Festival international de jazz de Québec: ouverture signée Marsalis

Le trompettiste Wynton Marsalis a ouvert le huitième... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le trompettiste Wynton Marsalis a ouvert le huitième Festival international de jazz de Québec, mardi soir, au Capitole.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le huitième Festival international de jazz de Québec a eu droit à toute une ouverture mardi soir au Capitole alors que le trompettiste Wynton Marsalis a lancé les festivités devant une salle presque pleine entouré des talentueux musiciens de l'orchestre de l'institution Jazz at Lincoln Center, dont il est le directeur artistique.

Mais même s'il est le leader et la... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Mais même s'il est le leader et la vedette du spectacle, Marsalis est loin d'occuper tout le plancher, laissant les autres musiciens de l'ensemble briller eux aussi.

Le Soleil, Erick Labbé

Le jazzman n'a pas manqué de taquiner un peu ses musiciens quand il s'est adressé au public au début du spectacle. «Vous n'êtes pas sans savoir que la trompette est l'ingrédient le plus noble de tous les instruments...», a-t-il lancé, déclenchant les éclats de rire.

Mais même s'il est le leader et la vedette du spectacle, Marsalis est loin d'occuper tout le plancher, laissant les autres musiciens de l'ensemble briller eux aussi et récolter des applaudissements avec les multiples solos insérés dans les pièces conçues ou revisitées pour un big band. D'ailleurs, le trompettiste ne manquait pas de présenter les solistes après chaque pièce.

Sans ségrégation

Aussi passionné d'enseignement que de jazz, le trompettiste prenait également soin de présenter en détail chacune des pièces que son orchestre interprétait, partageant au passage sa vision du jazz avec les férus de la note bleue.

«On ne fait pas de ségrégation entre les générations car on a eu la chance de jouer avec des musiciens de toutes les générations. L'important est de jouer chaque pièce avec l'émotion requise. Notre philosophie, c'est, comme le disait Jimmy Heath, si c'était bon, c'est bon!» a-t-il déclaré juste avant que l'orchestre interprète un classique d'un pianiste de la génération grandiose, Count Basie, tout juste après avoir joué Tones for Joan's Bones de Chick Corea, un pianiste de la génération silencieuse.

Jouant pendant près d'une heure avant l'entracte, Marsalis a provoqué plusieurs salves d'applaudissements du public impressionné par son doigté et son souffle ou alors par le brio de ses musiciens triés sur le volet qui démontraient plusieurs facettes de leur art. Le tromboniste Chris Crenshaw, 31 ans, s'est d'ailleurs fait chanteur sur la pièce de Basie, I Left my Baby Standing in the Back Door Crying.

Corea omniprésent

Marsalis a ramené l'oeuvre de Corea, avec qui il a joué à plusieurs reprises, pour la deuxième partie du spectacle. Il l'a lancée avec Matrix, durant laquelle Dan Nimmer a épaté la galerie par l'habileté et la rapidité de ses doigts sur les touches de son piano à queue et où la section rythmique formée du contrebassiste Carlos Henriquez et du batteur Ali Jackson Jr a aussi pu se mettre en valeur.

L'orchestre a aussi puisé dans le répertoire du grand Thelonious Monk. Après l'éclectique Epistrophy qui avait parti le bal, c'est Ugly Beauty et son ambiance feutrée qui est venue agrémenter la dernière partie du concert.

Les autres trompettistes de l'ensemble ont également eu droit à leur moment de gloire, Marcus Printup sur Manhattan Reflections d'Ahmad Jamal, Kenny Rampton avec son jeu tout en subtilité sur le classique Mood Indigo de Duke Ellington, et Ryan Kisor durant ce qui devait être la grande finale, le Straight Up and Down de Chick Corea qui a reçu une ovation du public.

Marsalis, seul avec son pianiste, son batteur, son contrebassiste et un saxophoniste, a ensuite quitté son pupitre pour s'amener à l'avant-scène et offrir une pièce en cadeau à un public qui ne demandait qu'à apprécier sa virtuosité. Ses musiciens ont ensuite pris la relève, histoire de faire durer le plaisir...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer