corps et une gueule d'acteur caractérisent le rappeur Machine Gun Kelly.

Gino DePinto, AOL

Gueule d'acteur

Une attitude flamboyante, des tatouages partout sur le corps et une gueule d'acteur. Ce n'était qu'une question de temps avant que Machine Gun Kelly ne fasse ses débuts au cinéma, et trois fois plutôt qu'une.

«J'ai tourné dans trois films, dont le premier, Beyond the Lights, sortira en salle le 14 novembre», explique le rappeur au sujet du drame romantique de Gina Prince-Bythewood qui se déroule en partie dans le milieu artistique. Machine Gun Kelly y interprète Kid Culprit, un rappeur un peu rebelle. Bref, pas du tout un rôle de composition!

«Je l'avoue, je suis un peu anxieux de voir comment les gens vont me percevoir dans ce film. Je veux être certain que j'apporte quelque chose de neuf dans mon jeu, autrement ça ne vaut pas la peine», commente-t-il à propos de son premier rôle au cinéma.

En 2015, on pourra aussi voir le rappeur de Cleveland dans la comédie dramatique Punk's Dead, la suite de SLC Punk!, le film culte lancé par James Merendino en 1998. Il y jouera le rôle d'un personnage nommé Crash aux côtés de Michael A. Goorjian et Devon Sawa, qui reprennent leurs rôles de Heroin Bob et Sean the Beggar.

«Je l'avoue, je suis en amour avec l'idée du divertissement. J'ai toujours été fasciné par les caméras depuis mon plus jeune âge», résume-t-il à propos de son aventure sur le grand écran. 

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Machine Gun Kelly
  • : Impérial de Québec
  • Quand : dimanche 23 novembre, 20h30
  • Billets : 45 $ (prévente), 50 $ (à la porte)
  • Tél. : 418 523-2227 ou 1 877 523-3131
  • Site Webimperialdequebec.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer