Andrée Bilodeau: la reine du mambo souligne ses 40 ans

C'est une véritable passion pour la musique latine... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

C'est une véritable passion pour la musique latine qui a poussé Andrée Bilodeau à faire émerger la chanteuse en elle.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Au fil des années, Andrée Bilodeau n'a jamais manqué de rappeler qu'elle a plus d'une corde à son archet. Du trad avec Les Batinses, de la musique actuelle avec Interférence Sardines, de l'impro musicale, des créations pour le théâtre... Parmi ces projets qui se sont souvent déclinés en groupes, la violoniste et chanteuse a pris l'avant-scène de flamboyante façon en s'autoproclamant la «Reine du mambo», un personnage qui renaîtra sur les planches le temps de souligner un anniversaire bien spécial.

Andrée Bilodeau n'a pas attendu qu'on lui prépare un party pour souligner son entrée dans la quarantaine. La musicienne a pris les choses en main en s'organisant sa propre fête. «De toute manière, mon appartement est trop petit pour recevoir tout le monde!» rigole la musicienne, qui profitera des célébrations de ses 40 ans pour faire revivre sa Reine du mambo, un spectacle qu'elle a mis en veilleuse depuis six ans, le temps, notamment, de donner naissance à ses deux princesses. 

Pour l'occasion, Andrée Bilodeau revampe sa proposition et s'entoure de huit «sujets», tous des musiciens de Québec. «Tant qu'à repartir, je repars en neuf. Ça veut dire de nouvelles chansons, de nouveaux arrangements, de nouvelles robes! J'ai fait appel à la scénographe Yasmina Giguère, qui est une bonne amie», explique la musicienne, qui a joué à la Reine du mambo sporadiquement depuis 2001. Au Festival d'été, notamment, mais aussi dans divers lieux de la capitale. 

«C'est un spectacle dangereux, blague-t-elle. Je l'ai fait au d'Auteuil, ça n'existe plus. Je l'ai fait au Palais d'Orient dans le mail Saint-Roch, ça n'existe plus. Je l'ai fait au Globe sur la rue Saint-Jean... et ça n'existe plus! Là, je vais le faire au Cabaret du Capitole et probablement qu'il n'existera plus...» ajoute-t-elle, en faisant référence au projet Le Diamant, qui changera, à terme, l'allure du bâtiment abritant la salle de spectacles. «Mais ce n'est quand même pas si mal... Le Festival d'été existe toujours, n'est-ce pas!» ajoute-t-elle en riant. 

Sumac, Miranda  et les autres

Andrée Bilodeau reconnaît que sa Reine du mambo mise sur une part d'humour (certains titres au programme de samedi lui donnent raison). Mais c'est une véritable passion pour la musique latine qui a poussé la musicienne à faire émerger la chanteuse en elle. 

«J'avais beaucoup de vinyles "en super stéréo", du genre qu'on trouve au marché aux puces. J'adore ce type de musique là. Je me disais que je devrais en faire un spectacle... Mais je joue du violon, pas de la trompette! Alors je me suis dit que je pourrais chanter. C'est parti comme ça», explique cette «fan finie» d'Yma Sumac, chanteuse péruvienne qui lui a un peu inspiré son nom de scène.

«Pérez Prado, on dit que c'est le roi du mambo. Et Yma Sumac se dit descendante de princesse inca...» laisse entendre celle qui s'est aussi inspirée de Carmen Miranda dans la facture du spectacle, pour lequel elle agit comme chanteuse, musicienne, productrice et organisatrice. «C'est un trip, résume Andrée Bilodeau. Je m'offre un cadeau de fête. Et comme je suis une reine, il faudra que ce soit gros!»

De reine à capitaine...

Très active sur la scène musicale de Québec, Andrée Bilodeau a ralenti un peu la cadence ces dernières années avec l'arrivée de ses deux enfants. La roue s'est toutefois remise à tourner pour la musicienne, qui concilie travail et famille dans son «royaume» du quartier Saint-Jean-Baptiste. Alors que la formation Interférence Sardines s'est réunie il y a quelques mois pour un concert, Andrée Bilodeau n'en a pas terminé non plus avec les airs traditionnels des Batinses.

«Le groupe existe encore. C'est plus tranquille, mais on a toujours des projets. Il y en a plusieurs dans la gang qui ont eu des enfants. C'est plus dur de partir en tournée», note la violoniste, qui a aussi repris du service au sein de la Ligue d'improvisation musicale de Québec, relancée l'hiver dernier.

Andrée Bilodeau se vante de ne pas avoir perdu un match dans la capitale depuis qu'elle est capitaine... De quoi fouetter un peu ses compétiteurs!

La saison prend son envol lundi soir à 19h30 au Cercle. Détails et programmation complète au www.facebook.com/impro.musicale.qc

Vous voulez y aller?

  • Qui : La Reine du mambo (Andrée Bilodeau et ses musiciens)
  • Quand : le 11 octobre à 20h
  • : Cabaret du Capitole
  • Billets : 20 $ ou 40 $ (gratuit pour les enfants)
  • Info. : www.eventbrite.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer