Lumineuse Sarah McLachlan

L'équipe de Sarah McLachlan a certes pris son... (Photo: Érick Labbé, archives Le Soleil)

Agrandir

L'équipe de Sarah McLachlan a certes pris son contrat au sérieux en habillant le concert de magnifiques éclairages. Mais c'est encore davantage la présence lumineuse de la chanteuse qui a fait briller l'ensemble.

Photo: Érick Labbé, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Après la prestation de Sarah McLachlan sur l'immense site des plaines d'Abraham il y a deux ans, le spectacle de jeudi soir avait presque l'air d'un rendez-vous intime. Et ce n'est pas parce qu'il manquait de spectateurs pour l'accueillir: la salle Louis-Fréchette et ses quelque 1800 sièges affichaient complet.

La populaire chanteuse canadienne est montée sur la scène du Grand Théâtre avec l'attirail de sa tournée Shine On, du titre de son dernier album paru au printemps. Après ce qu'on a vu et entendu, difficile de douter de la pertinence de l'appellation. L'équipe de McLachlan a certes pris son contrat au sérieux en habillant le concert de magnifiques éclairages. Mais c'est encore davantage la présence lumineuse de la chanteuse qui a fait briller l'ensemble.

Sarah McLachlan a indiqué qu'elle souhaitait faire disparaître la frontière entre les gens sur les planches et ceux dans la salle. Elle peut certainement dire mission accomplie. Un coin salon aménagé sur scène pour accueillir des fans privilégiés, deux segments consacrés aux questions du public pigées dans un chapeau. Elle a ainsi révélé qu'elle n'a peur ni des serpents, ni des araignées, a confié que l'école de musique qu'elle a fondée dépasse tous les prix qu'elle a gagnés sur son échelle de fierté, a estimé que la plus grande foule devant laquelle elle a chanté est celle du Festival d'été, «et de loin».

À la demande d'un fan impatient, elle a entonné à la bonne franquette un chant de Noël (River, qu'elle a interprété sur son album Wintersong). Et elle a saisi les baguettes à l'invitation d'un autre, qui a souligné qu'elle savait jouer de la batterie. La remarque a été accueillie par un «tabarnak» bien sonore de la chanteuse, qui s'est quand même exécutée. Sympathique à souhait.

Crescendo

Généreuse dans ses interventions, Sarah McLachlan l'a aussi été en musique: 23 chansons au menu en plus de deux heures et demie de spectacle. Les titres du récent Shine On ont occupé une bonne partie du programme - mention spéciale à la très belle Song for my Father, livrée lors d'un segment acoustique -, mais la vedette ne s'est pas montrée avare de ses vieux succès. Elle a frappé fort en début de soirée en entonnant coup sur coup Building a Mystery et Adia. Et avant de plonger dans la désormais immortelle Angel en rappel, elle a fait vivre à ses fans tout un crescendo en enchaînant Fumbling Towards Ecstacy, Fear (intense et précise dans les aiguës), Sweet Surrender et Possession.

Ne manquait qu'un petit dessert pour que le bonheur soit complet: on y a bien sûr eu droit avec la toujours appréciée Ice Cream. Sympathique, qu'on vous disait.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer