Dans l'atelier de Gilles Vigneault

Gilles Vigneault a choisi le terme «atelier» pour... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Gilles Vigneault a choisi le terme «atelier» pour qualifier le rendez-vous qu'il avait fixé mercredi au Théâtre Petit Champlain. Il a invité le public à prendre part à une conversation, à mi-chemin entre la conférence et le concert.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Il s'en passe des choses dans l'atelier de Gilles Vigneault. On parle de sagesse, de foi et de pays, bien entendu. On rit, on chante, on pleure un peu aussi. On se trompe et on recommence... Après tout, on est entre amis!

Le poète a choisi le terme «atelier» pour qualifier le rendez-vous qu'il avait fixé mercredi au Théâtre Petit Champlain. Il a invité le public à prendre part à une conversation, à mi-chemin entre la conférence et le concert. La rencontre se voulait participative. Elle l'a été à souhait. La modératrice Françoise Guénette n'a jamais eu à puiser dans ses propres questions pour alimenter la discussion. 

Avec un public multigénérationnel curieux et un sujet aussi expérimenté que bavard, il a fallu étirer un peu le temps alloué pour faire plus de place aux chansons. On aura au final eu droit à une dizaine de pièces, servies dans la plus grande spontanéité en complicité avec le pianiste Jean-François Groulx. Des classiques (Les gens de mon pays, Il me reste un pays), des titres tirés du dernier album paru au printemps et même une composition toute neuve. 

Questionné par les spectateurs, notre hôte a donné son point de vue sur la foi («Un athée qui se dit athée, c'est un croyant qui se repose», a-t-il lancé), sur la sagesse qui n'a selon lui rien à voir avec l'âge, sur la jeunesse qui devrait se méfier du confort qui mène à l'indifférence, sur les Québécois qui peuvent être «négligents et peu fiers» quand vient le temps de défendre leur culture et leur langue. 

Sur une note plus légère, il a causé de chasse, dont il n'est pas friand, et de la genèse de la chanson J'ai planté un chêne, née à la blague alors qu'il tentait d'imiter le père Gédéon. On est passé du rire aux larmes lorsqu'un spectateur a ému la salle en confiant qu'il venait d'enterrer son fils... Et qu'une admiratrice qui fêtait son anniversaire, la gorge étreinte par l'émotion, a reçu tout un cadeau alors que Vigneault a entonné Gens du pays à son intention. Voilà une belle attention!

Gilles Vigneault a un nouveau rendez-vous avec le public du Petit Champlain jeudi soir, mais le spectacle affiche complet. Une autre rencontre est prévue à L'Anglicane de Lévis le 30 avril.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer