Les contes à la bonne franquette de Bryan Perro

«J'ai toujours pensé qu'à partir du moment où... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«J'ai toujours pensé qu'à partir du moment où le conte, tout en reprenant ses vieilles racines, pouvait s'actualiser, les gens suivraient, parce que ça fait partie de notre essence, de notre ADN», dit Bryan Perro.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) «Quand j'étais jeune, mon grand-père Tremblay me racontait toutes sortes de niaiseries, qu'il avait fait du ski nautique en arrière des baleines à Tadoussac, que c'est lui qui guidait les oies sauvages pour leur montrer le nord pour ne pas qu'elles se perdent. Parfois, ça prend ça, un vieux maudit qui te raconte n'importe quoi pour te faire comprendre que dans la vie, tout est possible», raconte en riant Bryan Perro.

C'est avec le personnage de son grand-père que l'auteur amorce son spectacle Contes cornus, légendes fourchues. Il arrive tout juste d'une tournée de deux semaines dans l'Est-du-Québec et sur la Côte-Nord, qui s'arrêtera à L'Anglicane jeudi soir, pour lancer le Festival international du conte Jos Violon de Lévis.

Pour l'aventure, l'écrivain s'est adjoint l'aide du musicien Michel Bordeleau, ex-Bottine souriante, maintenant membre des Charbonniers de l'enfer. «Michel amène tout le côté magique au spectacle, avec sa musique et ses chansons», décrit Bryan Perro. 

L'artiste a dans sa besace des contes actualisés, dont une histoire d'«horreur», Sang et or, à propos d'un vieux couple d'aubergistes sur le bord du fleuve, et un conte «érotique», 50 nuances de magie. «C'est mon hommage à Fanfreluche, mon premier grand fantasme», évoque le conteur, un sourire en coin. «Les histoires viennent de la tradition orale et populaire. Je les jazze à ma façon. C'est beaucoup basé sur l'humour. Ça se fait à la bonne franquette, ce n'est pas très solennel», prend-il le soin de préciser.

Pour Bryan Perro, l'aventure s'est révélée une belle surprise, malgré quelques appréhensions au départ. «Ça faisait longtemps que je n'étais pas monté sur scène, même si mes études premières sont en théâtre. Pour être franc, au début, je ne savais pas si j'allais avoir du plaisir à faire ça. Après le premier show à Sept-Îles, j'en suis venu à la conclusion que je m'étais bien amusé. Et plus ça allait dans la tournée, plus j'étais à l'aise. J'ai réalisé que c'était une soupape de décompression dont j'avais besoin», constate-t-il.

Il faut dire que l'auteur et metteur en scène ne chôme pas. Il y a bientôt un an, il ouvrait une librairie à Shawinigan dans des locaux contigus à sa maison d'édition. Il rédige présentement les nouvelles aventures d'Amos Daragon, le personnage qui a fait son succès, mais cette fois, elles prendront vie à la télévision, sur les ondes de Radio-Canada, en septembre 2016.

Bryan Perro ne doute pas une seule seconde que le conte soit encore pertinent de nos jours, et ce, particulièrement auprès des jeunes. «J'ai toujours pensé qu'à partir du moment où le conte, tout en reprenant ses vieilles racines, pouvait s'actualiser, les gens suivraient, parce que ça fait partie de notre essence, de notre ADN. Dans les années 60, une génération a voulu créer un Québec moderne, et ils ont coupé tout ce qui était passéiste : les traditions, la religion, la ceinture fléchée... C'était super, mais maintenant, il y a toute une génération de jeunes qui ne connaissent pas ça et qui se demandent d'où ils viennent et qui ils sont là-dedans», analyse-t-il.

Lévis vibre au rythme du conte

Le spectacle de Bryan Perro et de Michel Bordeleau lancera le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, jeudi. Les festivités, qui s'échelonneront jusqu'au 26 octobre, permettront d'entendre des voix aux couleurs diverses. Des artistes de la Belgique, de la France, de la Nouvelle-Écosse et même du Japon se joindront aux voix d'ici pour investir de nombreux lieux sur la Rive-Sud, dont la Maison natale de Louis Fréchette, fraîchement restaurée. Le festival sera clos par trois géants québécois, soit Jocelyn Bérubé, Michel Flaubert et Alain Lamontagne, sur la scène du Vieux-Bureau de poste. Pour informations et billets : www.josviolon.com

Vous voulez y aller?

Quoi : Contes cornus, légendes fourchues

Qui : Bryan Perro et Michel Bordeleau

Quand : 16 octobre, 20h

Où : L'Anglicane (31, rue Wolfe, Lévis)

Billets : 36 $ (26 $ pour étudiants)

Infos : langlicane.com ou 418 838-6000

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer